Les transports en commun à Dallas

Howdy y’all !

J’ai testé pour vous les transports en commun ! Pour vous … J’avais pas vraiment le choix. Monsieur Frog est en déplacement avec la voiture et j’avais rendez-vous pour le suivi de notre têtard en devenir.

Nous avions déjà pris le DART (une sorte de RER) pour aller au centre ville, en atteignant la gare après 1/2 heure de vélo. Le week-end, c’est agréable, et le train est tellement plus accueillant que le RER parisien pour les vélos que j’avais une plutôt bonne opinion.

Donc je partais avec l’esprit positif, tout en sachant que je devais aller loin. Pour vous dire, en voiture il faut compter 20 minutes sans les embouteillages pour une dizaine de miles. Bon … Et ben c’était pas si facile que ça …

A l’aller, j’avais bien prévu l’itinéraire … Bus 451 pendant 30 minutes (avec des arrêts de bus parfois tous les 500m, je me dis que c’est plutôt bien desservi), j’attrape le train pour 2 stations puis je n’ai même pas à attendre le bus 428 qui est là sous mes yeux en descendant du train … Résultat des courses, une heure de trajet tout pile. Comme j’avais prévu large, je suis partie avec le bus de 8h11, arrivée vers 9h10 pour un rendez-vous à 10h40 … J’étais très large … Mais c’était ce que j’avais prévu. J’ai pris mon temps au café du coin, et je suis allée à mon rendez-vous … Je vous passe le fait que l’arrêt de bus d’arrivée descend dans l’herbe (et oui, le trottoir s’est arrêté 20m plus loin) … Je vous passe aussi le fait que voulant repérer l’arrêt de bus retour j’ai testé le feux piéton qui ne passe jamais au vert (et j’ai fait 2 cycles de feux voitures avant d’oser « griller » mon feu rouge)…

Le retour par contre … Ce fut une autre histoire … Plus d’1h30 le voyage retour … Eh oui, je rate un bus à 1 minute près (que je n’ai pas vu passé de loin, donc je pense qu’il était en avance sur son horaire). J’attends donc 15 minutes le suivant. A la gare, le train est passé avec 10 minutes de retard et le fameux 451 est parti à l’heure avec une correspondance de 20 minutes (oui, à 13h il y a un bus 451 toutes les heures …).
La faim se faisant franchement sentir (il est 13h30), je deviens chon-chon … Mon ticket de bus n’est pas passé une seule fois du premier coup dans leur lecteur de m…..

Et là tu te dis que pour une ville aussi grande, aussi peu dense, le réseau est plutôt pas mal. Toujours des places assises, la possibilité de transporter facilement son vélo, même dans le bus (chaque bus à un porte vélo dépliant à l’avant et on charge son vélo soi-même si on veut, et c’est gratuit). Et le ticket à volonté sur toute la région de Dallas est à 5$ (ce qui comparé aux prix parisiens dont j’ai l’habitude est vraiment peu cher). J’ai aussi beaucoup utilisé l’application téléphone du réseau, qui pour le coup est aussi mille fois mieux pensé que ce que j’ai pu essayé avec la RATP.
Mais quand même cette ville aussi grande … C’est pas possible en bus quand tu dépasses 1 correspondance. Et les arrêts de bus … Tu peux avoir de la chance et avoir un panneau avec les horaires et un banc, mais le plus souvent c’est tout juste le numéro de la ligne, un ID number pour l’arrêt (qui pourtant a un nom à bord du bus) …

C’est comme de vous dire que j’aurais tenté un Massy – Charenton le Pont à distance des gares RER … C’est long et compliqué…

Mais je suis rentrée vivante … Et affamée.
Pour ceux qui voudraient savoir, le têtard en devenir va bien …

 

IMG_0232IMG_0233

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon petit arrêt de bus du retour, à côté du feu qui ne passait jamais au vert … 

 

Et vous ? Ailleurs aux USA ? C’est comment les transports en commun ?

Je vous embrasse,

La grenouille en correspondance …

 

 

 

 

 

 

Ballade florale à Plano

Howdy y’all ?

Comment allez-vous ? Chaudement comme à Dallas (40°C au moins l’après-midi) ou froidement comme à Copenhague ? Ou bien à la fraîche dans le Jura ?

DSC_1642A l’ombre des Vitex (ci-dessus et ci-dessous)

DSC_1643

Ici, la vie est encore un peu « comme en vacances ». Les différents volontariats ont du mal à démarrer, je ne tutore encore personne en Français, et mon projet prend son temps … Du coup, ce matin je suis partie à la chasse à la photographie. Je suis allée à l’Environmental Education Center, là où je participe au jardin communautaire. Il y a des jeux, des explications pour les enfants des écoles. Comment jardiner, comment économiser l’eau, comment produire de l’énergie renouvelable. J’aime cet endroit, parce qu’il s’y cache quelques oeuvres d’art, en ferraille de récupération ou en mosaïque. Je lui trouve un côté très inspirant.

