Lumières de ma ville

Bonjour à tous,

Bien que de retour en France, j’avais prémédité un article …
Avant de partir aux USA, mais aussi pendant, je me suis mise à lire les blogs d’autres français (et en fait surtout françaises). Et parmi ces blogueuses, il y a Isabelle qui vit au Kansas (du blog FromSide2Side), et Caroline qui vit à New York (du blog Un rêve de Green Card). Elles proposent un « défi » aux autres blogueurs des USA :  » The 20th in America ». Chaque 20 du mois, un thème interprété par différentes personnes et mis en blog.

20thinamerica

Alors j’avais envie de participer, même si c’est pour un seul mois … Même si c’est un peu triché parce que, comme dirait Expat Blog, je ne suis pas une expatriée. Le thème du mois est « Les lumières de ma ville ». Voici le résultat (et comme je triche, je le publie le 21 …), version Dallas (et Richardson).

Tout s’est progressivement décoré le week-end après Thanksgiving.


IMG_0702
IMG_0703

Je n’ai pas vu de décoration « municipale ». Et comme je ne suis pas retournée du côté du « centre ville », je ne saurais vous dire si Dallas a fait un effort de ce côté là.

IMG_0705 IMG_0707 IMG_0709

Avant la dernière répétition de la chorale, j’ai pris mon vélo à la main et j’ai marché. J’ai marché environ 1 heure dans les rues de Richardson, à regarder les devantures des maisons plutôt cossues. Et contrairement à ce que j’ai connu dans ma banlieue, ça clignote un peu moins et je trouve globalement les lumières plus « élégantes » (si tant est qu’un renne devant ta maison puisse être élégant).

IMG_0699

Celui qui dit que mes photos sont de mauvaise qualité a raison. Et dire que je commence à avoir le mal du pays, mais en sens inverse.

Joyeux Noël à toutes et à tous, et à bientôt !

La Grenouille de Noël

PS : si vous voulez voir les autres interprétations, allez voir les sites de FromSide2Side ou de Rêve de Green Card. Elles listent les participants avec les liens vers leurs articles.

 

 

 

Langfredagsgryde (ou casserole du long vendredi)

Bonjour à toutes et à tous !!!

Je voudrais vous poser ma question existentielle de la semaine ? De quoi peut bien parler le blog « d’une expatriée » qui doit passer du temps « chez elle » en Moselle ? Fini les articles sur la grandeur de Dallas (je vous en réserve un sur les lumières de la ville …). Fini les articles de la chorale en toge. Je suis d’ailleurs ouverte à toute suggestion.

En attendant, j’essaye de garder les liens à peine tissés à Dallas. Le Wow reading club nous avait demandé la semaine dernière de ramener une recette favorite écrite. Alors malgré l’éloignement, j’ai voulu jouer le jeu et demandé à ma maman la recette de la « soupe du vendredi ».

Je vous donne la recette, en danois et en anglais (amis de la francophonie : bonjour !)

Langfredagsgryde

¾ kg skært oksekød, 3 spsk. mel, 1 ½ tsk. salt, ½ tsk peber, 3-4 løg, 2sk. røget flæsk, lidt smør, 3dl vand ell. Bouillon, 75g makaroni, 1tsk paprika, 3-4 tomater, 1 pk dybfrosne ærter, lidt fløde. 

Skær kødet i små terninger og ryst dem i et stykke papir med mel, salt og peber. Snit løgerne et par gange igennem og ryst dem i resten af melet. Steg strimler af flæsket på panden, brun så kød og løg i fedtet herfra og lidt smør. Kom det brunede i en gryde tilsæt pandeafkog af vand eller bouillon og lad retten småsnurre ca 1 time. Kom så itubrækket makaroni i sammen med tomatsnitter og paprika. Videre kog tit alt er mørt (tendre) (ca 1 kvarter) og tilsæt fløde og ærter.

 

Longfriday’s casserole

Ingredients: ¾ kg beef meat to braise, 3 tablespoons of wheat, 1 ½ teaspoon salt, ½ teaspoon pepper, 3-4 onions, 2 thick slices smoked bacon, a bit of butter, 3dl of water or stock, 75g macaroni, 1 teaspoon paprika, 3-4 tomatoes, 1 pack frozen peas, some double cream. 

