To choose or not to choose, that is the question.

Howdy,

This blog tries a new start… In English… Here we go. Remember the last post, where I listed why I wanted to blog… Well I didn’t blog very much since that one, but blogging stayed in a corner of my mind. So this blog will stay, I will sometimes imports all the posts from the other one to keep only one address but keep the content. And I hope to continue to share what I can. No specific theme for this blog, just some journaling, and maybe someday some posts with more documentation. Please comment, please share with whom might be interested.This will make it worth it.

So the theme of the day is how do I choose my professional pathway (and in fact, kinda my whole life pathway).

It’s been a while I am reading about permaculture. This way of life, this philosophy, first applied to garden and landscape designing, is now applied to social systems, to economy… But I never could apply it in my life. Last Summer, we had to move. Now we are house owners, in Waco, TX. And permaculture came back. And the question of becoming a homesteading stay at home mom came back. And there I have been the last couple of month, hesitating between homesteading and become a doctor again…

By the way I took the USMLE step 1 exam in december and passed it very well with a score of 242 (let’s brag a bit).

So I did a 2 columns table with different parts of life, trying to compare the 2 options. Here is how it goes:

 

Finding my community

My children

Selfcare

I
ncome

Connexion to nature

Permaculture philosophy

School for the children

Retirement

MEDICINE

Easy to serve as a doctor

I am their model, I show my passion, my efforts. Meanwhile I get a « pause » from them.

Hard to put in a very full planning.

Practicing a doctor should give us a good income

Becomes part of self-care, maybe having walks in the forrest.

I could learn herbalism. I could initiate the thinking about our healthcare system.

Public school is most often fine. If we get a good income, we might choose some kind of specific private school. Right now they would continue going to their preschool where they seem happy and where I become more involved.

I plan for it by saving. And if I want to homestead when older, the transition is easier than the other way.

HOMESTEADING

Harder to find, but it would be a more like-minded community.

I can stay all the time with them, I can show them nature and things in French more easily. But my son wants trains, and I am not good at trains…

Hard to give myself permission.

More fluctuating and insecure, there are ways to make an income while homesteading.

It is more easy to do.

Permaculture has been designed for home and gardens.

I could homeschool my kids and they could learn cool stuff in French.

With few income, I really need to be imaginative on how to sustain me during the older days. And I won’t go back to medicine at that point.

I also tried, after reading Brené Brown’s book « Dare to lead », to find my 2 core values. I’m not 100% sure about them, but it would be caring, integrity, mabye belonging and loyalty. At the end they stand for both options, so it didn’t help me in that decision.

My dear husband asked my what was my passion during my medical school. It still is understading complicated system, all the human relationships. Again these are true in both options.

I finally listen to Clothilde Dussoulier’s podcast « Change ma vie  » (Change my life) especially the episode about decision taking. At some point she explains that the worst you can do is to seem to make a decision, and keep coming back on it saying « what if … » That is exactly what I am doing. What if I began earlier. What if I decide to homestead but want to change. What if….

That table is very precious to me. It is what I am going to turn back to in a couple of months when studying for that Step 2 will drive me crazy. It is a matter of patience before I can practice medicine the way I want. But it can’t keep me to begin thinking the whole thing with my values, the principle of permaculture.

In conclusion, I am continuing to study to become a doctor. There will be sacrifices from everybody, but I hope it will be worth it. This school year I am taking my time, keeping step 2 CS for later. I decided to get involved in my children’s preschool (which happens to be in my church as well), and I will probably share more about this on next posts.

Pourquoi je blogue ?

Howdy y’all !

 

J’avais dit que j’écrirais plus souvent, je ne suis pas sûre d’avoir réussi. Ca, c’était en juillet 2017. Et depuis ?

Et bien ma crise de mal du pays est passée. Doucement, jusqu’à la prochaine fois. Mon mari a repoussé la prochaine crise en m’offrant un appareil à raclette à Noël. Nous avons testé la raclette texane, avec du cheddar et du pepper jack au lieu de la raclette. C’était très chouette.

Et puis nous avons accueilli Elise au mois de janvier. Elle dort beaucoup le jour, ce qui me laisserait un peu de temps pour faire autre chose, même si elle dort un peu moins le soir et se réveille normalement la nuit (normalement c’est à dire à peu près toutes les 2 heures).