DSC_1644 DSC_1656

J’apprends doucement comment m’occuper des plantes texanes, un peu moins leurs noms … Mais ça vient au fur et à mesure. Si vous reconnaissez certaines plantes, n’hésitez pas à éclairer ma lanterne. Je sais reconnaître la Turkish cap (les boutons rouges en gros plan ci-dessous), les yuccas (je vous en montre différents gros plan plus loin, c’est la plante un peu phallique du printemps).

DSC_1661 DSC_1662 DSC_1669 DSC_1690 DSC_1697

Vous m’excuserez également d’avoir trouvé quelques fonctions de retouche photo, qui n’ont rien à voir avec « l’art de la photo », mais plutôt avec le plaisir de jouer.

DSC_1657 DSC_1681 DSC_1685Un invité sur le yucca

Aller zou, je retourne à mon « travail ».

DSC_1691 DSC_1692 DSC_1695 DSC_1668

Je vous embrasse,

La grenouille du jardin.

Deep Ellum (encore)

Hello,

J’ai été un peu silencieuse … En fait je viens de retourner en France. Encore. Je viens de quitter mon mari chéri. Encore. Mais pour ceux qui suivent le feuilleton, j’ai rendez-vous le 20 mai chez le docteur assermenté de l’ambassade des USA, et le 2 juin à l’ambassade des USA pour mon visa. Alors je prie très fort pour que mon Quantiféron (ma prise de sang spéciale tuberculose) ne se soit pas positivée durant mes années de pneumologue … Sinon je pense que le médecin exigera une nouvelle radio à quelques semaines d’intervalles (et donc de reporter le rendez-vous à l’ambassade d’autant). Voilà pour le feuilleton, encore.

Gare Dallas

Avec nos petits vélos, pour prendre le train pour une promenade du samedi. 

horloge de la gareL’horloge fleurie sur le quai de la gare

Alors pour vous (me) mettre un peu de baume au coeur, je vous conte aujourd’hui notre visite à Deep Ellum il y a 10 jours (on espérait se promener à pied avec d’autres personnes). Dans la semaine je vous raconterai aussi notre voyage à New York, et bientôt ma dernière lecture …

Deep Ellum5

 

Vue du célèbre château d’eau Adam Hats

Avant Deep Ellum, nous avons en fait essayé de se promener au Art District. C’est un quartier de la ville où sont regroupés plusieurs musées. En fait tout était sur le point de fermer.

Art District
La cathédrale et la coupole de l’observatoire.

Cathédrale Dallas
La cathédrale de Dallas

Parking Art District
Un parking de Art District

Nous avons juste admiré un couple de jeune marié et leurs 20 demoiselles d’honneur et leur 20 garçons d’honneur prendre la pose pour le photographe …

L'opéra de Dallas
L’opéra … 

mariage opéra
Un mariage à l’opéra

Mais nous avons rapidement migré vers Deep Ellum.
Deep Ellum, même quand il fait beau, est assez désert de piétons. Sauf quelques uns qui font des shooting photo devant les peintures murales. Alors on s’est promenés, un peu seuls.

Deep Ellum 2
La rue principale de Deep Ellum

On a fini dans un café, le All Good Café, dont le plafond était recouvert de petits animaux en origami suspendus.

Algood Café
Le AllGood Café, sa devanture (au dessus), son intérieur (au dessous)

Algood Café intérieurdétail origamiPuis nous sommes repartis, à la découverte des quelques rues du quartier, qui finalement est relativement petit. Le samedi soir, le quartier reste peu fréquenté dans certaines zones qui sont commerciales … Quelques façades sont néanmoins charmantes, comme l’école de barbier, le fabriquant de céramique …

Deep Ellum 14
La façade du fabricant de céramique

Deep Ellum 15
Devant une boutique … Beaucoup d’effort de décoration

Deep Ellum7La devanture d’un bar… Là il y avait un peu de monde dehors. Notez les lettres BREW en matériau de récup.

Deep Ellum4
L’école de barbier …

J’ai un peu craqué cette fois ci sur la photographie des peintures murales. J’avoue qu’elles en sont pas toutes à mon goût, mais qu’elles sont quand même impressionnantes. Et puis d’autres sont très belles.