Cut the meat in small pieces and shake them in a piece of paper with the wheat, salt and pepper. Chop coarsely the onions and shake them in the rest of wheat. Fry the bacon cut in small strips in a frying pan, then brown the meat and onions in the bacon’s fat and some butter. Deglaze the pan with the water/stock. Put the browned ingredients and the deglazing in a casserole. Let it simmer over a gentle heat about 1 hour. Add the broken macaronis, the diced tomatoes and the paprika. Cook until everything is tender (about 1 quarter). Pour the cream and peas. Cook until the peas are warm enough.

 

C’est le plat d’hiver de mon enfance. Comme des spaghettis (oui, ma maman a réarrangé la recette et n’utilise pas de macaroni) avec une super « bolognaise » qu’on réchauffe en général 3 repas de suite.

C’est le plat avec lequel nous avons découvert que notre chien n’aimait pas les petits pois (quand il avait l’assiette de restes, tout disparaissait sauf les petits pois qui étaient malgré tout impeccablement nettoyés de leur sauce …)

En demandant la recette, j’ai découvert le « Grimoire ».

DSC_3756

Un livre de cuisine que ma grand-mère à écrit à la main avec ses meilleures recettes. En fait, 2 pages seulement semblent très utilisées compte-tenu du nombre de taches.

DSC_3757

Le livre date d’au moins 1956 (j’en veux pour preuve le brouillon de la déclaration de revenus de mon arrière-grand-père).

DSC_3759

Il s’agit de livres de comptabilité de mon arrière-grand-père, chef de gare, recevait pour gérer la gare de Drantum au Danemark. J’adore la qualité de la papeterie : la tranche imprimée, la couverture reliée, les lignes …

DSC_3755DSC_3758

Alors je vous montre le trésor …

Et vous ? Avez-vous des grimoires de cuisine ?

Et vous ? Avez vous envie que je vous raconte des histoires lorraines plutôt que dallasoises ?

A bientôt

La grenouille, heureuse les pieds dans l’eau de l’hiver lorrain …

Une histoire d’Amour ?

Je vais vous raconter une histoire.

C’est celle d’une fille qui, après 3 mois dans le pays de son mari, doit retourner dans son pays d’origine pour des histoires de visa. C’est celle d’un couple séparé, parce que l’amour et les liens du mariage, ça ne compte qu’à moitié pour les états nations dont nous sommes issus.

C’est aussi l’histoire d’une fille qui se croyait expatriée, mais qui ne l’est pas. C’est Expat Blog qui l’a dit … Après avoir essayé de me faire référencer, j’ai reçu cette réponse surprenante : « Je vois que vous n’êtes pas expatrié. Or nous ne recensons que des blogs d’expatriés. Nous ne pouvons accepter votre blog dans l’annuaire expat blog ». Mais finalement, ils doivent avoir raison, comme les administrations de visa. Je suis résidente en France et je viens officiellement de faire 3 mois de tourisme à Dallas, Texas … Je rentre à présent en France. Je réside dans la chambre d’ami de mes parents, je n’ai plus de travail fixe … Que suis-je ? J’ai l’impression d’être apatride en attendant d’avoir la reconnaissance par quelqu’un de ma situation. J’écris ce billet depuis la zone de transit international de l’aéroport de London Heathrow, et ce sentiment de non-nationalité n’en est qu’exacerbé.

Je pourrais vous parler de l’amour qui me lie à mon mari. De sa puissance, de sa beauté. Je pourrais vous parler de ma foi, mais comme je suis encore française, je ne vais pas le faire ici. Mon blog serait alors en mode « cupcake rose » …

Certains nous soutiennent en nous rappelant qu’il existe peut-être un sens à cette attente, à ce processus (apprendre la patience, servir d’exemple pour les enjeux plus généraux de l’immigration … ). J’avoue qu’aujourd’hui, à Londres, j’ai du mal à le voir.
Mais c’est l’histoire de beaucoup de couples internationaux. Et j’en rencontre de plus en plus.

