Super Tuesday

Howdy y’all !

Je fais des progrès ! Je reviens moins d’un mois après le précédent article … Parce qu’il s’en passe des choses et que j’ai envie de vous en parler.

Mardi, c’était Super Tuesday. Une sorte de premier tour pour les élections présidentielles… Mais je me suis fait expliquée les choses et voici ce que j’en ai compris.

Ce n’est pas un premier tour à proprement parler. Ce sont des élections primaires pour 2 partis, le parti démocrate et le parti républicain. Si vous avez d’autres opinions, c’est plus compliqué. Prenons l’exemple du parti libertarien (au hasard) … Ils vont organiser des élections primaires dans plusieurs états, mais pas tous, et notamment pas au Texas.
Lors de ces primaires, on vote pour des délégués, qui ensuite voteront pour un « nominee », un candidat qui participera à l’élection présidentielle proprement dite, qui a lieu en un seul tour.

Dans certains états, il s’agit d’un vote fermé. Cela veut dire que lorsque vous vous êtes inscrit sur les listes électorales vous avez déclaré votre position politique et vous serez admis uniquement dans le bureau de vote de ce parti pour la primaire. C’est ce qu’on appelle un caucus, comme par exemple dans l’Iowa ou le Kansas.
Dans d’autres états, comme au Texas, il suffit de se présenter au bureau de vote et de choisir sa file en fonction de l’inspiration du moment (et j’ai failli dire en fonction de la longueur de la file d’attente ?? Non, je suis cynique). La file de droite pour la primaire républicaine, la file de gauche pour la primaire démocrate. Logique non ?

Et il se trouve que plusieurs états (environ la moitié) organisent ce vote le même jour, un mardi. Et cette année c’était le mardi 1er mars.

Donc j’ai accompagné mon homme pour aller voter …
Nous sommes allés à la bibliothèque de mon quartier. Là nous avons découvert qu’en plus de voter pour la primaire, il pouvait aussi voter pour la primaire des élections d’une dizaine de juges/sheriff/représentant du congrès …

IMG_0334

La liste des candidats « conservateurs » en fonction des postes à pourvoir… 

Nous avons découvert une file d’attente de 2 heures environ … La personne du bureau de vote nous a expliqué que c’était à cause des machines de vote (des ordinateurs dédiés), qui fonctionnaient très lentement (je m’imaginais bien la machine fonctionner au rythme de Windows 95)…

IMG_0323

La file d’attente au moment où on commence … C’est parti pour 2 heures !

IMG_0324 Vous reconnaissez ma bilbiothèque ? A droite la file républicaine, à gauche (derrière les voitures), la file démocrate… Je dis derrière les voitures, parce qu’en plus des 2heures debout, on pouvait attendre parfois 15 minutes pour trouver une place de parking … 

Une fois sur place, nous avons fait la queue. Longtemps … Nous parlions Français ensemble, rien que pour embêter les gens … Et cette file d’attente, c’est un peu la cours des miracles … Je vous passe mon ventre de femme enceinte, mais il y avait aussi des personnes en chaise roulante, des personnes avec déambulateur … Qui ont toutes fait la queue. Je n’ai vue qu’une personne shunter la file, et je ne suis pas sûre qu’ils soient aller voter …

Une fois voté, on reçoit un tampon sur sa carte d’électeur, un petit autocollant à porter au revers de sa chemise et direction le dîner …

IMG_0326

Les panneaux plantés dans l’herbe de la bibliothèque, pour vous inciter à voter pour … Plein de personnes… IMG_0328

Ne me demandez pas quand aura lieu l’élection des juges … Je n’y comprends vraiment rien.

Par contre les délégués élus sont d’avance en faveur d’un candidat. C’est pour ça qu’on vous a expliqué que c’est Ted Cruz qui a gagné au Texas du côté républicain, mais que Donald Trump a aussi récolté des délégués en raison d’un bon score.
Ces délégués choisirons leur candidat plus tard.
Le 8 novembre, les citoyens américains pourront à nouveau faire la queue à leur bureau de vote préféré, pour voter à nouveau pour des délégués qui ensuite voteront pour un président des Etats-Unis…

IMG_0331

A l’entrée du bureau de vote : les pièces d’identité acceptées. Notez le permis de port d’arme … Nous sommes au Texas !

