Carte postale de Pittsburgh (part 2)

Howdy y’all !

Comme promis je reviens avec la 2ème partie de notre semaine de vacances à Pittsburgh, Pennsylvanie.

En fin de journée le 28 décembre, nous sommes allés en famille « élargie » à Phipps botanical garden. C’est un jardin botanique, mais américain… C’est à dire qu’ils prennent les lumières de Noël super au sérieux … Donc de nouveau à la tombée de la nuit. Beaucoup d’orchidées, de sapins de Noël, et des sculptures de verre par l’artiste Chihuly … J’adore. Le jour où je serai « monétairement » riche, je serai mécène d’un artiste de sculpture sur verre…

IMG_0130

L’entrée du parc Phipps … La lumière devient franchement grise

jardin2

Tout est décoré pour Noël 

 Jardin1

Des orchidées partout

IMG_0148

IMG_0147

Des détails de décoration de verre ou de glace … 

      Les lumières de Noël … Très sérieux vous dis-je ! 

Puis de multiples sculptures de verre … J’adore !

 IMG_0137 IMG_0135jardin5jardin4jardin3IMG_0152

Mardi 29 décembre, nous nous sommes promenés entre « jeunes adultes », sans enfants, dans Pittsburgh. Encore une fois, les lumières de Noël dans PPG place (un bâtiment tout en verre, assez classe) avec une exposition de maisons de pain d’épice … J’ai eu du mal à mettre dans l’ambiance de Noël cette année (raison pour laquelle vous ne m’avez pas lu pour the 20th in America en décembre), mais avec ce séjour familial … J’étais à fond dedans !!!

IMG_0158IMG_0175

Le magasin de pop-corn à toutes les saveurs … Nous avons essayé parfum peanut butter … Pas mauvais, mais bizarre. 

IMG_0176

Le PPG building … Et sa collection de maisons de pain d’épice

Enfin, le 30 décembre, nous avons marché en amoureux sur Squirrel HIll, quartier situé à proximité des grandes universités : Pitts (le petit nom de University of PIttsburgh) et Cargenie Melon … Nous avons refait le monde en buvant du café … Le genre de jour chômé que j’adore, et qui me manque à Dallas …

Squirrel hill 1Squirrel hill 3

Here we go Steelers … L’équipe de foot que soutient toute ma famille … Et qui a perdu ces derniers temps … N’empêche que les bus l’affichent !

Et voilà une semaine de passée à manger, marcher un peu, regarder les lumières de Noël… Juste assez pour être fatigué et avoir envie de retourner au travail. Et pour attaquer la nouvelle année… Je vous en raconte un peu plus ces prochains temps …IMG_0191

Vues de la ville depuis le Mont Washington 

IMG_0192

 

Je vous embrasse,

La grenouille sur son banc en fer forgé …

Carte postale de Pittsburgh (part 1)

Howdy y’all !

Ca fait longtemps que je n’ai pas écrit par ici … C’est à dire que j’ai recommencé à travailler à presque plein temps et que le soir je suis vidée de toute énergie … Du coup ce blog surit tant bien que mal …

Du coup il est encore temps de vous souhaiter la bonne année 2016 ! Je vous souhaite de savoir où vous voulez aller dans la vie. Je crois que c’est mon seul souhait, parce que lorsque l’on sait où on va, même si l’on fait quelques détours, on peut garder ce cap qui est si important.

Il aussi encore temps de vous raconter mon voyage de fin d’année dans ma belle-famille élargie, à Pittsburgh, Pennsylvanie… Nous avons voyagé le 24 décembre pour arriver en soirée, juste à l’heure pour le dîner. Ici c’est rapide, juste le temps de se retrouver … C’est le jour de Noël qu’on célèbre Noël…

Le 25 décembre, je ne vous montre pas les photos qui sont des photos de familles, avec les enfants qui distribuent les paquets à tout le monde et surtout à eux même, plongeant dans les papiers cadeaux et jouant, qui avec ses nouveaux camions, qui avec son nouveau jeu … La vie de famille quoi !
Le menu de Noël ressemble étrangement au menu de Thanksgiving : dinde, farce au pain, sauce gravy, jambon de Noël, sauce aux cranberries, purée de pomme de terre, haricots vers noyés sous des crèmes diverses … Je peux vous dire que mon intestin a souffert d’un manque de légumes, parce que nous avons mangé les restes pendant toute la semaine. C’était bon, hein, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit …

Le dimanche 27 décembre, nous sommes aller à Kennywood Park. Il s’agit d’un parc d’attraction, situé au bord de la rivière, avec à Noël des illuminations spéciales. Nous y sommes allés le dernier jour, malgré la pluie et le froid, à la nuit tombante. Il y a un petit air de Tivoli (pour ceux qui connaissent à Copenhague). J’ai beaucoup aimé, même si du fait du petit occupant dans mon ventre je n’ai rien tenté des montagnes russes … Juste le petit train qui circule parmi les lumières de Noël.