Finalement, c’est peut-être cela le message. Que l’amour qui réunit ces couples un peu spéciaux est bien la preuve que l’Amour est au delà des nationalités et des Etats.
Je vous laisse méditer, et n’hésitez pas à partager vos médiations dans les commentaires …

A bientôt
A frog in London …

Christmas Carols

Hello everybody !

Comme promis je vous raconte un dimanche de l’Avent à la paroisse St Barnabas. Cela s’appelle « Deck the Hall ».

Vers 15h, nous nous sommes retrouvés pour décorer le grand hall (nommé Providence Hall) de la paroisse. Je ne crois pas avoir vu de vrai sapin … Mais une bonne dizaine de petits sapins artificiels avec de belles lumières. J’avoue que la décoration n’est pas le fort de cette journée, et je n’ai même pas eu envie de le prendre en photo …

A 16h30, nous allons tous dans le temple pour chanter. Les enfants sont assez nombreux pour faire 2 choeurs différents : the Angels (des tous petits de 3 à 5-6 ans) et the Seekers (les plus grands de 6 à 12 ans). C’est chou … (oui, vous m’entendez craquer pour ces petits que j’aimerais bien kidnapper pour emmener chez nous …)

J’ai découvert aussi le Handbell Choir. Le vrai choeur a joué le matin au culte. Une dizaine de personne, chacun une cloche dans chaque main. Chaque cloche joue d’une note différente. Si j’ose une comparaison, ce serait comme jouer du piano à 20 mains … Et c’est génial. L’après-midi nous avons été invités à essayer. Au lieu de lire des notes, nous lisions des mots (chacun sonne sur les mots qui sont encadrés). A l’arrivée, ça ressemble vaguement à quelque chose, mais on s’est beaucoup amusés.

IMG_0696

 

Et puis on a chanté. A quatre voix avec l’assemblée …

Je crois qu’elle était vraiment là, l’ambiance de Noël américain. Dans les chants, l’orgue, les cloches … J’ai essayé d’enregistré pour vous … La qualité est plutôt moyenne, pardonnez-moi.

Vers 17h30, nous nous sommes réunis pour un repas. Dinde frite (les américains ont parfois une friteuse assez grande pour accepter une dinde entière, il parait que la viande est plus moelleuse), et tout ce qu’on peut frire (piment jalapeno farci, beignets, et les jeunes ont essayé les snickers frits …). C’est pas très diététique, mais c’est bon (en quantité raisonnable), et surtout c’est un moment convivial avec les familles (celles qui ne viennent pas forcément lors des autres réunions de paroisse).

Dimanche prochain, notre choeur va participer au culte avec plusieurs Christmal Carols. Si seulement je pouvais en être … Aller, j’en serai l’année prochaine.

IMG_0698

Vitrail du fond du temple, que j’ai enfin osé photographier pour vous

Et vous ? Avez-vous découvert Noël ailleurs ? Quelles étaient vos impressions ?

A bientôt,

La grenouille qui chante

Le temps de l’Avent

Bonjour à tous !!

Je prends mon temps … C’est l’avent depuis plus d’une semaine. Contrairement à d’autres blogueuses, je ne vous présenterai pas ma préparation de l’avent en novembre pour pouvoir vous inspirer, mais à la mi-décembre. Pour vous inspirer pour l’année prochaine !!

La chose la plus importante, à mes yeux d’enfant attardée, est le calendrier de l’Avent. Fini les petits cadeaux ou le chocolat … J’ai opté pour un calendrier méditatif. Notre paroisse a distribué un carnet de réflexion de l’Avent. Il parle de l’obscurité et du côté sombre de l’attente … La nuit qui a guidé les rois mages … Ce carnet est parfois un peu curieux, mais ça permet de réfléchir un peu tous les soirs.
Pour le côté « technique », j’ai fait l’acquisition d’une corde à linge, de pinces à linge (youhou !!) pour en faire un support scotché devant la cheminée (dans laquelle je n’ai pas l’intention de faire du feu). J’ai découpé des cartons de couleurs sur lesquels j’ai dessiné les nombres jusqu’à 24 …

IMG_0689

A l’intérieur, j’aicalligraphié les premières phrases de chaque jour du carnet, souvent un verset biblique.