Donc je me suis reposée la question de ce blog. Et de l’autre, celui qui parle anglais et de santé… J’ai envie d’écrire, mais sur lequel? Et quels sujets? Alors mes copines m’ont posé cette question: « Pourquoi blogues-tu? ». J’ai mis quelques jours à réussir à réfléchir, et voici le résultat de mes réflexions:

 

  • Pour avoir un support pour ordonner mes idées, sur ce que je veux faire dans la vie, que ce soit professionnelle ou en général. C’est d’ailleurs ce que je fais dans cet article.
  • Pour créer quelque chose, me sentir utile et reconnue par des lecteurs. La maternité c’est chouette, mais ça ne me suffit pas. Depuis toujours mon vœu est d’aider les autres, et je pense que via un blog ce peut être une façon de le faire.
  • Pour préparer tranquillement ce dont j’aimerais parler un jour à un seul endroit à propos de la santé, dans le cadre de la préparation de mon équivalence et de mon installation « à la française » à Waco. Parce que les médicaments sont très utiles mais ne suffisent pas à être en bonne santé. Le mode de vie est également très important, et nous n’en avons pas toujours conscience. Certes le sport, certes l’alimentation (et déjà là ce sujet peut devenir compliquer), mais également notre environnement, nos émotions et notre état d’esprit. Tout un programme.
  • Pour créer une crédibilité pour ce jour lointain où je m’installerai (ou ce jour moins lointain où je dois être candidate pour trouver un poster d’internat).
  • Je pensais bloguer pour rester en contact avec ma famille, mais je me rends compte que je me sens parfois mal à l’aise à partager certaines choses sur un blog « professionnel ». D’où ce blog plus personnel qui reste. Il est des choses autour desquelles j’aimerais échanger, mais je reste encore mal à l’aise d’en parler en public. C’est probablement le signe que ce n’est pas encore le temps d’en parler. Ce temps viendra probablement, mais visiblement chaque chose en son temps.
  • Je pensais bloguer pour raconter mon expatriation, mais je garde ce sentiment que beaucoup d’autres personnes le font bien mieux que moi. Certes peu de gens (voire personne ?) bloguent depuis Waco Texas en français, mais qu’y a-t-il de vraiment intéressant. Si vous me répondez ce qui vous intéresse, je considèrerai cette motivation plus avant.
  • Il est certes plus facile pour moi d’écrire en français, mais je me rends compte que ce que j’aspire à faire à travers un blog nécessite d’être fait en anglais. Que du coup cela me servira d’exercice pour maîtriser tout ce vocabulaire professionnel. Peut-être que je ferai des articles bilingues sur ce blog ci pour parler de la santé aux USA (même si je connais quelqu’un qui le fait déjà très bien !!!).
  • Je pensais bloguer pour soutenir mon projet de coach santé, mais j’avais souvent l’impression de me vendre quand je partageais mes articles. Bloguer sans intention de vendre quelque service que ce soit me permettra je pense de partager plus librement mes articles et peut-être d’avoir plus de lecteurs et donc plus de personnes touchées par ce que j’ai à partager.

 

Une idée a germé pour mon blog professionnel. Après la naissance d’Elise, je me retrouve très fatiguée, frustrée par la fatigue à manger beaucoup de sucreries. J’ai aussi conscience d’autres changements que j’aimerais faire, mais pour lesquels j’ai besoin de faire d’abord des recherches. L’idée est donc de partager mes différents pas de « remise en forme » après cette naissance. Des pas personnels, mais aussi familiaux.
Alors rien n’est encore fait, mais je mets ici le lien vers l’autre blog, celui qui parle anglais.

Et surtout soumettez-moi vos idées, vos commentaires… Parce que je blogue aussi pour dialoguer.

Le mal du pays

Bonjour à tous,

Je reprends ma plume électronique. Je viens de voir que je n’ai rien écris depuis septembre. Une nouvelle éternité.

Là je vous écris avec mon petit de 14 mois qui ne rêve que d’une chose, venir taper sur mon clavier d’ordinateur à son tour. Vous vous souvenez du lapin Duracell ? Et bien c’est mon petit. Il dort correctement, mais 11h la nuit (et pas 12 comme dans les livres), et la sieste dure 2 fois 45min quand j’ai de la chance. Pendant ses 2 siestes, j’ai le choix entre tenter de travailler, l’emmener marcher pendant qu’il dort dans sa poussette, ou faire la sieste avec lui. Parce que durant cette éternité, je suis retombée enceinte. J’en suis à la fin du premier trimestre, celui qui prend toute l’énergie …

Ce samedi nous avons invité nos nouveaux voisins (depuis un an quand même) à déjeûner chez nous. J’ai cuisiné quelque chose de chouette. Pas très compliqué, mais un peu travaillé. Un poulet rôti au thym et au citron, une ratatouille, des pommes de terres, des meringues avec de fraises et de la crème fouettée au dessert. C’était bon. Mais durant le repas, j’ai eu un peu de mal à me poser. Mon enfant qui mendiait sans cesse à manger, ou bien simplement de l’attention. Et nos voisins racontent beaucoup d’histoires, en passant parfois du coq à l’âne, en posant parfois quelques questions sur nos vies, mais en écoutant peu les réponses.
J’ai demandé à mon mari américain si c’était moi, eux ou culturel, ce genre de conversation peu intéressante, peu profonde, et qui ne va nulle part. Il m’a confirmé mon sentiment et nous en avons conclu que c’était probablement une partie des américains.