Deep Ellum 1

Deep Ellum 13

Deep Ellum 12

Deep Ellum 10

Deep Ellum9

Deep Ellum3

Deep Ellum2

Deep Ellum1

En fin de journée, on a sustenté notre faim au Twisted Root … Un restaurant de burgers et de bière … Il était plein. C’est à ce moment qu’on a réalisé que les gens de Dallas ne se promènent pas. Ils prennent leur voiture et se garent devant le restaurant ou le bar où ils se rendent …

Deep Ellum 11

Et au détour de certaines rues, des cousins lointains de R2D2 et de C3PO

Deep Ellum6

Mais nous on était bien sur nos petits vélos. D’ailleurs ça nous a permis de digérer sur le chemin du retour … A la tombée de la nuit, avec nos lumières faiblissantes …

Voici donc mon dernier souvenir de Dallas au printemps, entre deux orages … A ceux qui connaîtraient Dallas, n’hésitez pas à me donner vos tuyaux sur les bons endroits où se promener…

Aller, je vous embrasse.

La grenouille lorraine qui se souvenait du Texas …

Dallas au printemps

Good morning y’all,

logo-20th-300x225

Une fois par mois, le 20 (oui, oui, c’est aujourd’hui !), c’est « The 20th in America », proposé par Isabelle du blog FromSide2Side et Laetitia du blog French Fries and Apple Pie. Un thème commun, des bloggueurs (en Français dans le texte) de tous les USA qui montrent leur version. Ce mois-ci, en ce joli mois d’avril, c’est le printemps.

Printemps

Près du Pioneer Cemetery Park

Je suis une fille à dicton. En France on dit : « Au mois d’avril ne te découvre pas d’un fil, au mois de mai, fais ce qu’il te plaît ». Je me rappelle aussi de mon mariage le 19 avril dernier (déjà 1 an …) avec les glycines en fleur et la fin des prunus en fleur…

Changement de décor.

Côté température, comme il est dit dans « True Grit » que je lis en ce moment : « Too much wind to suit me. There ain’t but about six trees between there and Canada. » Donc la température dépend du sens du vent. S’il est du sud (un vent immigrant du Mexique), alors il fait déjà 25°C l’après-midi. S’il vient du nord (un vent immigrant du Canada), alors il peut faire 10°C le lendemain… Donc chaque matin, on regarde la chaîne météo pour savoir comment s’habiller pour l’après-midi.

Sinon, les giboulées de mars ont plutôt lieu en Avril, ambiance fin du monde et queue de tornade. Si j’ai bien compris, nous sommes à la limite des zones de tornade. Ce qui veut surtout dire orages de fin du monde avec inondations flash de temps en temps. J’ai essayé de photographier un peu le ciel, mais c’est difficile … Et je n’ai pas osé sortir sous l’orage. Puis un coup de vent (du nord ou du sud, on s’en fiche) et le ciel bleu revient, avec une météo de mois d’août en Lorraine.

Ciel de fin du monde2

Ciel de fin du monde

ciel de fin du monde1

Le ciel qui nous tombe sur la tête

Le printemps, s’est surtout les plantes qui redémarrent (comme pour notre mariage). Je me rappelle de ma première visite aux USA. Je ne reconnaissais aucune plante aucune mauvaise herbe. C’est tout juste si je reconnaissais les chênes à la forme de leur feuille (et surtout pas à la silhouette de l’arbre).
Mais après quelques mois ici, je commence à les distinguer. Je ne vous donnerai pas les noms, mais au moins les images.

Printemps2

L’appareil presque posé au sol… Avant le passage de la tondeuse… 

Printemps3

La voie de chemin de fer désafectée. Une pensée à Arun (j’espère que j’épèle bien), qui était intrigué de me voir prendre des photos dans l’herbe et qui m’a tenu compagnie).

Iris jaunes

Les iris … Ca j’ai reconnu. Et de toutes les couleurs … 

Roses

Vous vous rappelez les rosiers que j’ai taillé en décembre ? Les voilà en fleur !

Roses2

D’une autre perspective … Ah, oui. Ils profitent des espaces verts pour faire passer les lignes haute-tension. Donc … 

Iris bleues

Des iris, encore. 

fleurs bleues

Des petites fleurs bleues. Amis de la poésie, bonjour !

cactus

Le cactus et sa fleur, assez phallique il faut dire (promis, j’y retourne régulièrement et je vous montre quand la fleur s’ouvre)…

buisson fleuri

Bon … C’est moche, mais ce sont les fleurs qui embaument l’air ici. Et j’adore.

petites fleurs

Au bord du chemin …

Arbre en fleurs

Quelques arbres en fleur, mais finalement très peu.