IMG_0687

Et voilà le résultat !!

IMG_0691

Par ailleurs, comme je retourne en France à la fin de la semaine, nous avons fêté en avance avec mon chéri et sa maman. Nous avons choisi de fêté la Saint-Nicolas, fête hautement protestante s’il en est … Tout ça pour me donner une bonne raison de faire des Männele alsaciens (mais version obèse) et du poulet au pain d’épice et à la bière. Comme je n’ai pas trouvé de pain d’épice dans notre supermarché, je l’ai fait maison. J’ai choisi les recettes de Marmiton pour les Männele et de l’Atelier des Chefs pour le poulet (que j’ai largement adapté au gré du hasard de mon inspiration hasardeuse).

IMG_0692

 

L’Avent aux USA, c’est aussi les Christmas Carols. Le dimanche 7 décembre, nous avons décoré le temple et chanté avec les enfants et le choeur de Handbells (cloches à main en français dans le texte). J’ai adoré et je vous le fais partager dans un prochain article (avec mes enregistrements de débutante enregistreuse) …

En attendant, je vous souhaite un bon cheminement de l’Avent à ceux qui cheminent sur ce chemin là, et un doux mois de décembre aux autres …

Je vous embrasse,

La grenouile

Second Acts and Career Clinic

Howdy y’all !!

Today, I will tell you about the 2 last books I read. They both speak about how to choose your next job. And by « next job » I don’t mean « next hospital » for me, but I’ve been wondering for a few weeks (months?) about what kind of work I want to do. For those who maybe don’t know, I’m a pulmonologist in France (should I say « I was » ?) but with the move to USA and the difficulties of certification added to my existential questions, I’m reading books about the « dream job » to guide my reflection.

Let’s speak about the books.

0060514876.01.LZZZZZZZ

Second Act is written by Stephen M. Pollan and Mark Levine. Stephen Pollan worked hard for banks when he was diagnosed with tuberculosis (and not with cancer as he feared). This disease can be very exhausting, so he had to change his way of life. It speaks about money, credit and work to pay the bills. But after his recovering, he decided to keep on his new way of life, and to make it evolve until he became a life coach.

There are 3 parts :
– The first part affirms that everybody can decide to lead the life of his dreams. But you need to decide it and then to plan it. That means knowing what is your dream. The author proposes a few exercises to identify and put words on your dream. I’m working on it. Slowly because I’m savoring it.

– The second part is about identifying the different obstacles between you and your dream. That can be money, age, education and training. Then he proposes you ways to overcome those obstacles.

– The third part is quite short. It’s about « writing your second act script ». Just do it. Just plan it.

At the end of the book, I know I’ve already launched my second act by marrying my husband and moving to the USA. I’ve done the work by forgetting a part of the beginning. I’m not finished with my reflection about my job. That’s why I’m happy to be in the USA. That gives me time to dream more « realistically » about work.

 

CareerClinic_medium

The second book is The Career Clinic, written by Maureen Anderson. The subheading is « 8 rules for finding work you love ». If I should keep one quote, it would be, « How much money are they going to have to pay me to make me forget how much I hate my life? … When you ask something like that, you can’t go backward and unask it. The question’s been asked, the universe hears it, and you can’t just pretend nothing happenend ».

You can’t unask … So there are the 8 titles of the chapters :
-No regrets
-Talk to yourself
-Stop
-Ask for directions when you get lost
-Accept free samples
-Say yes
-Have fun!
-Try something new when you stop having fun

Each chapter is the collection of a few testimonies. From artists who eventually decide to live their passion and to make a living of it, from life coaches, from a guy who made a mustard museum, from a cowboy … That gave me energy to continue my search for my dream job.

The few techniques I would keep from that book are asking for internship (to try a job), to take opportunities that come to you, and to have fun.