IMG_0108

L’entrée du parc

IMG_0127

Le grand arbre de Noël (ci dessus) et le père Noël et son traineau (ci dessous)

IMG_0124

IMG_0128La sculpture sur glace de R2D2 … J’adore … 

Lundi 28 décembre, nous sommes allés nous promener en amoureux au bord de la rivière Monongahela. On voit que Pittsburgh était une ville du travail du métal … Ca me fait beaucoup penser à Hayange (vous vous rappeler, la carte de Noël dernier ?), avec des hauts fourneaux qui peinent à fonctionner (je crois que l’un d’entre eux fonctionnent encore), la ligne de chemin de fer qui longe la vallée, les ponts de fer qui traversent la rivière … J’avoue que j’aime cette ambiance, surtout à Pittsburgh où l’on sent que les communes font de réels efforts pour garder la vie malgré les difficultés de l’industrie.

Rivière Pittsburgh2 Rivière Pittsburgh3 Rivière Pittsburgh1 StarbuckLe mignon Starbuck où l’on s’est réfugié quand il a commencé à pleuvoir … 

Je vous raconte la suite dans le 2ème épisode …

Signé : la grenouille sur son banc en fer forgé.

 

Carte postale de Sens

Bonjour à toutes et à tous,

Ca faisait un petit moment que je n’étais pas venue vous écrire…

La semaine passée a été pour moi a dernière semaine à l’hôpital. Ma dernière semaine de pneumologue en exercice avant longtemps je pense. C’était à l’hôpital de Sens. Le temps de me reconfirmer que je n’en peux plus de travailler à l’hôpital (alors que celui-ci fonctionne correctement) … Et de me voir remercier par des patients et une partie de l’équipe pour mon écoute … Je pars fière de moi, un peu triste pour ces personnes qu’il est difficile de soulager, et heureuse d’aller vers un nouveau projet professionnel … Je vous raconterai bientôt.

De Sens je n’ai vu qu’une rue, vendredi soir. C’était mon dernier soir, et malgré la fatigue de la semaine, je suis « sortie ». Je vous rassure, seule on fait rarement nuit blanche.

IMG_0827 IMG_0828 IMG_0829 IMG_0830 IMG_0831

Je suis donc allée à pied depuis l’hôpital jusqu’au centre ville (environ 1,5km), de quoi découvrir certains bâtiments qui faisaient partie de l’enceinte de la ville. Puis une rue commerçante, qui débouche sur la cathédrale.

IMG_0832 IMG_0833 IMG_0834 IMG_0835 IMG_0836

Qu’elle est belle cette cathédrale. Elle est fraîchement restaurée. Ce fut la première cathédrale gothique de France, détruite par les intempéries et reconstruite avec la force des bras et la force de la foi. Durant l’été, tous les vendredis et samedis soir, il y a une projection de son et lumière sur la façade de la cathédrale, et c’était la première ce vendredi. Après un concert d’un orchestre d’harmonie, la foule s’est rassemblée pour le spectacle. Je vous le recommande chaleureusement, c’était vraiment chouette.

IMG_0840

De retour dans ma Lorraine, je prépare à présent le « vrai » départ pour les USA. Le 26 juin, je prends l’avion en aller simple, avec mon visa d’immigrante. Je vous raconterai aussi.

Aller, je vous embrasse,

La grenouille presque bourguignonne …

Carte postale de la Brasserie St Charles

Bonjour à toutes et à tous,

La semaine passée, nous sommes allés visiter, en amis, la brasserie St Charles. Avec l’autorisation du patron, j’ai pris pas mal de photographies, et j’avais envie de vous raconter comment on fabrique la bière de façon artisanale. Parce que la bière de la brasserie St Charles est vachement bonne (avec modération, hein ?). Parce que mon Julot et moi avons fabriqué notre première bière méthode en kit à domicile, que c’était vraiment chouette et qu’un jour j’ai envie de recommencer, mais en méthode « tout grain ».

Mon petit livre « faire sa bière maison » est resté à Dallas, alors je demande d’avance l’indulgence du lecteur pour mon manque de vocabulaire. Parce que Sylvain, le brasseur de la ferme St Charles, il dit « oui-oui » à toutes mes questions, mais il n’est pas très précis au niveau vocabulaire. Bon bon, passons aux choses sérieuses.

Il y a 3 grandes étapes dans la fabrication de la bière.

1. La première consiste à faire « cuire » de l’orge, du blé, ou d’autres céréales pour les joueurs, dans de l’eau. Il en reste un liquide qui deviendra la bière, et des résidus de céréales (qu’on a bien touillé, merci beaucoup) qui seront donnés aux cochons (il paraît que c’est une gourmandise pour eux).
Chez Sylvain, la cuve du haut est munie d’un feu à gaz en dessous. Nous sommes arrivés après cette étape. La future bière avait été transvasée dans lacuve du bas et était en train d’être filtrée à travers une pompe pour remonter dans la cuve du haut avant la 2ème étape.Cuves de brassage
Les 2 cuves : en haut la cuve avec brûleur, que l’on remplit avec le liquide pompé dans la cuve du bas

Avec le brasseur
Le brasseur, et la touilleuse de céréales

Après filtration§les céréalesLes résidus de la première cuisson, pour les cochons.
Et en version vidéo. Attention, c’est bruyant !