J’ai failli oublié que le Texas, c’est le Blue Bonnet State. Blue Bonnet, c’est une fleur bleue qui fleurit en ce moment. Surtout au bord de l’autoroute, notamment celle qui va chez ma belle-mère. Donc dimanche, j’ai voulu prendre quelques photos, au passage. Et j’ai découvert tous les ploucs du coin qui s’arrête au bord de l’autoroute, font descendre femme et enfants pour faire des photos de famille dans les fleurs … Et pour une fois, pas une seule voiture de police …

Printemps4

Blue bonnet, vu de près

IMG_0778

Blue bonnet, au bord de l’autoroute (photo prise avec le téléphone, à l’arrachée)

IMG_0785

Et les ploucs au bord de la route.

Donc des fleurs, des arbres qui bourgeonnent …
Nous sommes aussi allés nous promener dans un « carré » de forêt. Dans Dallas, ils ont réussi à « préserver » un carré de forêt native. Bon … Il l’ont entouré d’une muraille, tracé une autoroute de béton au milieu, mais c’est la forêt. Avec des grands arbres, des chenilles qui pendent aux arbres et des panneaux qui disent de faire attention aux serpents. Je vous présente mon film … Vous me passerez la qualité des dialogues …

Native texan forrest

L’autoroute piétonne qui traverse la forêt

rivière dans la forêt

La rivière qui traverse la forêt. 

Arbre torturé2

Un arbre tourmenté

arbre torturé

Un autre arbre torturé

C’est aussi la saison des moustiques. Les petits, les tigres, les cousins, et les cousins qui piquent. Je vous ai même trouvé l’escargot du Texas, un espèce de mini-escargot qu’on n’a pas du tout envie de manger.

Et bientôt, le retour vers le printemps français, avec 10°C de moins. Mais ce sera le mois de mai, et « Au mois de mai, fais ce qu’il te plaît ».

Je vous embrasse,

La grenouille du lac néo-formé après l’orage dans notre lotissement …

Ailleurs aux USA :

A Kansas City, par Isabelle de FromSide2Side.
A Portland, Oregon, par Laetitia de French Fries and Apple Pie.
A Washington DC, par Mylene de The Frenchies Theory.
Au Filoli Garden, en Californie , par Virginie, de Joli Bonheur (comme à Giverny)
En Arizona, par Poppy, de Les Choses Bleues (trop de la balle les cactus en fleur)
A Santa Cruz, par Magouille, de Pendant ce Temps à Santa Cruz.
A Sacramento, en Californie, par Alain de A nous la Californie.
A College Station, au Texas, par Antigone d’Agoclaude de Il est 20h à Los Angeles.
A New York, par Pomme Pomme Girl (qui n’aime pas le printemps).

Et pour les autres versions ? Je les mettrai à jour au fur et à mesure …

Chez le coiffeur !

Bonjour à toutes et à tous,

Ceux qui me connaissent pourront vous dire combien j’aime aller chez le coiffeur, même si ce n’est que 2 à 3 fois par an. J’aime changer de tête. Passer du très long au très court, parfois un peu roux (l’année où j’ai tenté la mini-décoloration). En ce moment, je suis plutôt en train de les faire pousser. Alors j’emmerde les coiffeuses avec mes coupes de mi-longueur.

Mais pour l’instant, je mettais à profit mes aller-retour en France pour repousser l’échéance de devoir me faire couper les cheveux en Anglais. Mon mari a repoussé les choses quand nous étions en France, et je me rappelle de ce jour où je l’ai accompagné chez le coiffeur. Nous n’étions pas encore fiancés, mais on en avait tout l’air. Je me souviens de la coiffeuse, un peu brute, qui lui demande « Et la raie, de quel côté ? » et mon mari, tout penauds, qui n’y comprend pas grand chose. Et la coiffeuse, toujours aussi délicate : « Madame, venez aider votre mari ». Ca nous fait encore rire aujourd’hui, mais cela fait partie des choses qui m’ont fait éviter les coiffeurs en langue étrangère.

J’avais déjà tenté le coiffeur au Danemark, lors de mon stage de 3 mois il y a 10 ans (déjà 10 ans …). C’était la veille du mariage de ma cousine, et j’avais envie de couper mes cheveux, j’avais envie d’une frange. Mais soit je choisissais un coiffeur à 500 couronnes (genre 60 euros), soit c’était le barbier pakistanais. Et malheureusement j’ai choisi le barbier pakistanais, qui ne comprenait ni mon danois (très médiocre en ce qui concerne le  vocabulaire de la coiffure), ni mon anglais d’ailleurs … Alors oui c’était montrable, mais ce n’a pas été ma meilleure coupe.