J’ai ensuite eu une grosse crise de mal du pays. La bonne cuisine me manque, et cuisiner un peu élaboré me demande tellement de travail qu’il me manque vraiment une table qui sait déguster (certes mon mari, mais pour le coup je n’ai pas l’impression que mes voisins ont apprécié mon travail à sa juste valeur). Donc bien manger me manque, manger pendant 4 ou 5 heures en refaisant le monde me manque. Je me suis rappelée le Dîner des 3 lions avec Gilles, Zac (les deux autres lions qui fêtent leur anniversaire le même mois que moi), Marie, Marie-Pierre, et les autres. Le repas pouvait durer toute l’après-midi. Je me suis dit que j’aurais bien bu un verre de vin (mais donc pas aujourd’hui avec la nouvelle crevette dans mon ventre). Mes amis m’ont manqué tellement que d’un coup, j’ai eu la crise de larme (peut-être aidée par les hormones de la grossesse???).

Dans mes méandres de réflexion, le petit centre ville de Metz m’a manqué. Ses cafés, ses boutiques de vêtement. Parce que hier soir nous sommes allés au Mall de Waco, et je vous le confirme, c’est vraiment dépressiogène. Les vêtements de fille sont informes, la moitié des boutiques fermées, l’autre moitié ne vaut pas la peine de s’y arrêter… Alors hier soir je me suis un peu effondrée…

Et aujourd’hui? Mon mari vient de partir en congrès, en me laissant avec mon petit sans voiture… Je peux vous dire que j’en viens presque à regretter le métro parisien.

En recherchant sur internet, je me suis demandée comment soigner le mal du pays. Les réponses vont de « manger la cuisine qui vous manque » (je n’ai pas encore trouvé de restaurant français à Waco), appelez vos proche (du coup c’est raté pour ce week-end avec le décalage horaire), faites des choses qui vous plaisent (et là, ce sera le sujet d’un prochain billet, c’est comment faire ce qui me plait avec mon 14 mois dans les pattes…)

Du coup j’ai décidé de reprendre le contact avec mon blog. On verra bien si je reviens écrire plus souvent par ici.

Point de photo dans ce billet, mais on va essayer de s’améliorer sur ce point.

Je vous embrasse,

 

Des nouvelles !

Howdy y’all !

Voilà quelques mois que je n’ai pas écrit par ici. Je ne sais pas si je saurai reprendre avec régularité. La vie a complètement changé…
Au mois de mars et avril, j’ai beaucoup travaillé, ayant accompagné une première cliente dans le cadre de mon projet professionnel. Quel bien fou de se sentir à nouveau utile à quelqu’un. Je n’en dis pas plus ici …

Et fin avril est arrivé ce qui devait arriver. Le 26 avril, à 5h02, est né notre fils. Une grosse crevette de 3500g et 51cm. J’ai découvert les joies des sauts d’hormone, de l’allaitement, des nuits décousues. Je ne sais pas combien j’ai envie d’en raconter ici.

img_0426Puis quand les journées ont commencé à se calmer un peu, j’ai commencé à faire les cartons … Parce qu’avec tout ça je ne vous ai jamais dit … Fin février est arrivé la chouette nouvelle que mon homme a obtenu un poste de professeur assistant à l’université de Baylor à Waco. Je voulais vous montrer ma première visite de Waco, une petite ville qui a l’air de renettre de ses cendres, entre la vie universitaire et l’émission télévisée « Fixer Upper » que l’on peut voir sur Netflix, où des familles achètent des ruines et un couple de designer / chef de travaux remet à neuf. img_0293
Bon … Nous avons donc préparé les cartons pour un déménagement fin juillet, avec un bébé de 3 mois dans les bras. Tout s’est passé comme il faut, même si j’ai été exténuée les jours suivants