 

2. Le liquide est à nouveau chauffé, cette fois ci avec ajout de houblon (les espèces différentes) et d’ingrédients parfumés (par exemple des fleurs de sureau, recette suédoise). Nous sommes partis pendant cette étape … Mais le liquide est déjà très parfumé.

Pesée du malt
Dosage du houblon à ajouter dans la recette. 

Le brasseur brasse
Le brasseur brasse.

Cuve avec brûleurLa cuve avec son bruleur à gaz.

On en mesure la densité pour mesurer son taux de sucre (et son futur taux d’alcool) qui a une marge d’erreur autorisée de 0,5% par rapport à l’étiquette. Selon la mesure, on dilue avec un peu d’eau supplémentaire.

Mesure de la densitéOn se prépare à mesurer la densité de la future bière

3. La presque bière est transférée dans les cuves de fermentation. Là, on ajoute la levure pour faire la première fermentation. C’est l’unique étape que nous avons réalisé à la maison (la presque bière est livrée concentrée dans une boîte de conserve, à diluer dans de l’eau), et c’est l’étape que nous n’avons pas vue à la Brasserie St Charles. Ca bulle et ça patiente pendant 15 jours.

Les cuves de fermentationChaque recette a sa cuve … C’est ça d’être une vraie brasserie, même micro !

4. La bière est alors alcoolisée, mais plate. Elle est mise en fût ou en bouteille avec une nouvelle dose de sucre qui sera fermentée en gaz carbonique. Ce gaz, n’ayant pas la place de fuir de la bouteille ou du fût fermé, va se dissoudre dans la bière, et donnera les bulles et la mousse lors de l’ouverture (à l’heure de l’apéro). A la maison, cette étape dure au moins 2 semaines.

Bière St Charles

5. Quand on est un vrai brasseur, on étiquette ses bouteilles pour dire ce qu’il y a dedans (Sylvain a plusieurs recettes, qu’il vous raconte sur son site par ici). On les met en carton, en pack, ou sur palettes.

Etiquetage
L’étiquetage de l’Humeur du Brasseur (recette variable, donc).

Et vous voilà presque prêts à vendre votre production artisanale. Je n’aborde pas les choses administratives. Seulement le côté cuisine. Pour l’instant je viens de visiter la cuisine d’un restaurant… A la maison je réchauffe des plats cuisinés, mais j’ai très envie de suivre les recettes de mon livre de recettes (merci Gilles !) … Et pourquoi pas, un jour avoir une cuisine presque professionnelle ?

Si vous passez en Moselle, et notamment du côté de Flévy, notamment le samedi de 14h à 18h, la brasserie est ouverte aux visiteurs (et potentiels clients). Alors n’hésitez pas !

Prêt à déguster

Je vous embrasse (d’une haleine qui vient de déguster un verre de Black Out en écrivant cet article).

The brewer frog

 

 

 

 

 

 

 

Carte postale d’Ellis Island

Hello,

Chose promise chose due. Après vous avoir emmenés à travers les rues de New York (ici et ), je voudrais vous raconter ce qui était en fait notre première journée, à Ellis Island. Quand les gens nous demandaient ce que nous allions voir à New York, nous répondons Ellis Island … et les gens de nous regarder en s’interrogeant sur ce qu’il peut y avoir d’intéressant dans quelques murs à l’abandon … Et de nous demander pourquoi nous n’irions pas voir une comédie musicale sur Broadway …
Mais en fait, Broadway ne nous intéressait pas du tout pour cette fois-ci, et dans notre contexte de demande de visa, nous étions curieux de visiter ce lieux mythique de l’immigration aux Etats-Unis. Et la partie accessible au public est restaurée.

Nous avons pris le ferry depuis le New Jersey, avec Liberty cruise. Comme c’est un symbole de l’Amérique, ils sont un peu paranoïaques et passent tout le monde à la sécurité. Ensuite, direction : Ellis Island.

IMG_0094

IMG_0095

A l’arrivée, le bâtiment apparaît comme un château. Un grand bâtiment avec une entrée magistrale. Au rez de chaussée, on s’équipe de l’audioguide, et c’est parti. Nous sommes donc entrés par la salle des bagages. C’est l’endroit où les gens laissent leur balluchons pour passer à travers l’immigration. Quelques paranos (dont j’aurais fait probablement partie) gardaient coute que coute leurs affaires avec eux.

