Cher Grand-Papa !

Bonjour à tous,

Vous m’excuserez, mais comme mon Grand-Papa n’a plus d’adresse terrestre depuis bien longtemps, j’ai décidé d’envoyer mon message dans l’espace des internets. Vous pouvez lire quand même si vous le souhaitez, vous pouvez même réagir si le coeur vous en dit.

Cher Grand-Papa,

Tu aurais été fier de moi ! J’ai suivi ton modèle. Le modèle « je construis mon vélo dans le salon ». Et je voulais te raconter, à toi, cette aventure.
Il y a un mois, nous nous sommes fait voler nos vélos, mon Julot et moi. On tourne le dos une semaine, ils ont beau avoir un cadenas dessus, ils ne sont pas accrochés à quelque chose. Ce pays n’est pas prévu pour accrocher quelque chose dessus ! Donc ils ont disparu.

Pas de problème … Ca me donne une bonne excuse pour choisir un nouveau vélo avec un porte-bagage et surtout des gardes-boues pour rouler par temps de pluie (et oui, ça arrive parfois à Dallas, même si ce n’est pas au mois d’août). Nous partons à Walmart, ce méga supermarché qui vend tout, ou presque. Mon Julot se trouve un beau vélo mixte course/ VTT, plus léger que le précédent, avec quelques vitesses de plus. Mais de mon côté, j’ai le choix entre le VTT (donc sans garde-boue, parce que c’est bien connu, le VTT c’est plus fun avec de la boue plein le dos et plein le visage), ou l’American cruiser, lourd comme un camion, avec une seule vitesse et un guidon large d’1 mètre, pour frimer quand on pédale jusqu’au bout de sa rue et qu’on revient (oui, parce que je ne sais pas qui va plus loin avec ce genre d’engin).

Donc j’ai commandé mon vélo à Walmart-internet. Un mixte VTT/cruiser. Le guidon est moins large, il a un porte-bagage et des garde-boues, 7 vitesses (bien assez pour la platitude pas si plate de Dallas)… Et surtout il est couleur menthe à l’eau. C’est ma couleur fétiche du moment.

Sauf que voilà, quand j’ai été le chercher à Wallmart, l’employé chargé du montage de vélo était en vacances. C’est comme ça que la vendeuse m’a annoncé que j’allais repartir avec mon vélo en 10 morceaux dans un carton … Là, je me dis … Pas de problème, je viens d’une famille de cyclistes !vélo en pièces détachées

C’est avec fierté que je te raconte comment j’ai appris à monter un guidon sur sa fourche (et si possible dans le bon sens pour que le garde-boue s’adapte et ne vienne pas frotter la roue), à régler les freins avant après avoir monter la roue (et à tenter de l’équilibrer). J’ai monté les pédales. Et j’ai finalement appris à régler mon dérailleurs arrière.

Et j’ai pensé à toi, Grand-Papa. Quand tu passais des heures sur ton vélo de course. Je me souviens que dans ta chambre-atelier il y avait des chambres à air, des roues, peut-être plusieurs cadres de vélo… Je me rappelle confusément d’une caverne d’Ali-Baba pour cycliste. J’ai pensé à toi pendant les quelques jours où mon vélo en cours de montage trônait fièrement au milieu du salon. J’ai aussi pensé à Grand-Maman quand je devais sauter par-dessus le vélo, en soupirant. Je n’ai pas juré, parce que j’ai réussi à ne pas marcher sur les pièces ou les outils qui traînaient.

Mon vélo en cours de montage

A présent, je le roule tous les jours ou presque. Je le bichonne. Les vitesses passent nickel (mieux que n’importe quel autre vélo de ma vie !). Et je pense à toi quand je roule fièrement, accrochée à mon guidon toujours un peu large par rapport à un vélo européen.

Je t’embrasse,

Ta petite-fille qui se souvient !Mon vélo terminé

2 réflexions au sujet de « Cher Grand-Papa ! »

Laisser un commentaire