Tout ça pour vous raconter mon premier coiffeur dallassois. Mmon chéri a déjà été chez le barbier du coin de la rue, à 10 dollars la coupe, et en est ressorti prêt pour faire son service militaire alors qu’il a répondu qu’il aimait bien un peu de longueur … Donc j’ai regardé les « hair dresser » et « beauty salon » chez mon copain Google. Il y a toujours le problème du prix, mais aussi et surtout le problème de la distance (encore et toujours). Je suis donc allée dans le salon de beauté « au coin de la rue », c’est à dire 10 minutes à vélo. Et je suis tombée du Jenelle, souriante, patiente, et qui a pris le temps de dialoguer avec moi. Donc ici un carré n’est pas « a square » mais « a bob ». Et en me demandez pas si c’est en rapport avec le prénom ou le chapeau. J’ai aussi découvert le vocabulaire de base : Is this your part (la raie) ? Do you like layers (les cheveux dégradés) ? Do you like your hairs sleek or with volume (lisse ou volumineux) ? Et là, j’ai répondu que j’aimais bien le volume. Parce que le brushing plat, c’est joli, mais comme son nom l’indique, c’est plat. Alors j’aime bien un coup de vent pour sécher mes cheveux. Là, elle a sorti un spray qu’elle a commencé à appliquer sur mes racines. « It’s a root raiser, so you’ll have more American hairs ». Et elle explose de rire. Là je me suis vue avec le brushing à l’américaine, celui avec les cheveux crêpés en dessous, qui fait 3 fois son volume … Mais j’ai rien osé dire … Au pire je me serais relavé les cheveux en rentrant … Après un long brushing, dos à la glace, j’ai pu découvrir son oeuvre. En fait, c’était un peu gonflé, mais en une heure de temps ma coupe a pris un très joli volume.

Tout ce discours pour un carré. Un carré à 32 dollars, ce que je trouve tout à fait honnête. J’ai la carte de Jenelle, et c’est sûr, c’est devenu ma coiffeuse pour mes prochains mois dallassois …

Aller, je vous offre la photo au retour du coiffeur.

IMG_0060IMG_0059

 

 

 

 

 

 

 

 

Je vous embrasse,

La grenouille brushée …

Dallas Downtown !!

Howdy y’all ?

Je flotte un peu dans le temps, je déguste les températures qui montent doucement, mais en restant très agréables. Dimanche dernier (il y a déjà 1 semaine), nous sommes partis à vélo jusqu’à la gare de RER local, le DART. Après 30 minutes de vélo, nous avons pris le train pendant environ 30 minutes pour finalement atteindre le centre ville de Dallas, Downtown.

Gare surexposée

La gare de « quartier », en ouverture maximale, parce que je ne maîtrise pas complètement mon appareil photo …

Lovers Lane

Lovers Lane, la voie des amoureux … Un chemin prédestiné pour nous …

Réflection de tour

Les gratte-ciels qui se reflètent dans les autres gratte-ciels 

Peinture murale

Peinture murale vue du train

Train marchand Union Station, la gare d’arrivée – notez le train de marchandise qui passerait presque sur les mêmes voies que le DART …

Nous avons disserté avec mon cher et tendre de l’intérêt de ce centre ville. J’étais comme une folle avec mon appareil photo entre les gratte-ciels en train, pendant que Monsieur regrettait un peu l’architecture parisienne. Bon, d’accord ce n’est pas l’architecture haussmanienne, mais en même temps, j’aime bien. J’aime bien voir les choses se refléter dans les parois en verre, la cohabitation avec des bâtiments plus vieux. J’aime aussi les vestiges des pionniers, des éleveurs de bétail qui passaient par là …

Oh la vache !

Souvenir des pistes à bétail, qui passaient par Dallas.

Pioneer cemetery park

Pioneer Park Cemetery

The Dallas Morning News

The Dallas Morning News

En tout cas, j’ai enfin compris comment arriver au centre-ville, même si ce n’est pas très facile, ni très court. La ville s’ouvre à moi tout doucement. Je prépare le futur, doucement, sûrement, pour quand j’aurai enfin mon visa. Alors même si je flotte un peu dans le temps, je le goûte. Parce que je ne l’avais pas avant, et que je ne l’aurai peut-être pas de la même façon plus tard.

Vieu bâtiment

Il reste encore quelques vieux bâtiments entre les gratte-ciels

Parcmètre et palmiers

Alternance parcmètre – cactus …

 

Nuage sur gratte-ciel

Quand le ciel se reflète dans les façades de verre !

La tour satellite

Ne me demandez pas le nom de cette tour …

Entre 2 buildings

Quelques bâtiments plus anciens, plus typiques …

 Buildings

Superpositions

Dallas Public Library

Dallas Public Library – ou l’attaque des lampes de bureau cosmiques …

Cathédrale Dallas

Dallas a même sa cathédrale, j’ai nommé Cathedral GuadalupeDétail cathédral

Un détail de la façade de la cathédrale

Cierges à la mexicaine

Même si on est un peu loin de la frontière, ambiance hispano-catholique garantie …

 

Ah, le temps, toujours le temps.