 

Ensuite tout le monde devait monter le grand escalier. En fait, c’était déjà le début de la visite médicale. Ceux qui sont essoufflés, ceux qui n’arrivent pas à monter sont déjà repérés par les médecins. En haut de l’escalier, on débarque dans la Registry Room. Une énorme pièce qui pouvait accueillir des milliers de personnes (12 000 personnes la plus grosse journée) dans un bruit qu’on imagine difficilement. Je vous ai fait une bande son de cette salle et de l’exposition qui suit, « Through America’s gate », qui raconte les étapes que l’on traversait lors du processus d’immigration.

La première étape, au fond de la grande salle, c’est la vérification de l’identité, avec traducteur. Les compagnies de bateau devaient préparer le travail en remplissant le manifeste du navire … La liste des passagers, leur origine, leur langue, etc …

IMG_0117 IMG_0118 IMG_0123

L’étape suivante, est médicale. Très brutale, très rapide. Les gens passent dans les mains de plusieurs médecins, celui qui dépiste les maladies oculaires, comme le trachome, celui qui ausculte plus ou moins à la recherche de la tuberculose. Il y avait tout un système de code pour savoir s’il fallait un examen médical plus approfondi, s’il fallait garder la personne en soins ou la renvoyer par bateau pour les cas désespérés. Il y a pleins de témoignages d’immigrants qui racontent leur arrivée, enfants… On dépistait aussi les problèmes psychiatriques et « d’intelligence ». C’est même là que de grandes avancées ont été faites en matière de test d’intelligence indépendants de la langue.

IMG_0131Le crochet à bouton 

IMG_0133Les codes écrits à la craie sur le col du manteau, en fonction des maladies

IMG_0134Parce que j’aime bien les arbres décisionnels… 

IMG_0152L’hôpital 

IMG_0154Les actes de naissance, et de décès sur Ellis Island

IMG_0156Le bloc opératoire

IMG_0151Les tests d’intelligence

Ensuite, pour ceux dont on se méfiait lors du premier bureau, il y avait un interrogatoire politique et judiciaire, à la recherche des communistes, des criminels. On regardait aussi si les mariages qui justifiaient l’immigration étaient véridiques, et on pouvait demander à l’époux déjà immigré de venir chercher son épouse (et oui, l’Amérique, c’était réputé dangereux pour les femmes seules).

IMG_0145Un télégramme envoyé à Monsieur, pour venir chercher Madame

Mon Julot a mieux retenu que moi les statistiques de passage. C’est par ici, mais c’est en Anglais ! Ensuite, c’est l’aventure qui continue. Munis de petits cartons pour savoir où on allait, les immigrants se répartissaient dans des trains vers le reste des USA. L’exposition montre aussi le commerce et l’organisation autour d’Ellis Island : les commerces d’alimentation et de change à la sortie de l’immigration, les associations caritatives parfois religieuses, parfois culturelles qui aidaient les gens détenus à Ellis Island …

IMG_0162A table … 

IMG_0148Une fois sorties, avec les cartes d’orientation pour les gares.

IMG_0144La buvette, avec les prix dans différentes langues … Sauf le « hot coffee »

Il y avait aussi une exposition sur les début de la nouvelle vie aux USA (le travail rude, les conditions de vie, mais aussi toutes les communautés d’origine et de religion, ainsi que les cours d’américanisation), sur les bâtiments eux-mêmes, et la rénovation du bâtiment (abandonné après la seconde guerre mondiale). J’ai pris moins de photos … Je crois que nous commencions à être un peu fatigués.

 

Alors voilà comment c’était dans les années 20. En général le processus d’immigration ne durait qu’une journée, mais une journée un peu violente, sûrement très angoissante. Il est vrai que les choses se font en douceur en ce qui me concerne, je pense que le médecin que je verrai le 20 mai n’utilisera pas de crochet à bouton pour me chercher le trachome … Mais ça fait un an que ça dure … Je vous raconterai en détail quand ce sera fini.

Aller, je vous laisse. A bientôt …

La grenouille immigrante.

Parce qu’on est quand même passés la voir après Ellis Island

New York … la suite !

Howdy y’all !

Comment allez-vous ? Qu’avez vous pensé des 4 minutes d’enregistrement de flûte chinoise ??? Vous voulez savoir la suite ? Si vous voulez lire le premier épisode, c’est par ici.

Le vendredi matin, nous avons pris notre petit-déjeûner après le métro, au Think Coffee, juste en face de l’université. Je n’ai pas dégaîné assez vite mon appareil photo, mais je vous aurais bien montré l’alignement de petites tables rondes, avec à chaque table une personne faisant face à la salle, scrutant scrupuleusement son écran de MacBook … Une vraie caricature.
Pendant que Julot partait travailler avec la crème des mathématiciens, j’ai suivi mon guide emprunté à la bibliothèque (une version de Lonely Planet spéciale New York) à travers Greenwich village. En l’espace de deux heures, j’ai vu l’appartement de Friends et l’appartement de Sex in the City… C’est bon, je peux mourir maintenant. En attendant, c’est un quartier à l’ambiance village, mais village citadin quand même. Les maisons sont chiques, il existe plein de petits commerces, de cafés, de restaurants de toutes origines. On sent bien que les loyers ne sont pas modérés, mais quel plaisir de s’y promener.

