Carte postale de la Brasserie St Charles

Bonjour à toutes et à tous,

La semaine passée, nous sommes allés visiter, en amis, la brasserie St Charles. Avec l’autorisation du patron, j’ai pris pas mal de photographies, et j’avais envie de vous raconter comment on fabrique la bière de façon artisanale. Parce que la bière de la brasserie St Charles est vachement bonne (avec modération, hein ?). Parce que mon Julot et moi avons fabriqué notre première bière méthode en kit à domicile, que c’était vraiment chouette et qu’un jour j’ai envie de recommencer, mais en méthode « tout grain ».

Mon petit livre « faire sa bière maison » est resté à Dallas, alors je demande d’avance l’indulgence du lecteur pour mon manque de vocabulaire. Parce que Sylvain, le brasseur de la ferme St Charles, il dit « oui-oui » à toutes mes questions, mais il n’est pas très précis au niveau vocabulaire. Bon bon, passons aux choses sérieuses.

Il y a 3 grandes étapes dans la fabrication de la bière.

1. La première consiste à faire « cuire » de l’orge, du blé, ou d’autres céréales pour les joueurs, dans de l’eau. Il en reste un liquide qui deviendra la bière, et des résidus de céréales (qu’on a bien touillé, merci beaucoup) qui seront donnés aux cochons (il paraît que c’est une gourmandise pour eux).
Chez Sylvain, la cuve du haut est munie d’un feu à gaz en dessous. Nous sommes arrivés après cette étape. La future bière avait été transvasée dans lacuve du bas et était en train d’être filtrée à travers une pompe pour remonter dans la cuve du haut avant la 2ème étape.Cuves de brassage
Les 2 cuves : en haut la cuve avec brûleur, que l’on remplit avec le liquide pompé dans la cuve du bas

Avec le brasseur
Le brasseur, et la touilleuse de céréales

Après filtration§les céréalesLes résidus de la première cuisson, pour les cochons.
Et en version vidéo. Attention, c’est bruyant !

 

2. Le liquide est à nouveau chauffé, cette fois ci avec ajout de houblon (les espèces différentes) et d’ingrédients parfumés (par exemple des fleurs de sureau, recette suédoise). Nous sommes partis pendant cette étape … Mais le liquide est déjà très parfumé.

Pesée du malt
Dosage du houblon à ajouter dans la recette. 

Le brasseur brasse
Le brasseur brasse.

Cuve avec brûleurLa cuve avec son bruleur à gaz.

On en mesure la densité pour mesurer son taux de sucre (et son futur taux d’alcool) qui a une marge d’erreur autorisée de 0,5% par rapport à l’étiquette. Selon la mesure, on dilue avec un peu d’eau supplémentaire.

Mesure de la densitéOn se prépare à mesurer la densité de la future bière

3. La presque bière est transférée dans les cuves de fermentation. Là, on ajoute la levure pour faire la première fermentation. C’est l’unique étape que nous avons réalisé à la maison (la presque bière est livrée concentrée dans une boîte de conserve, à diluer dans de l’eau), et c’est l’étape que nous n’avons pas vue à la Brasserie St Charles. Ca bulle et ça patiente pendant 15 jours.

Les cuves de fermentationChaque recette a sa cuve … C’est ça d’être une vraie brasserie, même micro !

4. La bière est alors alcoolisée, mais plate. Elle est mise en fût ou en bouteille avec une nouvelle dose de sucre qui sera fermentée en gaz carbonique. Ce gaz, n’ayant pas la place de fuir de la bouteille ou du fût fermé, va se dissoudre dans la bière, et donnera les bulles et la mousse lors de l’ouverture (à l’heure de l’apéro). A la maison, cette étape dure au moins 2 semaines.

Bière St Charles

5. Quand on est un vrai brasseur, on étiquette ses bouteilles pour dire ce qu’il y a dedans (Sylvain a plusieurs recettes, qu’il vous raconte sur son site par ici). On les met en carton, en pack, ou sur palettes.

Etiquetage
L’étiquetage de l’Humeur du Brasseur (recette variable, donc).

Et vous voilà presque prêts à vendre votre production artisanale. Je n’aborde pas les choses administratives. Seulement le côté cuisine. Pour l’instant je viens de visiter la cuisine d’un restaurant… A la maison je réchauffe des plats cuisinés, mais j’ai très envie de suivre les recettes de mon livre de recettes (merci Gilles !) … Et pourquoi pas, un jour avoir une cuisine presque professionnelle ?

Si vous passez en Moselle, et notamment du côté de Flévy, notamment le samedi de 14h à 18h, la brasserie est ouverte aux visiteurs (et potentiels clients). Alors n’hésitez pas !

Prêt à déguster

Je vous embrasse (d’une haleine qui vient de déguster un verre de Black Out en écrivant cet article).

The brewer frog

 

 

 

 

 

 

 

Deep Ellum

deep ellum logo

Bonjour,

Dimanche après-midi, j’ai eu besoin de faire la touriste à Dallas. Alors Jameson m’a emmené à Deep Ellum, sur les bons conseils de son frère Ben. Il s’agit d’un quartier « cool », avec pleins de bars, de restaurants, quelques terrasses … Et une microbrasserie (plus si micro que ça, mais très chouette).

La première étape est d’arriver à Deep Ellum. Nous prenons la voiture, direction l’autoroute centrale (I75) vers le sud. Ca se complique franchement quand on loupe la sortie « Downtown » (elle sortait sur la gauche) et qu’on se retrouve sur la I35 … Nous avons donc fait tout le tour du centre-ville pour finalement le traverser par Commerce Street (l’une des 3 rues parallèles du centre avec Main Street et Elm Street). Après avoir vu les gratte-ciel vus d’en bas, nous sommes finalement arrivés à bon port.

Nous avons ensuite commencé un tour à pied dans le quartier. Bon, d’accord, le dimanche en fin de journée n’est peut-être pas le moment le plus branché de la semaine dans ce quartier, mais notre nez / GPS nous a mené directement à la brasserie. Je me rends compte que je n’ai pris aucune photo pour vous, ni des murs peints, ni des vitrines ambiance années 60. Je suis juste restée le nez en l’air. Mais vous trouverez des images sur le site internet du quartier, en attendant que nous y retournions.

La brasserie, nommée Deep Ellum Brewery Co. , nous a accueillis avec sa cour donnant sur les entrepôts et le lieu de fabrication.

deep ellum beer

Heureusement pour Jameson, il y avait la possibilité de choisir le « menu dégustation », avec 4 galopins de bières différentes. Comme j’avais juste soif, j’ai choisi une Deep Ellum Pale Ale, un peu plus légère. Mais aussi légère soit-elle, nous avons refait le monde. L’endroit s’y prêtait.

IMG_0536          IMG_0535
A gauche la Deep Ellum Pale Ale, à droite les 4 galopins (Dallas Blond, Morpheus, Dream Crusher et Double Brown Stout si nos souvenirs sont bons)

IMG_0537Quelque minutes avant de refaire le monde

Pour faire ce post, je suis retournée sur le site internet du quartier de Deep Ellum, et j’ai découvert l’histoire du quartier. Le fait qe des européens et des noirs se sont installés là, que le jazz a vécu ses belles heures dans ce quartier de Dallas. Aujourd’hui, le quartier redémarre avec des artistes visuels et musicaux. Et j’avoue que ce côté BoBo, j’adore. Alors oui, c’est sûre nous y retournerons (peut-être pour le marché en plein air ?)

La journée s’est finie sur un beau coucher de soleil, en plein axe de ces 3 rues. Un beau dimanche.

IMG_0540