Et vous ? Comment se passe le temps ? (Attention please, this is a call to all the French friends who stayed in France, but also a call to all the other people who want to share a comment here …)

 

Signé : la grenouille temporelle

Dallasian sunset – The 20th in America

logo-20th-300x225

Bonjour à toutes et à tous,

Il est difficile de reprendre les bonnes habitudes d’écriture régulière. Je me suis trouvée quelques occupations que je vous raconterai peut-être un jour. Mais je tenais à participer au défi the 20th in America, proposé par Laetitia de French Fries and Apple Pie et Isabelle du blog FromSide2Side. Le 20 de chaque mois, plusieurs blogueuses francophones vivant aux USA présentent leur point de vue sur un thème. Ce mois ci ? Le coucher de soleil !!!

J’avoue que ce thème me plaisait beaucoup en imaginant les jolies lumières que je pourrais vous montrer. C’était sans compter sur la météo, très nuageuse, pluvieuse, voire glaçante (ambiance averse de glace …). Donc je vous montre une promenade de l’unique jour de beau-temps entre la glace et la pluie (et même l’orage ce matin …). Nous sommes allés marcher dans le grand champ entre notre lotissement et la zone commerciale …
Mc Callum blvd sunset

Dans notre rue, Mc Callum Blvd

En tournant le dos au soleil

En tournant le dos au soleil, vers l’université de Dallas

silouhette d'arbre

 

sunset 1

 

sunset 2

Sunset 3

 

le lotissement voisin

Le mois prochain, ce sera le thème du printemps. Et vu qu’il est en train d’arriver, j’espère que ce sera un peu plus facile à vous montrer.

Je vous embrasse,

La grenouille

Les participants de Mars sont:
1. Isabelledu blog From Side to Side : Couchers de soleil au Kansas
2. Laetitia du blog French Fries and Apple Pie : Mes plus beaux couchers de soleil en Orégon
3. Virginie du blog Joli Bonheur et les Couchers de Soleil dans son Jardin
4. Magouille du blog à Pendant ce temps a Santa Cruz : A la Tombée de la Nuit
5. Poppy du blog Les Choses Bleues : Couchers de soleil en Arizona
6. Marinouchka du blog Il est 20h à Los Angeles : Mes plus beaux couchers de soleil en Californie et au Texas
7. Stéphanie du blog Les tribulations d’une famille française en Californie : 20th in America les couchers de soleil
8. Melo du blog Further West : Assister à un coucher de soleil à Santa Monica
9.

 

Une semaine dallasoise

Bonjour à tous,

Un article un peu moins exotique pour vous raconter la semaine passée.

Mercredi nous sommes allés à la répétition du Chancel Choir de notre nouvelle paroisse. 2h de répétition environ (hebdomadaire), avec une petite dizaine de chants (dont 4-5 Christmas carols, Noël approchant oblige). Un choeur d’environ 40 personnes. J’ai fait la connaissance de Georgia-Ann, et d’autres alti dont je n’ai pas encore retenu les prénoms (j’avoue que j’ai encore du mal à retenir les prénoms américains). Après la répétition, nous nous sommes joint à quelques choristes et le chef de choeur, DeWayne, pour boire un verre et faire plus ample connaissance. C’est un choeur très actif, qui fait un voyage en Europe tous les 3 ans pour quelques concerts et beaucoup de tourisme. En tout cas, nous les avons adoptés et je crois qu’ils nous ont déjà adoptés.

Vendredi a soufflé un vent de liberté. J’ai osé laisser mon mari déjeûner tout seul à l’université pour aller à la bibliothèque du quartier. Je commence à fréquenter le rayon « Carrière et recherche d’emploi ». Je vais peut-être fréquenter un cercle de lecture … Je vous dirai.

Samedi matin, la révolution est en marche. Je suis allée à l’ Environnemental Education Center’s Garden pour participer au jardinage collectif. J’ai donc découvert le principe du volontariat au Etats Unis. Beaucoup d’adolescent sont « désignés volontaires » pour gagner des points pour le lycée / l’Eglise / la future université. Donc c’était un groupe essentiellement composé de jeunes lycéens et quelques adultes. J’ai commencé à apprendre le jardin texan. Notre équipe s’est occupée de tailler les rosiers atteints de la « Rose rosette ». Une maladie virale, transmise par une mite, qui donne une forme tordue aux feuilles. Ca faisait mal au coeur : 2 beaux rosier tout en fleur, réduits à 2 boules de feuille. La cheftaine nous a expliqué qu’on allait probablement complètement perdre les rosiers. Aux jardiniers français, si vous connaissez l’équivalent en France, je suis intéressée de savoir le nom.