IMG_0288L’arche sur Washington Square

IMG_0289

Le printemps sur Washington Square

IMG_0293

Des petits cafés qui font envie. 

IMG_0294Le Café Wha, un café célèbre pour les musiciens

IMG_0295Une petite rue charmante …

IMG_0296Avenue of the Americas

 IMG_0307Jefferson Market Courthouse, devenu aujourd’hui une branche de la bibliothèque

IMG_0309Le jardin derrière la bibliothèque

IMG_0313Greenwich Village

IMG_0344Une vitrine insolite

IMG_0318

IMG_0319IMG_0345

IMG_0323Près de l’université, un après-midi normal à jouer au basket

Amidi, j’ai retrouvé mon homme, et son collègue. Après un déjeuner à base de burger (oui, ma ligne en a pris un coup …), je l’ai emmené dans un quartier qui avait l’air de valoir la peine dans mon guide, j’ai nommé East Village. En fait, en relisant correctement (mon guide parlait Anglais …), il s’agit d’un quartier où on peut aller manger de toute origine, pour par cher. Et effectivement, l’architecture est beaucoup moins cossue qu’à la même latitude à l’ouest …

Mais finalement, à force de marcher vers le sud, nous sommes arrivés jusqu’au pont de Brooklyn. De là, on voit toute l’East River, Brooklyn au loin (on a fait nos feignasses, on s’est arrêtés au milieu du pont), le pont de Manhattan … Nous sommes aussi passé du côté de l’hôtel de ville et du tribunal (celui où les mariés se marient quand ils veulent pas se marier à l’Eglise, ou face à la mer).

IMG_0336Le pont de Brooklyn

IMG_0337Le pont de Manhattan, vu du pont de Brooklyn

IMG_0330L’hôtel de ville

Plus tard, nous sommes retournés vers la folklorique Little Italy. Parce que le soir, il y a des guetteurs devant chaque restaurant, avec leur voix suave, qui nous expliquent pourquoi leur restaurant est le meilleur. Après une bière dans un pub-pizzeria, nous avons atterri au Lombardi’s pizza. La meilleure pizza de ma vie. Avec une sauce à la tomate qui a du goût, du basilic qui vient relever les autres ingrédients … Et comme on avait un peu sous-estimé la taille de la pizza, nous nous sommes juste goinfrés ! C’est donc de la pizza au four à bois. Et dans la salle du restaurant, un petit air de « mafia ». Le patron pose sur toutes les photos, tantôt avec ses pizzas, ou devant son four de 1927 (si je ne dis pas de bêtise), tantôt avec ses amis célèbres venus manger au restaurant.

 

Le lendemain, avant de reprendre l’avion vers Dallas, nous avons re-parcouru Greenwich Village avec notre valise. Si vous avez vu un couple tourner en rond avec une valise grise en parlant tantôt Français, tantôt Anglais … C’était nous ! Mais c’étais tellement charmant (malgré la valise). Nous sommes passés devant le restaurant de Jacqueline (et nous avons pensé à notre témoin Jacqueline !!) …

IMG_0342

Nous sommes rentrés tard ce soir là. Fatigués, mais heureux de notre voyage.

New York ! New York !

Hello,

Comme promis, je reviens vous poster mes cartes postales de New York, depuis la France … Après avoir péniblement voyagé toute la journée du mardi, après s’être perdus dans le métro new-yorkais (certains trains ne s’arrêtent pas à toutes les stations et nous avons mis quelques stations supplémentaires à s’en rendre compte…) nous sommes sortis au pied du World Trade Center. Trainant nos valises, nous avons pris le Path, le train de banlieue qui part vers le New Jersey. Arrivés de l’autre côté de l’Hudson, nous avons finalement trouvé « chambre ». C’est une chambre qu’on a trouvé sur Airbnb. Je mets le mot entre guillemets parce que la chambre était en fait la salle à manger séparée du reste de l’appartement par un rideau tendu et le lit un canapé déplié… Pendant ce temps, le propriétaire vivait dans la chambre, un peu caché … Mais l’avantage, c’est qu’on est dans les étages d’une tour avec vue … J’essaye de vous montrer un peu.IMG_0072

IMG_0074IMG_0075

Je peux vous dire que tous les soirs (et tous les matins), on s’est extasiés sur la skyline de l’autre côté de la rivière.

Mercredi, je vous en parlerai plus tard, nous avons passé toute la journée à Ellis Island (immigrante oblige).

