Mon année d’hésitation professionnelle

 

Hello,

Je sais que la majorité de ceux qui me lisent me connaissent personnellement et savent déjà par quelles hésitations professionnelles je suis passée. Ceux-là ne savent pas encore très bien ce que je suis en train de faire. Pour les autres qui ne me connaissent pas personnellement, je vous raconte ma dernière année d’hésitation professionnelle.

Je suis donc pneumologue de formation, spécialisée en cancérologie thoracique… Pourquoi ce choix ? Il y a peu je vous aurais dit que j’ai choisi la pneumologie parce qu’on m’a mis un fibroscope dans les mains pendant mon premier semestre d’interne et que j’ai adoré le côté technique. Egalement parce que cet organe est touché par tous les types de maladie, de la maladie auto-immune au cancer en passant par les traumatismes et l’asthme … Je vous aurais dis aussi que j’ai appris la cancérologie à une époque où je voulais retourner en province, et que cette spécialisation ouvrait beaucoup de portes …

J’ai travaillé dans 2 hôpitaux, dans lesquels j’ai largement porté mon étiquette d’oncologue thoracique. J’ai prescrit beaucoup de chimiothérapie, j’ai annoncé pas mal de cancer, et j’ai malheureusement également soigné beaucoup de mourant et constaté de nombreux décès … Epuisée, j’ai quitté mon dernier hôpital le 30 juin (il y a donc un peu plus d’1 an), rêvant encore d’un visa en quelques mois …

Puis le temps s’est étiré. Les mois sont devenus un an. J’ai fait quelques remplacement pendant mes retours en France, mais vous avez remarqué que ce n’est pas ma meilleure expérience professionnelle. Aux USA, j’ai rêvé. J’ai essayé d’apprendre des choses, et en particulier l’Anglais. Mes rêves professionnels sont partis dans tous les sens.

Initialement, c’était des choses plutôt pratiques comme fabriquer mon fromage, fabriquer ma bière, faire de la permaculture dans un jardin potager … Ok, j’ai fait un brassin de bière (et le second est en route) … Mais ça ne fait pas de moi un brasseur. Puis j’ai fait des test de personnalité genre  Brigs Meyer test … Et j’ai imaginé devenir bibliothécaire, libraire ou conseillère d’orientation en lycée. Que des choses faciles au niveau diplôme (master de science de la bibliothèque en 2 ans, master de pédagogie pour le conseiller d’orientation avec la licence spéciale « lycée »). L’idée de devoir me former pendant 2 ans m’a vraiment fait réfléchir.

Puis je suis rentrée en France … Mon entourage m’a un peu fait comprendre que 2 ans de formation, c’était cher payé (dans tous les sens du terme). Et puis il y a eu les attentats en janvier. Je me suis mise à réfléchir sur la liberté d’expression et ce qu’on en faisait. En même temps mon visa commençait à s’éterniser et je me suis mise à réfléchir sur l’immigration en général, vers les pays riches en particulier.

En revenant aux USA, j’ai suivi un cours sur EdX (la plateforme de Mooc) intitulé « Journalism for Social Change ». J’en ai même écrit un article en Anglais après avoir interviewé par e-mail des personnes de l’Eglise presbytérienne qui s’occupent d’immigration / d’une paroisse près de la frontière mexicaine. Mais quelque chose ne collait pas …

Alors je suis devenue pragmatique et j’ai imaginé devenir prof de français. J’ai regardé les diplômes de l’Alliance Française … très chers … J’ai regardé des livres, des sources internet. J’ai même préparé mes premières leçons, pour niveau très avancé … J’en ai parlé longuement avec ma cousine Eva, professeur de Français langue étrangère en France.

Mais en fait, depuis 3 mois, j’observais les sites de coaching professionnel. Comment trouver son métier. Je me suis nourrie de leurs conseils professionnels, j’ai lu des livres écrits par eux (en Anglais s’il vous plaît). Mais je n’arrivais pas à trouver l’idée qui me faisait vibrer, sans demander 5 ans d’étude et 50 000 dollars d’investissement…
Alors j’ai décidé de payer pour être guidée personnellement.

L’intitulé de la première étape de cet accompagnement s’intitulait « Je trouve le job qui me colle à la peau et me fait vibrer ». En 1 semaine ? ce que je cherche depuis 1 an ?
Et bien oui, cette coach l’a fait… Et depuis 5 mois maintenant elle m’accompagne dans la création de mon entreprise, en se reposant beaucoup sur la notion de « mission », de pourquoi on fait les choses, de leur donner du sens… Et j’avoue que cela m’a parlé.

Je deviens donc spécialiste de l’accompagnement des femmes qui on eu un cancer et veulent accomplir leur vie à l’issue de cette maladie. Je voudrais les aider à reprendre leur vie en main, que ce soit la vie quotidienne, comme leur vie au sens plus large.

Qui l’eut cru, qu’en 1 semaine je trouve mon job (qui en fait se base beaucoup sur le premier travail) ? Si vous voulez en savoir plus sur ma coach, n’hésitez pas à me contacter et je vous dirai. Et pareil si vous voulez en savoir plus sur mon propre travail. Parce que la grenouille se révèle, je vous redonne le lien vers mon nouveau blog : www.projetsdcoeur.com 

La grenouille travailleuse,

 

2 réflexions au sujet de « Mon année d’hésitation professionnelle »

  1. Roh lala… je viens juste de « connecter les dots » ! C’est toi qui est derrière ce projet! Et bien félicitations, c’est un beau projet et je te souhaite beaucoup de succès dans ce virage pro. C’est très courageux, je t’admire! All the best

    • Merci pour tes encouragements ! Je les garde dans ma boîte à encouragement, parce que trouver sa voie professionnelle dans le monde de la santé et du « bien-être », c’est un peu comme trouver son chemin dans la jungle … Mais on va y arriver !

Laisser un commentaire