IMG_0563
Le rosier, avant la taille. Je n’ai pas eu le coeur de le photographier après

IMG_0564
Les fleurs malades … Désolée pour la qualité … 

Dimanche matin, retour au temple. Je vous passe l’Ecole du dimanche pour adulte, dont je ne sais pas encore quoi penser. Après le culte, nous sommes allés à la rencontre du conseil presbytéral « réduit » pour l’accueil des nouveaux paroissiens. Donc accolade « à l’américaine », bienvenue, papiers à remplir… J’aime bien remplir les cases : occupation (?? used to be a pulmonologist in France), phone number (not yet). Dans l’Eglise presbytérienne, il y a 2 traditions : la première de voter pour savoir si tout le monde est d’accord d’accepter les nouveaux … la deuxième de demander une « lettre de transfert » à l’ancienne paroisse, pour vérifier le baptême. Je souhaite bien du courage au secrétaire de paroisse pour demander une telle lettre (à Palaiseau ? à Metz ?). Ne vous inquiétez pas, si une telle lettre n’est pas possible, je réaffirmerai ma foi (et avec joie !).

Ensuite a eu lieu un repas de paroisse. Des macaronis, des boulettes de viande, de la salade verte et des Canolis. En 45min c’est fini, et tout le monde est parti. Nous étions à une table francophone, avec l’autre couple franco-américain de la paroisse et leur invité français. On se sent français quand on est les seuls à rester au milieu de la salle et à finir tranquillement de manger. On se sent français quand on aimerait bien un verre de vin, et un café à la fin …

Une semaine quasi normale … Mercredi nous partons pour Chicago, nous reviendrons dimanche. Je vous montrerai les photos. Et je guette toujours tout conseil de visite / resto / musée …

Bises à tous,

La grenouille

Les 10 commandements du clandestin de l’université

Avez-vous déjà fréquenté une université sans y être étudiant ni professeur ? Sans doute un jour avez-vous eu rendez-vous pour rencontrer un de vos amis. Peut-être même avez-vous pénétrer de longs couloirs pour y trouver son bureau.
Mais n’avez-vous jamais passé toutes vos journées dans une université à laquelle vous n’apparteniez pas ? Je le fais quotidiennement, et je me suis inventée un statut : Clandestin de l’université. Voici mes commandements :

Ton ordinateur avant de débuter la journée tu chargeras. 
Il y a bien des prises ici ou là pour recharger les appareils électroniques, mais à raison de 2 à 3 appareils par étudiant, les places sont chères. Alors autant anticiper …

Des endroits différents pour travailler tu trouveras
Si une personne travaille 8 heures d’affilée tous les jours à la même table, si j’étais le concierge, je me demanderais ce que cette personne étudie (à quels cours assiste-t-elle ???). Alors « keep moving ».

Avant de commencer à travailler, faire pipi tu iras 
Rappelez-vous le temps de la bibliothèque de la faculté de médecine de Strasbourg en 6ème année, où à force d’y passer des heures vous connaissiez tout le monde. Donc tout le monde surveillait votre porte-feuille et votre précieux passeport (euh … non, je n’avais pas encore de passeport). Là, je suis dans les couloirs, et même si les gens se font plutôt confiance, je suis plutôt du genre paranoïaque. Alors aller faire pipi veut dire changer de place (et éventuellement perdre une place munie d’une prise électrique …)

La bibliothèque tu découvriras 
C’est normal d’y passer plusieurs heures de suite, il y a des prises électriques partout, et peut-être même quelques livres à tendance médicale. Il n’y a pas de contrôle d’identité tant qu’on ne souhaite pas emprunter de livre. Mais j’avoue que j’ai du mal à appliquer ce commandement, à cause de tous les surveillants (quand bien même ils ne demandent pas la carte d’étudiant) et du froid qu’il y règne. Je me doute que j’irai plus régulièrement quand il fera vraiment froid dehors (ce qui arrive  au mois de janvier parait-il).

Lorsque dans un cours tu t’introduiras, même si tu n’y comprends rien intéressé tu seras.
Oui, je l’ai fait. Bon d’accord, pas en cours magistral de Calculus 1ère année, mais j’ai assisté à un mini-congrès de mathématiques. Je n’ai effectivement pas tout compris, mais ceux qui ne savaient pas que j’étais la femme d’un des orateurs n’y ont vu que du feu.

Une petite laine tu prendras
Parce qu’il a beau faire encore 25°C dehors l’après-midi, il fait toujours 15°C à l’intérieur. Et quand le soleil ne tape pas sur les vitres, j’ai franchement froid. Et oui, je suis française, que voulez-vous.