Puis entre deux ouvertures de carton, on s’est payés le luxe de quelques jours de vacances avant la rentrée de Monsieur. Nous avons accompli beaucoup de tâches administratives (et mon statut d’étrangère ne facilite pas toujours les choses, je vous aurais bien fait un article rien que sur mon nouveau permis de conduire …).
Et nous avons fait le voyage jusqu’à Houston pour faire une demande de passeport pour moi au consulat (rappelez-vous, toujours avec un bébé de 3 mois dans les bras). Quitte à rouler si loin, nous avons poursuivi jusqu’à la mer à Galveston, où nous nous sommes fait chouchoutés dans un bed and breakfast, où on a mis les pieds dans le sable (pas vraiment dans l’eau …). J’ai plein de photos que j’aimerais vous montrer aussi…

img_0620

Notre bed and breakfast

Depuis, je découvre la vie à Waco… Le premier qui me demande si j’ai choisi une église (et encore plus laquelle), je le désingue net… C’est le sport national de la ville. Et comme il y a l’embarras du choix, ceci est devenu une question épineuse…
Je fréquente un groupe de mamans avec qui nous allons au parc, à la bibliothèque pour les histoires de bébé … J’ai rencontré dans ce groupe une autre maman française, et sa petite fille de 1 an … J’espère que nous pourrons parler français ensemble régulièrement. Je fréquente aussi un « café allaitement », parce que je me galère un peu avec ça … Je ne suis pas sûre de combien je veux en parler ici…

Et côté travail ? Et bien j’ai mille idées de choses à faire ici. Mais avec mon 4 mois 1/2 sur les bras, que j’ai très envie de laisser dans une crèche à temps partiel, mais que je n’arrive même pas à laisser une heure à la garderie de l’église tellement je suis maman-poule … Ce projet traîne un peu. Mais c’est promis, je vais y arriver.

Et sinon, je projette des vacances en France … En décembre … Oui parce que fin novembre j’accompagne Monsieur à son congrès à Rome (yes !!!!!). Et je poursuis le voyage seule vers ma Moselle d’origine avec mon petit sur les genoux (Monsieur doit retourner faire cours) les premières semaines de décembre. La rencontre de mon petit américain et de ses grands-parents franco-danois … Que j’ai hâte d’y être.

Voili voilou. Ce sera tout pour l’instant. Si je reprends goût à l’écriture ici, je vous ferai peut-être le guide touristique de Waco / Galveston, peut-être le guide maternité de Dallas Nord et Waco… Et je vous enverrai peut-être une carte postale de Moselle et de Paris et sa banlieue ou j’ai l’intention de passer voir les amis.

Je vous embrasse,

 

Super Tuesday

Howdy y’all !

Je fais des progrès ! Je reviens moins d’un mois après le précédent article … Parce qu’il s’en passe des choses et que j’ai envie de vous en parler.

Mardi, c’était Super Tuesday. Une sorte de premier tour pour les élections présidentielles… Mais je me suis fait expliquée les choses et voici ce que j’en ai compris.

Ce n’est pas un premier tour à proprement parler. Ce sont des élections primaires pour 2 partis, le parti démocrate et le parti républicain. Si vous avez d’autres opinions, c’est plus compliqué. Prenons l’exemple du parti libertarien (au hasard) … Ils vont organiser des élections primaires dans plusieurs états, mais pas tous, et notamment pas au Texas.
Lors de ces primaires, on vote pour des délégués, qui ensuite voteront pour un « nominee », un candidat qui participera à l’élection présidentielle proprement dite, qui a lieu en un seul tour.

Dans certains états, il s’agit d’un vote fermé. Cela veut dire que lorsque vous vous êtes inscrit sur les listes électorales vous avez déclaré votre position politique et vous serez admis uniquement dans le bureau de vote de ce parti pour la primaire. C’est ce qu’on appelle un caucus, comme par exemple dans l’Iowa ou le Kansas.
Dans d’autres états, comme au Texas, il suffit de se présenter au bureau de vote et de choisir sa file en fonction de l’inspiration du moment (et j’ai failli dire en fonction de la longueur de la file d’attente ?? Non, je suis cynique). La file de droite pour la primaire républicaine, la file de gauche pour la primaire démocrate. Logique non ?

Et il se trouve que plusieurs états (environ la moitié) organisent ce vote le même jour, un mardi. Et cette année c’était le mardi 1er mars.

Donc j’ai accompagné mon homme pour aller voter …
Nous sommes allés à la bibliothèque de mon quartier. Là nous avons découvert qu’en plus de voter pour la primaire, il pouvait aussi voter pour la primaire des élections d’une dizaine de juges/sheriff/représentant du congrès …

IMG_0334

La liste des candidats « conservateurs » en fonction des postes à pourvoir… 

Nous avons découvert une file d’attente de 2 heures environ … La personne du bureau de vote nous a expliqué que c’était à cause des machines de vote (des ordinateurs dédiés), qui fonctionnaient très lentement (je m’imaginais bien la machine fonctionner au rythme de Windows 95)…

IMG_0323

La file d’attente au moment où on commence … C’est parti pour 2 heures !