Avant cette attente, j’étais à mon club de lecture/bavassage préféré, en compagnie de plusieurs personnes d’origine étrangère. Des comme moi, qui sont franchement étrangers. Et des naturalisés, dont mon amie irakienne qui allait voter pour la première fois en tant qu’Américaine. Nous avons échangé autour des élections dans chacun de nos pays. Nous avons notamment parlé des dernières élections en Iraq… Et bien ça vous fait réfléchir …

IMG_0332

Et oui ! Mon chéri a voté !

Aller, je vous laisse. Ce soir je regarde le débat républicain …

 

Signé : la grenouille qui essaye de comprendre son nouveau pays.

 

PS : ne me demandez pas mes positions politiques, je ne les dévoilerai pas par ici …

10 choses qui m’étonnent aux USA

Howdy y’all !

Nous sommes le 22 février, et il est plus que temps pour moi de partager avec vous ma participation au défi inter-bloggueur « américain » proposé par Isabelle du blog logo-20th-300x225FromSide2Side et Isabelle du blog French Fries and Apple Pie, j’ai nommé The 20th in America. Oui, je sais, je suis la reine de l’anticipation … Le thème de ce mois-ci est « Les 10 plus grosses surprises que vous avez eu en arrivant aux US ».
Par arrivée, j’ai mélangé joyeusement mon arrivée comme touriste il y a 3 ans, mon arrivée comme fiancée en attente de son visa il y a 1 an 1/2 et ma première année ici … Parce que je réfléchis doucement mais sûrement.

La présence policière et sécuritaire en général

Eh oui … Quand tu es étrangère (et même quand tu es Américain en fait), ton premier contact avec le nouveau monde en arrivant à l’aéroport, c’est l’agent de l’immigration. Il peut être aimable, ennuyé, avoir décidé de t’emmerder … En tout cas il faut pas blaguer avec lui … Je vous ai déjà raconté mes quelques expériences. Plus tard, tu croises des policiers partout : dans les rues, à l’université (où il y a un poste de police miniature), à l’hôpital (où il y a aussi un poste de police miniature), dans les transports en commun. Ce sont tous de vrais policiers. A ceux là tu peux ajouter des agents de sécurité … J’avoue que ma petite tendance paranoïaque me fait plutôt avoir peur d’être arrêtée pour une mauvaise raison que de me faire sentir en sécurité … 

Les super-marchés où j’ai du mal à trouver ce que je cherche au début, et où je boude complètement certains rayons à présent

Un poncif de la française aux Etats-Unis. Je m’étais dis que j’irais dans le super-marché proche de chez moi… Mais point de pain décent, point de fromage, des légumes locaux (comprenez « made in USA ») et des rayons entiers de chips et de boissons colorées bizarres … A présent nous allons dans le super-marché des « foodies » où je boude quand même la moitié des rayons …
Encore aujourd’hui je découvre avec consternation des habitudes alimentaires américaines …

Ma « petite » paroisse de 2 pasteurs, où se tient 2 cultes tous les dimanches matins, dans une rue où se succèdent environ 5 églises différentes.

Bon… Ce blog ne se veut pas prosélyte, mais ce n’est pas un secret non plus, je suis protestante et j’ai rencontré mon bel Américain à l’église en France … Alors une des premières choses que nous avons établi en arrivant ici a été de nous trouver une paroisse. Nous avons donc fait du « church shopping », entendez par là visiter différentes paroisses pour choisir celle qui nous plaît. Quand je dis Eglise, je devrais peut-être dire temple en français, parce que les protestants vont au temple en France, et ils ont rarement le luxe de pouvoir choisir leur paroisse étant donné leur faible nombre.
Ici nous sommes à distance rapprochée d’au moins 2 églises presbytériennes (grossièrement l’équivalent des Réformés de France), autant d’églises luthériennes, et je n’ai pas compté les églises méthodistes, évangéliques, non-dénominationnelles … Et notre paroisse est qualifiée de petite … Traduisez 500 familles, 2 pasteurs à plein temps, 2 cultes tous les dimanches, un choeur de super niveau qui chante tous les dimanches aussi …
Everything’s bigger in Texas !

 Les échangeurs d’autoroute géant (et d’ailleurs les voitures géantes et les camions géants).