Semblant d’être habituée tu feras
Et oui, tous les jours après le déjeuner, nous allons au mini-Starbuck acheter 2 cafés (je tiens à souligner qu’ici l’Americano est un expresso et que le café normal est un café filtre …). Et bien vous le croirez ou pas, mais la vendeuse nous a tellement repérés qu’elle nous prépare nos 2 tasses en avance quand elle nous repère dans la file d’attente. Alors oui, je fais un peu partie de cette université.

Un code pour le réseau internet CometNet tu trouveras
Bon, je triche un peu. Je ne l’ai ni subtilisé, ni piraté. C’est mon chercheur de mari qui me l’a donné. Mais j’avoue que du coup je peux visiter mes e-mails, nourrir mon blog en direct de l’université … et consulter les revues auxquelles l’université est abonnées (comme le New England Journal of Medicine, je vous renvoie vers le dernier commandement)

Ton appartenance à l’université tu montreras
Bon, j’ai craqué, je ne l’ai pas encore appliqué ce commandement. Je n’ai pas encore de Tshirt orange atroce UT Dallas, ni de Tshirt non moins atroce Alpha Beta Sigma Lamba Kappa… Mais peut-être vais-je bientôt craquer pour un discret porte-clé orange ?
Je suis désolée pour les amateurs de couleur, mais les couleurs nationales de cette université sont orange et vert…

Un sujet d’étude tu te trouveras
Ben oui, parce que si vous jouez au tarot toute la journée, ça finit par être ennuyeux, et ça finit par se voir. Eventuellement vous vous ferez des amis avec qui vous jouerez au poker … Bon, je l’annonce officiellement, je révise pour les équivalences de médecine. Et j’y rajoute un extra qui fait pour l’instant partie de mes idées folles et grandioses qui retombent comme un soufflet (parmi la permaculture, la fromagerie, la couture …), alors je n’en dis rien. Mais oui, j’alterne physiologie, anatomie, biochimie et autre génétique. Je vous raconterai un autre jour comment ça se passe.

 

Et voilà !! 10 idées pour vivre dans une université où vous n’étudiez ni n’enseignez. Si vous avez d’autres bonnes idées, n’hésitez pas à les partager. J’aimerais peaufiner ma technique.
Aller, je vais trouver une place pour recharger mon ordinateur!!

16/9/14 Day one

C’est le jour de l’ouverture ! L’ouverture de ma nouvelle vie. Et comme j’ai envie de la partager, je vous la présente.

Je viens d’arriver à Dallas. Hier, c’était le long voyage de transition. Avec toute l’angoisse de peut générer la gestion de 2 valises pour 3 mois, des embouteillages sur l’autoroute A31 vers l’aéroport de Luxembourg, puis des contrôles de sécurité et d’identité à Luxembourg puis Londres.

Mais finalement je suis arrivée à bon port, avec une agent de l’immigration très compréhensive sur le fait de venir visiter son mari …

Hier ce fut aussi l’inventaire. J’ai retrouvé Jameson, mon américain de mari. Nous nous sommes serrés tellement fort, à 10cm de la porte de la douane, qu’une femme a été émue, nous a pris en photo et nous a proposé de nous envoyer ladite photo par SMS … Ah, 21ème siècle, quand tu nous tiens.

IMG_1116

Nous nous sommes retrouvés, comme 2 étrangers. Skype retransmet bien l’image et le son, mais pas encore le toucher ou l’odeur. Alors nous nous réapprivoisons. Et c’est délicieux de faire l’inventaire de son mari physiquement oublié.

Et finalement, aujourd’hui, c’est l’ouverture. Je suis allée sur le campus de « University of Texas at Dallas », qui se trouve en fait à Richardson, dans la proche banlieue nord. Il fera jusqu’à 86°F cet après-midi, et je présume que ce sera chaud.

A première vue, le campus, ce sont de beaux bâtiments climatisés à vous en donner des sueurs froides,2 grandes artères dont l’une avec de jolies fontaines, et des étudiants en short qui ont tous l’air de marcher seul, et dans toutes les directions. C’est aussi une librairie où l’on a du mal à trouver des livres, mais où l’on peut se procurer toute une collection d’objets et de vêtements à l’effigie de l’université.IMG_1897

Pour l’heure mes contacts avec les gens sont courts. Ce que je demande et soit hyperfacile (« vous ne voulez pas de place de parking ? non ? alors pas besoin de pièce d’identité »), soit impossible (« une carte de la ville ? non, pas ici, prenez l’autoroute 135 jusqu’à la mairie, ils ont une librairie officielle »).

Pour l’instant ce n’est que l’ouverture, mais bientôt j’aurai un vélo, pour agrandir mon champ d’exploration. Il faut bien des jolies choses à vous montrer dans la vitrine de ma boutique !!!