IMG_0324 Vous reconnaissez ma bilbiothèque ? A droite la file républicaine, à gauche (derrière les voitures), la file démocrate… Je dis derrière les voitures, parce qu’en plus des 2heures debout, on pouvait attendre parfois 15 minutes pour trouver une place de parking … 

Une fois sur place, nous avons fait la queue. Longtemps … Nous parlions Français ensemble, rien que pour embêter les gens … Et cette file d’attente, c’est un peu la cours des miracles … Je vous passe mon ventre de femme enceinte, mais il y avait aussi des personnes en chaise roulante, des personnes avec déambulateur … Qui ont toutes fait la queue. Je n’ai vue qu’une personne shunter la file, et je ne suis pas sûre qu’ils soient aller voter …

Une fois voté, on reçoit un tampon sur sa carte d’électeur, un petit autocollant à porter au revers de sa chemise et direction le dîner …

IMG_0326

Les panneaux plantés dans l’herbe de la bibliothèque, pour vous inciter à voter pour … Plein de personnes… IMG_0328

Ne me demandez pas quand aura lieu l’élection des juges … Je n’y comprends vraiment rien.

Par contre les délégués élus sont d’avance en faveur d’un candidat. C’est pour ça qu’on vous a expliqué que c’est Ted Cruz qui a gagné au Texas du côté républicain, mais que Donald Trump a aussi récolté des délégués en raison d’un bon score.
Ces délégués choisirons leur candidat plus tard.
Le 8 novembre, les citoyens américains pourront à nouveau faire la queue à leur bureau de vote préféré, pour voter à nouveau pour des délégués qui ensuite voteront pour un président des Etats-Unis…

IMG_0331

A l’entrée du bureau de vote : les pièces d’identité acceptées. Notez le permis de port d’arme … Nous sommes au Texas !

Avant cette attente, j’étais à mon club de lecture/bavassage préféré, en compagnie de plusieurs personnes d’origine étrangère. Des comme moi, qui sont franchement étrangers. Et des naturalisés, dont mon amie irakienne qui allait voter pour la première fois en tant qu’Américaine. Nous avons échangé autour des élections dans chacun de nos pays. Nous avons notamment parlé des dernières élections en Iraq… Et bien ça vous fait réfléchir …

IMG_0332

Et oui ! Mon chéri a voté !

Aller, je vous laisse. Ce soir je regarde le débat républicain …

 

Signé : la grenouille qui essaye de comprendre son nouveau pays.

 

PS : ne me demandez pas mes positions politiques, je ne les dévoilerai pas par ici …

10 choses qui m’étonnent aux USA

Howdy y’all !

Nous sommes le 22 février, et il est plus que temps pour moi de partager avec vous ma participation au défi inter-bloggueur « américain » proposé par Isabelle du blog logo-20th-300x225FromSide2Side et Isabelle du blog French Fries and Apple Pie, j’ai nommé The 20th in America. Oui, je sais, je suis la reine de l’anticipation … Le thème de ce mois-ci est « Les 10 plus grosses surprises que vous avez eu en arrivant aux US ».
Par arrivée, j’ai mélangé joyeusement mon arrivée comme touriste il y a 3 ans, mon arrivée comme fiancée en attente de son visa il y a 1 an 1/2 et ma première année ici … Parce que je réfléchis doucement mais sûrement.

La présence policière et sécuritaire en général

Eh oui … Quand tu es étrangère (et même quand tu es Américain en fait), ton premier contact avec le nouveau monde en arrivant à l’aéroport, c’est l’agent de l’immigration. Il peut être aimable, ennuyé, avoir décidé de t’emmerder … En tout cas il faut pas blaguer avec lui … Je vous ai déjà raconté mes quelques expériences. Plus tard, tu croises des policiers partout : dans les rues, à l’université (où il y a un poste de police miniature), à l’hôpital (où il y a aussi un poste de police miniature), dans les transports en commun. Ce sont tous de vrais policiers. A ceux là tu peux ajouter des agents de sécurité … J’avoue que ma petite tendance paranoïaque me fait plutôt avoir peur d’être arrêtée pour une mauvaise raison que de me faire sentir en sécurité … 

Les super-marchés où j’ai du mal à trouver ce que je cherche au début, et où je boude complètement certains rayons à présent

Un poncif de la française aux Etats-Unis. Je m’étais dis que j’irais dans le super-marché proche de chez moi… Mais point de pain décent, point de fromage, des légumes locaux (comprenez « made in USA ») et des rayons entiers de chips et de boissons colorées bizarres … A présent nous allons dans le super-marché des « foodies » où je boude quand même la moitié des rayons …
Encore aujourd’hui je découvre avec consternation des habitudes alimentaires américaines …

Ma « petite » paroisse de 2 pasteurs, où se tient 2 cultes tous les dimanches matins, dans une rue où se succèdent environ 5 églises différentes.