Ce soir là, avec mon chéri, nous avons découvert Korea Town… Quelques rues où tout est écrit en coréen, et parfois traduit en Anglais. Après un dîner de rois, nous nous sommes promenés le long de Broadway, jusqu’à Time Square. Depuis le début de la soirée, je me demandais ce que c’était les deux hélicoptères qui faisaient du surplace. En fait, c’étaient les journalistes qui surveillaient « la » manif. Contre la violence policière (en réaction aux récents événements de Baltimore). Je ne suis pas une grande amie des manif en général … J’ai trop peur des mouvements de foule. Et nous voilà devant un cordon de policier, en train de contenir une foule manifestante, pendant que quelques manifestants se font arrêter … 5 policiers sur le dos d’un manifestant… Je ne sais pas si on fait « aussi bien » en France … Toujours est-il que je me suis enfuie, je peur de me retrouver dans la cohue…

La bande son de la manif…

Nous avons encore un peu zoné dans le quartier, vu la cathédrale de New York, vu Rockefeller Plaza (celle de 30 Rocks …). Impressionnant. Enfin, on s’est un peu galéré pour retrouver le métro. Et oui, qui dit manifestation dit métro fermé … Comme à Paris …IMG_0220IMG_0221IMG_0228The building General Electric

IMG_0230

La cathédrale de New York

IMG_0229

Rockefeller Plaza

Jeudi, monsieur parlait au Courant Institut (l’institut de mathématique de New York University, un endroit chic des mathématiques. Le quartier est chic, puisque c’est à la frontière de Greenwich village (prononcez Grinètch) et de Soho (ou plutôt Noho, au NOrd de HOuston Street).

IMG_0238

Une publicité murale pour une agence immoblière. Notez les toilettes en bas à gauche…

IMG_0243

Entre deux rues, un jardin communautaire à tendance artistique.

Je suis partie vers l’est. D’abord Noho, puis vers le sud, vers Soho, Little Italy et enfin China Town. J’ai voyagé le temps d’une matinée depuis le quartier branché des étudiants, jusqu’à la Chine et ses vieux qui jouent au Majong, en passant par Little Italy et les souvenirs des années 20 et 30 …

IMG_0252

Broadway

IMG_0264

Little Italy

IMG_0265

Une vitrine de « pastissier »… J’adore les tortellone au chocolat !

 IMG_0246IMG_0272

Columbus Park … et son ambiance sonore ci dessous

 

Puis j’ai repris le métro vers le nord. Je suis passée devant le musée Guggenheim … Mais j’ai mal calculé mon coup. Jeudi, c’est leur jour de fermeture hebdomadaire … Donc je me suis rabattue sur Central Park. Je ne sais pas si c’est l’effet touriste, mais j’ai trouvé Central Park plus respirant et agréable que le bois de Vincennes par exemple … Un peu crevée de ma marche, je n’ai pas pris beaucoup de photos. Mais je me suis posée sur les bancs. Ah oui, au fait… La langue officielle de Central Park, je crois bien que c’est le Français. La langue numéro 2 c’est quand même l’Anglais. Ensuite j’ai entendu beaucoup d’Italien et un peu d’Espagnol. Tous les arbres de Central Park étaient en fleur. C’était très beau. J’ai aussi espionné les élèves du quartier qui s’entraînaient en base-ball, dans leur tenue complète rouge au nom de l’école .. Et celui qui est dispensé de sport, il est en costume cravate à 12 ans … Ca doit pas rigoler tous les jours …

IMG_0281IMG_0284

 

Aller, je vous raconterai la deuxième journée de promenade dans la ville bientôt.

Je vous embrasse,

La Grenouille new-yorkaise …

Dallas Downtown !!

Howdy y’all ?

Je flotte un peu dans le temps, je déguste les températures qui montent doucement, mais en restant très agréables. Dimanche dernier (il y a déjà 1 semaine), nous sommes partis à vélo jusqu’à la gare de RER local, le DART. Après 30 minutes de vélo, nous avons pris le train pendant environ 30 minutes pour finalement atteindre le centre ville de Dallas, Downtown.

Gare surexposée

La gare de « quartier », en ouverture maximale, parce que je ne maîtrise pas complètement mon appareil photo …

Lovers Lane

Lovers Lane, la voie des amoureux … Un chemin prédestiné pour nous …

Réflection de tour

Les gratte-ciels qui se reflètent dans les autres gratte-ciels 

Peinture murale

Peinture murale vue du train

Train marchand Union Station, la gare d’arrivée – notez le train de marchandise qui passerait presque sur les mêmes voies que le DART …

Nous avons disserté avec mon cher et tendre de l’intérêt de ce centre ville. J’étais comme une folle avec mon appareil photo entre les gratte-ciels en train, pendant que Monsieur regrettait un peu l’architecture parisienne. Bon, d’accord ce n’est pas l’architecture haussmanienne, mais en même temps, j’aime bien. J’aime bien voir les choses se refléter dans les parois en verre, la cohabitation avec des bâtiments plus vieux. J’aime aussi les vestiges des pionniers, des éleveurs de bétail qui passaient par là …

Oh la vache !

Souvenir des pistes à bétail, qui passaient par Dallas.