 

So here I am, full of good advice … Having some time to think about it … To those who want to know what job I’ll choose, let us make an appointment in the next summer. If I get my visa, it could be the time I begin to work again… Waiting for that day,

Take care of you,

The thinking frog …

Thanksgiving !!

Bonjour à tous,

L’Amérique vient de redémarrer, c’est officiel. Elle s’était complètement arrêtée pour fêter Thanksgiving (jeudi), et faire les soldes de Noël (black friday vendredi).

Je pensais vous montrer les photos de notre fête, avec le menu typique … Mais prise par les rencontres et conversations, je n’ai pris rigoureusement aucune photographie. Alors je vais essayer de vous transmettre ce moment à travers les mots …

Tout a commencé environ 1 semaine avant : « Et toi, tu fais quoi pour Thanksgiving ? « . C’est comme ça qu’on a découvert que l’un des collègues de bureau de mon chéri, chinois, allait rendre visite à son épouse, chinoise elle aussi, qui vit au Minnesota. L’autre collègue chinois a alors découvert qu’il y avait une fête … J’ai aussi appris que notre chef de choeur allait faire une « dinde frite » sans huile de friture … Il y a les familles qui se réunissent, les amoureux en tête à tête, et ceux qui se réunissent entre amis …

Nous nous sommes rendus jeudi chez la mère de Julot. Au rendez-vous ? La tante, le cousin, et la fille du cousin de Julot (j’ai nommé Dora the explorer, 4ans1/2). En mode famille moderne (je te dépose, mais je repars chercher ma fille, je reviens ensuite …). Il n’empêche que la famille s’est donné des nouvelles, que nous avons plutôt bien discuté. Pour ceux que mes progrès en anglais intéresseraient, j’ai beaucoup mieux compris la conversation qu’à l’été 2013 quand j’étais venu en visite. Je crois que je commence à comprendre quelques références locales et familiales.

Concernant le menu, il était typique et gargantuesque :
La dinde fourrée et rôtie pendant 4 heures a distillé progressivement des effluves bien alléchantes. L’écrasée de pomme de terre était accompagnée de la célèbre sauce gravy, faite à partir du jus de viande de la dinde. J’ai retrouvé des saveurs scandinaves avec la sauce aux cranberries. Et tout ceci était accompagné de légumes verts, pour « alléger » la digestion :  casserole de brocoli, casserole de haricots verts et champignons … à la crème fraiche et grâtinées …  Au dessert, nous avons savouré la tarte à la citrouille, parfumée à la cannelle et à la crème chantilly. Le tout servi dans la belle vaisselle de famille (j’adore les tables de fête …). Le repas a été servi vers 16h … Et je peux vous dire qu’on n’a plus eu faim jusqu’au lendemain.

Thanksgiving, c’est une fête nord-américaine basée sur la légende de blancs partageant un repas avec les natifs américains pour célébrer la première récolte réussie. Et l’on dit que dans toute légende il y a une part de vrai. Durant le repas nous nous sommes donc dits ce pourquoi nous étions reconnaissants. Je vous fais la version résumée : nous étions tous reconnaissants d’être avec notre famille, et en particulier les nouveaux arrivés (enfant, épouse ou famille d’adoption).

Une fois que tout le monde est parti, nous avons continué de buller … Regarder Happy Gilmore en sirotant de la bière dans les bras de son chéri, c’est quand même cool !! Le lendemain, nous sommes rentrés avec les restes … C’est le post-Thanksgiving, ou comment accommoder les restes de dinde de façon variée. Je vous présente donc le gratin de patate douce/ courge butternut/ dinde, le wok de nouilles de riz/légumes variés/ dinde, le sandwich dinde/moutarde … Certains m’on suggéré la soupe, je n’ai pas encore essayé …

C’est le départ de l’hiver, avec ses parfums épicés, même si la température extérieure oscille encore entre la doudoune et le short. Et maintenant ? On attaque la préparation de Noël. Je vous raconterai …

En attendant, je suis preneuse d’idées de recettes pour recycler les restes de dinde …

A bientôt,

Une grenouille reconnaissante