Bon… Ce blog ne se veut pas prosélyte, mais ce n’est pas un secret non plus, je suis protestante et j’ai rencontré mon bel Américain à l’église en France … Alors une des premières choses que nous avons établi en arrivant ici a été de nous trouver une paroisse. Nous avons donc fait du « church shopping », entendez par là visiter différentes paroisses pour choisir celle qui nous plaît. Quand je dis Eglise, je devrais peut-être dire temple en français, parce que les protestants vont au temple en France, et ils ont rarement le luxe de pouvoir choisir leur paroisse étant donné leur faible nombre.
Ici nous sommes à distance rapprochée d’au moins 2 églises presbytériennes (grossièrement l’équivalent des Réformés de France), autant d’églises luthériennes, et je n’ai pas compté les églises méthodistes, évangéliques, non-dénominationnelles … Et notre paroisse est qualifiée de petite … Traduisez 500 familles, 2 pasteurs à plein temps, 2 cultes tous les dimanches, un choeur de super niveau qui chante tous les dimanches aussi …
Everything’s bigger in Texas !

 Les échangeurs d’autoroute géant (et d’ailleurs les voitures géantes et les camions géants).

Une fois l’immigration passée, je suis main dans la main avec mon Julot, aux USA pour la première fois de ma vie. Et sa maman nous retrouve à l’aéroport pour nous amener jusqu’à la maison … Ce chemin de l’aéroport à la maison, j’ai dû le parcourir une dizaine de fois pour enfin comprendre quelque chose à ces échangeurs. Chaque sortie ou entrée d’autoroute se transforme en pont, chaque autoroute croisée l’est 30m plus haut (et pas 5m comme en France …) d’où des échangeurs sur échasses de déments …
Par ailleurs, les « petites » voitures sont déjà des voitures moyennes à l’échelle de France, les voitures normales sont des Pick-up trucks… Du coup les places de parking sont géantes, même si mes amis américains arrivent quand même à se garer de travers …

Ces gens qui supposent que je me déplace forcément en voiture.

Une transition toute trouvée … Julot a donc une « petite » voiture. Mais vous avez peut-être vu que nous essayons de rester « en forme » en pédalant, en marchant… En se déplaçant de façon utile sans voiture. Mais quand tu demandes ton chemin et qu’on te dit de passer par l’autoroute 75, quand on te dit que c’est pas loin (à 5 minutes en voiture) … Tu pleures ton centre-ville de Strasbourg, ou même d’Orsay … Ou même de Paris … Comme je ne suis pas téméraire, en général je réponds « oui-oui » et je laisse tomber l’affaire … Bon … depuis le temps j’ai dompté le code de la route texan (en fait surtout les conducteurs texans qui ignorent tous le code de la route texan) et j’écoute un peu plus les explications automobiles … Tout un poème.

Comment nous avons loué notre premier appartement.

Ce fut un de des premiers articles de ce blog. Nous vivons depuis bientôt 2 ans dans un appartement sombre, bruyant, tombant petit à petit en morceaux … Eh oui … Il s’agit d’un complexe, dont l’agence immobilière est exclusivement dédiée à celui-ci, à l’entrée du complexe. Jusque là, c’est surprenant mais c’est ok…
Là où je me suis sentie prise au dépourvue, c’est quand je n’ai visité que le « merveilleux » appartement témoin, que j’ai découvert notre appartement et son balcon-prison après avoir signé le contrat de location. Il est à l’ombre d’un arbre d’un côté, d’un garage de l’autre, et le 3ème mur n’a pas de fenêtre … D’ailleurs nous avons fait l’état des lieux nous-mêmes, sans l’aide ni la présence des « agents immobiliers »… Un jour je vous raconterai peut-être la sortie de cet appartement, je sens que ça va être à mourir de rire … Ou à mourir d’embarras … Nous verrons. OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ceux qui arrosent leur pelouse en période de sécheresse, pour mieux la couper quelques jours plus tard.

Ca se passe de commentaire… Et je vous passe le « souffleur fou », celui qui souffle les feuilles tombées des arbres de façon hebdomadaire et ce tout au long de l’année (oui, les saisons sont complètement différentes).

Ces mauvaises herbes et ces insectes que je ne connais pas.

C’est une des choses qui m’ont beaucoup interrogée lors de ma toute première visite américaine. J’étais en mode « ce sera mon futur pays » et j’avais un besoin terrible de trouver des repères… Sauf que la visite du jardin des plantes de Fort Worth en plein mois de juin m’avait complètement déroutée … Les chênes sont minuscules, les fougères sont géantes, je ne savais pas reconnaître une « poison ivy » (je ne sais toujours pas d’ailleurs …). Sans parler des mauvaises herbes qui ne ressemblaient pas du tout à celles que je connaissais. Sans parler des moustiques géants qui volaient partout …

Dallas, son univers impitoyaaaaaaaaableeeeuuuuu !