Pioneer cemetery park

Pioneer Park Cemetery

The Dallas Morning News

The Dallas Morning News

En tout cas, j’ai enfin compris comment arriver au centre-ville, même si ce n’est pas très facile, ni très court. La ville s’ouvre à moi tout doucement. Je prépare le futur, doucement, sûrement, pour quand j’aurai enfin mon visa. Alors même si je flotte un peu dans le temps, je le goûte. Parce que je ne l’avais pas avant, et que je ne l’aurai peut-être pas de la même façon plus tard.

Vieu bâtiment

Il reste encore quelques vieux bâtiments entre les gratte-ciels

Parcmètre et palmiers

Alternance parcmètre – cactus …

 

Nuage sur gratte-ciel

Quand le ciel se reflète dans les façades de verre !

La tour satellite

Ne me demandez pas le nom de cette tour …

Entre 2 buildings

Quelques bâtiments plus anciens, plus typiques …

 Buildings

Superpositions

Dallas Public Library

Dallas Public Library – ou l’attaque des lampes de bureau cosmiques …

Cathédrale Dallas

Dallas a même sa cathédrale, j’ai nommé Cathedral GuadalupeDétail cathédral

Un détail de la façade de la cathédrale

Cierges à la mexicaine

Même si on est un peu loin de la frontière, ambiance hispano-catholique garantie …

 

Ah, le temps, toujours le temps.

Et vous ? Comment se passe le temps ? (Attention please, this is a call to all the French friends who stayed in France, but also a call to all the other people who want to share a comment here …)

 

Signé : la grenouille temporelle

Carte postale de l’Abbaye de la Pierre qui Vire

Chers tous,

Vous avais-je dit que je suis passée par l’Abbaye de la Pierre qui Vire ?
En allant en Bourgogne, j’ai eu envie de pousser un peu vers le Parc National du Morvan. En bonne Française, j’ai aussi regardé la carte des fromages, et j’ai découvert la boulette de la Pierre qui Vire … Quesaco ? C’est une Abbaye bénédictine, qui réunit une communauté de moines depuis 1850. Ils vivent loin de tout, dans la forêt de Vauban-St-Leger, selon la règle de Saint Benoit. Une vie rythmée par la prière et le travail. Ils utilisent le bois de la forêt pour la construction (même si depuis quelques pierres se sont ajoutées à l’édifice), ils cultivent un bout de jardin, et il y a une ferme laitière (même si ce ne sont plus les moines qui s’en occupent).

L'abbaye

Le parvis de l’Abbaye

J’ai donc contacté le frère hôtelier pour lui demander s’il pouvait m’accueillir pour un week-end de « fin de remplacement difficile ». En lisant les règles d’accueil, j’ai vite compris que ce n’est pas une chambre d’hôte de tourisme classique. Et qu’on n’y va pas juste pour goûter la boulette fromagère … J’ai hésité, un peu, beaucoup. Et puis finalement, j’ai décidé d’y aller.

L’arrivée est une transition. Au détour des virages de la petite route, on s’enfonce dans la forêt. Lorsque le moteur s’arrête, enfin … C’est un silence non silencieux. Il y a le bruit de la rivière, des oiseaux. La neige est encore là, en train de fondre, et c’est autant de petits ruisseaux que l’on entend aussi. Mais pas de bruit de la ville … Pas de réseau de téléphone (et donc pas de sonnerie), peu de moteur, pas de sirène. Une place pour faire le silence à l’intérieur de soi, surtout quand on a eu envie de faire la révolution à l’hôpital. Et le silence est venu peu à peu. Avec un petit goût de solitude aussi.

La porte d'entrée de l'hostellerie

La porte de l’hôtellerie. A droite, la lucarne du frère hôtelier.

Le temps est rythmé par la cloche pour chaque temps de prière. Je ne vous fais pas la liste, mais 6 fois par jour, la communauté se réunit dans son église pour prier, souvent en chantant les textes de prière. C’est une prière dont je n’ai pas l’habitude, assez lente, longue… Il est difficile d’y prendre vraiment part quand on ne chante pas soi même.

L'Eglise de l'Abbaye

L’Eglise, dont la façade a été modernisée il y a 10 ans environ

Entre les temps de prière, c’est travail pour les moines, et … Réflexion pour les autres … Je suis partie réfléchir dans la forêt, sur le chemin qui fait le tour de l’Abbaye notamment. C’est de là que viennent les photos.

Le tour de l'Abbaye

Le chemin du tour de l’Abbaye

Les gorges du Trinquelin

Les gorges du Trinquelin

Au détour du chemin

Au détour du chemin, on redécouvre là d’où l’on vient

L'abbaye de la Pierre qui Vire

Vue de la forêt

Le matin, le petit-déjeûner est silencieux. Le midi et le soir, les repas sont pris en commun avec tous les invités de l’hôtellerie. Il se trouve que ce week-end là, il y avait un cours de chant pour les moines et moniales de toute la France (et de langue française, l’une d’elles venait du Couvent de Nazareth en Israël). Ce fut donc l’occasion de multiples rencontres avec des moniales, des moines, des professeurs de chant … J’ai aussi rencontré un couple de Catholiques très impliqués dans leur diocèse (notamment dans la préparation des couples au mariage).
J’étais un peu gênée au début, comme « protestante étrangère » au sein de cette communauté catholique dont je ne possède pas les codes.