En fait, Dallas, soyons francs, c’est moche. C’est impitoyable. Des buildings de béton où on n’a pas du tout envie d’entrer (voire pas le droit d’ailleurs), des maisons en bois et en plastique isolant, des zones d’habitations qui s’alternent avec des zones de supermarchés et des terrains vagues qui ramassent toutes les ordures volantes … Je me pose encore des questions sur la santé mentale des responsables du plan d’urbanisation … Réflection de tour

Ces Américains isothermes

Nous sommes en juin, il fait 40°C dehors, 18°C dedans … L’Américain typique est en short, T-shirt et tong… Nous sommes en décembre ou en janvier, il fait 3°C dehors, toujours 18°C dedans … L’Américain typique est toujours en short, T shirt et … Ah non, il a mis des baskets …
Pendant ce temps-là, ma belle-famille et mes amis alimentent ma collection d’écharpes en tout genre, que je ne manque pas de porter, dehors en hiver, dedans en été … C’est mon signe distinctif … Et mon marie en ricane gentiment …

 

Bon … Les 10 points sont un peu en désordre … Mais ils sont là … Notez bien que ce blog est un peu le lieu de mes exaspérations et que du coup les surprises sont exprimées de façon un peu négatives … Mais en vrai je trouve doucement ma place … Bientôt je vous ferai peut-être la liste de 10 choses positives (qui m’ont peut-être moins surprises) du quartier …

Aller, je vous laisse là.
Je vous embrasse,

La grenouille

Pour les autres versions, c’est par là :

Isabelle du blog From Side 2 Side
Poppy du blog Les choses bleues
Stéphanie, du blog Les tribulation d’une famille française en Californie
Lilly du blog Rainwbow, etc.
Alain du blog A nous la Californie
Emilie du blog Expat école à la maison

 

Les transports en commun à Dallas

Howdy y’all !

J’ai testé pour vous les transports en commun ! Pour vous … J’avais pas vraiment le choix. Monsieur Frog est en déplacement avec la voiture et j’avais rendez-vous pour le suivi de notre têtard en devenir.

Nous avions déjà pris le DART (une sorte de RER) pour aller au centre ville, en atteignant la gare après 1/2 heure de vélo. Le week-end, c’est agréable, et le train est tellement plus accueillant que le RER parisien pour les vélos que j’avais une plutôt bonne opinion.

Donc je partais avec l’esprit positif, tout en sachant que je devais aller loin. Pour vous dire, en voiture il faut compter 20 minutes sans les embouteillages pour une dizaine de miles. Bon … Et ben c’était pas si facile que ça …

A l’aller, j’avais bien prévu l’itinéraire … Bus 451 pendant 30 minutes (avec des arrêts de bus parfois tous les 500m, je me dis que c’est plutôt bien desservi), j’attrape le train pour 2 stations puis je n’ai même pas à attendre le bus 428 qui est là sous mes yeux en descendant du train … Résultat des courses, une heure de trajet tout pile. Comme j’avais prévu large, je suis partie avec le bus de 8h11, arrivée vers 9h10 pour un rendez-vous à 10h40 … J’étais très large … Mais c’était ce que j’avais prévu. J’ai pris mon temps au café du coin, et je suis allée à mon rendez-vous … Je vous passe le fait que l’arrêt de bus d’arrivée descend dans l’herbe (et oui, le trottoir s’est arrêté 20m plus loin) … Je vous passe aussi le fait que voulant repérer l’arrêt de bus retour j’ai testé le feux piéton qui ne passe jamais au vert (et j’ai fait 2 cycles de feux voitures avant d’oser « griller » mon feu rouge)…

Le retour par contre … Ce fut une autre histoire … Plus d’1h30 le voyage retour … Eh oui, je rate un bus à 1 minute près (que je n’ai pas vu passé de loin, donc je pense qu’il était en avance sur son horaire). J’attends donc 15 minutes le suivant. A la gare, le train est passé avec 10 minutes de retard et le fameux 451 est parti à l’heure avec une correspondance de 20 minutes (oui, à 13h il y a un bus 451 toutes les heures …).
La faim se faisant franchement sentir (il est 13h30), je deviens chon-chon … Mon ticket de bus n’est pas passé une seule fois du premier coup dans leur lecteur de m…..

Et là tu te dis que pour une ville aussi grande, aussi peu dense, le réseau est plutôt pas mal. Toujours des places assises, la possibilité de transporter facilement son vélo, même dans le bus (chaque bus à un porte vélo dépliant à l’avant et on charge son vélo soi-même si on veut, et c’est gratuit). Et le ticket à volonté sur toute la région de Dallas est à 5$ (ce qui comparé aux prix parisiens dont j’ai l’habitude est vraiment peu cher). J’ai aussi beaucoup utilisé l’application téléphone du réseau, qui pour le coup est aussi mille fois mieux pensé que ce que j’ai pu essayé avec la RATP.
Mais quand même cette ville aussi grande … C’est pas possible en bus quand tu dépasses 1 correspondance. Et les arrêts de bus … Tu peux avoir de la chance et avoir un panneau avec les horaires et un banc, mais le plus souvent c’est tout juste le numéro de la ligne, un ID number pour l’arrêt (qui pourtant a un nom à bord du bus) …

C’est comme de vous dire que j’aurais tenté un Massy – Charenton le Pont à distance des gares RER … C’est long et compliqué…

Mais je suis rentrée vivante … Et affamée.
Pour ceux qui voudraient savoir, le têtard en devenir va bien …

 

IMG_0232IMG_0233

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon petit arrêt de bus du retour, à côté du feu qui ne passait jamais au vert … 

 

Et vous ? Ailleurs aux USA ? C’est comment les transports en commun ?

Je vous embrasse,

La grenouille en correspondance …

 

 

 

 

 

 

Library ou librairie ? The 20th in America

logo-20th-300x225Howdy y’all !

Cet article s’inscrit dans le cadre du défi The 20th in America proposé par Isabelle du blog From Side 2 Side et Laetitia du blog  French Fries and Apple Pie. Normalement tous les 20 du mois (mais je suis plutôt du genre the 21st in America), différents expatriés aux USA publient un article sur un thème commun. Donc ce mois ci : Library ou librairie ?

C’est donc en direct de ma bibliothèque, de ma library, que je vous écris. Je ne vous parlerai pas des belles bibliothèques à visiter comme la Georges W. Bush library … Je suis une mauvaise touriste (et en même temps, qu’est ce que ma bibliothèque de médecine rue de l’Ecole de Médecine à Paris me manque …). IMG_0213

La branche locale de la Dallas Public Library … j’ai nommé Renner Frankford Branch.IMG_0214

Devant la bibliothèque, une statue offerte par les Amis de la bibliothèque.

Non, je vais vous parler de comment ma bibliothèque de quartier me sauve la vie toutes les semaines. En déménageant de France et en triant mes kilos de livres, j’avais fait le voeux pieux (mais déjà oublié), d’arrêter d’acheter des livres et de seulement les emprunter à la bibliothèque. Du coup, en arrivant à Dallas, j’ai rapidement recherché la bibliothèque de quartier. La mienne n’est architecturalement parlant pas très accueillante (Renner Frankford branch), mais on trouve pas mal de livres … Surtout à la case bric à brac. Dès qu’on fait un peu de recherches, l’avantage est que l’on peut commander des livres de la bibliothèque centrale de Dallas (Dallas Public Library) qui est mieux fournie. Côté roman, ce n’est pas très « trendy », mais ils ont quelques bons volumes. Côté « livres en langue étrangère », de l’espagnol, du mandarin … Mais rien en Français… Ca vous étonne ? IMG_0216IMG_0215

Vues de l’intérieur … Pas très sexy, mais fonctionnel

Dallas Public Library

La façade de la bibliothèque centrale, loin au centre ville … 

Si cette bibliothèque me sauve encore la vie toutes les semaines, c’est que comme toutes les bibliothèques américaine, elle est très tournée vers l’utilisateur lui-même. Et c’est exprès que je ne dis pas lecteur. Je participe à un groupe de « lecture » (en vérité de discussion) en anglais seconde langue toutes les semaines, et c’est pour l’instant mon seul réel lien social ici. J’ai failli apprendre le Mahjong, on peut aussi participer à un groupe de couture et point de croix ou apprendre l’origami (je suis dans un quartier chinois et juif …)IMG_0217Pour le plaisir de vos mirettes, ci-dessus la façade et ci-dessous l’intérieur de la bibliothèque de Frisco, où une amie m’a emmenée voir une exposition sur Martin Luther King Jr. IMG_0220

Maintenant, je ne vous cache pas qu’une petite librairie de quartier avec les commentaires du libraire me manque aussi. Ici les librairies sont énormes, comme Barnes and Noble ou Half Price Book, le plus souvent… Et c’est assez impersonnel …

Alors voici mon témoignage : la bibliothèque, c’est l’endroit que je conseille pour trouver des cours de langue (ou du moins des groupes de discussion), pour choisir un livre et améliorer sa langue … J’ai aussi lu beaucoup de choses que je n’aurais jamais acheter durant mes hésitations professionnelles…
C’est mon 2ème bureau …

 

Pour voir les autres interprétations du thème, c’est par là :