Vue de l'Eglise

L’Eglise, vue du haut de l’Abbaye

Au fur et à mesure, le silence s’est fait à l’intérieur. Une certaine sérénité s’est installée. Finalement prête pour le retour à la vie « normale » entre campagne française parentale et retour à Dallas, qui fut mouvementé comme vous le savez.

A ceux qui se posent des questions, à ceux qui veulent rencontrer une communauté, à ceux qui ont besoin d’un silence non silencieux propice à la prière ou à la réflexion, n’hésitez pas à trouver une communauté qui puisse vous accueillir le temps d’une retraite, un week-end ou quelques jours … Et n’hésitez pas à me raconter si vous l’avez déjà fait … Ca m’intéresserait d’avoir votre avis …

Je vous embrasse,

La Grenouille qui cherche

PS : Et vous savez pourquoi la Pierre qui Vire ? Parce qu’il y a des grosses pierres dans la région, dont une qui était devant l’Abbaye, et qui tournait, genre instable. Maintenant elle est fixée, et on lui a même dressé une statue dessus. J’ai essayé de vous la montrer en vidéo, mais j’ai eu quelques soucis techniques …

Carte postale d’Auxerre

Bonjour à toutes et à tous,

Depuis combien de temps est-ce que je vous parle de cette carte postale ??? Environ 1 mois non ? Je crois que le facteur virtuel vient de retrouver un sac de courrier en attente … Donc voilà ma carte postale de 3 semaines de remplacement à l’hôpital d’Auxerre au mois de janvier et février.

J’avais commencé mon séjour par défiler après les attentats de Charlie Hebdo et de l’HyperCasher. J’ai pris quelques photos pour me rappeler, mais rien à vraiment vous montrer. C’est assez bizarre de défiler seule au milieu d’une telle foule.

Je me suis aussi beaucoup promenée pendant ces week-ends de beau temps d’hiver. Je suis arrivée le lendemain de la tombée de la neige, et le beau temps a durer pratiquement les 15 jours …

Vue de la colline

Vu de la colline où se trouve l’hôpital

A Auxerre j’ai découvert le chemin de Cadet Roussel, dans le désordre. Il s’agit d’un parcours qui passe par tous les points marquants de la ville. En fait j’ai acheté le dépliant (1,5 euros) la veille de mon départ, pour découvrir que j’avais pratiquement vu tous les points intéressants par moi-même.

Sur les traces de Cadet Roussel

La statue de Cadet Roussel 

J’ai découvert la Cathédrale Saint-Etienne d’Auxerre. Elle date de 1215 pour ses fondations et est aujourd’hui une magnifique cathédrale gothique. Je ne suis pas une très bonne guide, alors je vous montre les quelques photos. Mais j’ai vraiment adoré l’enchevêtrement de petites rues autour de la cathédrale. Un labyrinthe charmant.

Cathédrale d'AuxerreLa cathédrale d’Auxerre

 

Détail chapiteau et vitrauxUn chapiteau de la cathédrale 

 

L'orgue de la cathédraleL‘orgue de la cathédraleDétail de la cathédrale

J’ai aussi découvert l’Abbaye de St Germain. Il s’agit d’une Abbaye qui n’accueille plus de  communauté monastique aujourd’hui, mais qui recèle encore un musée. Encore un chef d’oeuvre d’architecture. J’avoue que j’ai adoré la pièce consacrée à l’Ecriture des Moines. Comment ils copiaient la Bible avant l’invention de l’imprimerie, mais aussi les techniques de fabrication des pigments, les techniques de fabrication des « papiers » qu’ils soient végétaux, ou animaux (j’ai découvert que le vélin n’est autre que du parchemin à partir de peau de veau mort-né … Laekker !).

Façade Abbaye St GermainLa façade de l’Abbaye St Germain

Abbaye St Germain

Le déambulatoire

Intérieur Abbaye St Germain

 

L’intérieur de l’Abbaye

J’ai aussi marché à travers les rues, vers la Tour de l’Horloge. J’ai trouvé la cabine téléphonique britannique de la ville (ne me demandez pas pourquoi …).

Cabine téléphonique

 

Une jolie petite place

La banque

Les façades cossues de la ville

La tour de l'horlogeLa Tour de l’Horloge

Petite rue d'Auxerre

Une petite rue qui donne envie d’y aller


Maisons à colombage

Les maisons à colombage. Nous ne sommes pas en Alsace …

C’est une très belle ville. Etant seule et « de service », je n’ai pas beaucoup testé la gastronomie fromagère et vinicole, mais j’ai eu souvent l’eau à la bouche. En tout cas, je vous recommande cette belle ville.

Je vous embrasse,

La Grenouille bourguignonne