Une fois l’immigration passée, je suis main dans la main avec mon Julot, aux USA pour la première fois de ma vie. Et sa maman nous retrouve à l’aéroport pour nous amener jusqu’à la maison … Ce chemin de l’aéroport à la maison, j’ai dû le parcourir une dizaine de fois pour enfin comprendre quelque chose à ces échangeurs. Chaque sortie ou entrée d’autoroute se transforme en pont, chaque autoroute croisée l’est 30m plus haut (et pas 5m comme en France …) d’où des échangeurs sur échasses de déments …
Par ailleurs, les « petites » voitures sont déjà des voitures moyennes à l’échelle de France, les voitures normales sont des Pick-up trucks… Du coup les places de parking sont géantes, même si mes amis américains arrivent quand même à se garer de travers …

Ces gens qui supposent que je me déplace forcément en voiture.

Une transition toute trouvée … Julot a donc une « petite » voiture. Mais vous avez peut-être vu que nous essayons de rester « en forme » en pédalant, en marchant… En se déplaçant de façon utile sans voiture. Mais quand tu demandes ton chemin et qu’on te dit de passer par l’autoroute 75, quand on te dit que c’est pas loin (à 5 minutes en voiture) … Tu pleures ton centre-ville de Strasbourg, ou même d’Orsay … Ou même de Paris … Comme je ne suis pas téméraire, en général je réponds « oui-oui » et je laisse tomber l’affaire … Bon … depuis le temps j’ai dompté le code de la route texan (en fait surtout les conducteurs texans qui ignorent tous le code de la route texan) et j’écoute un peu plus les explications automobiles … Tout un poème.

Comment nous avons loué notre premier appartement.

Ce fut un de des premiers articles de ce blog. Nous vivons depuis bientôt 2 ans dans un appartement sombre, bruyant, tombant petit à petit en morceaux … Eh oui … Il s’agit d’un complexe, dont l’agence immobilière est exclusivement dédiée à celui-ci, à l’entrée du complexe. Jusque là, c’est surprenant mais c’est ok…
Là où je me suis sentie prise au dépourvue, c’est quand je n’ai visité que le « merveilleux » appartement témoin, que j’ai découvert notre appartement et son balcon-prison après avoir signé le contrat de location. Il est à l’ombre d’un arbre d’un côté, d’un garage de l’autre, et le 3ème mur n’a pas de fenêtre … D’ailleurs nous avons fait l’état des lieux nous-mêmes, sans l’aide ni la présence des « agents immobiliers »… Un jour je vous raconterai peut-être la sortie de cet appartement, je sens que ça va être à mourir de rire … Ou à mourir d’embarras … Nous verrons. OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ceux qui arrosent leur pelouse en période de sécheresse, pour mieux la couper quelques jours plus tard.

Ca se passe de commentaire… Et je vous passe le « souffleur fou », celui qui souffle les feuilles tombées des arbres de façon hebdomadaire et ce tout au long de l’année (oui, les saisons sont complètement différentes).

Ces mauvaises herbes et ces insectes que je ne connais pas.

C’est une des choses qui m’ont beaucoup interrogée lors de ma toute première visite américaine. J’étais en mode « ce sera mon futur pays » et j’avais un besoin terrible de trouver des repères… Sauf que la visite du jardin des plantes de Fort Worth en plein mois de juin m’avait complètement déroutée … Les chênes sont minuscules, les fougères sont géantes, je ne savais pas reconnaître une « poison ivy » (je ne sais toujours pas d’ailleurs …). Sans parler des mauvaises herbes qui ne ressemblaient pas du tout à celles que je connaissais. Sans parler des moustiques géants qui volaient partout …

Dallas, son univers impitoyaaaaaaaaableeeeuuuuu !

En fait, Dallas, soyons francs, c’est moche. C’est impitoyable. Des buildings de béton où on n’a pas du tout envie d’entrer (voire pas le droit d’ailleurs), des maisons en bois et en plastique isolant, des zones d’habitations qui s’alternent avec des zones de supermarchés et des terrains vagues qui ramassent toutes les ordures volantes … Je me pose encore des questions sur la santé mentale des responsables du plan d’urbanisation … Réflection de tour

Ces Américains isothermes

Nous sommes en juin, il fait 40°C dehors, 18°C dedans … L’Américain typique est en short, T-shirt et tong… Nous sommes en décembre ou en janvier, il fait 3°C dehors, toujours 18°C dedans … L’Américain typique est toujours en short, T shirt et … Ah non, il a mis des baskets …
Pendant ce temps-là, ma belle-famille et mes amis alimentent ma collection d’écharpes en tout genre, que je ne manque pas de porter, dehors en hiver, dedans en été … C’est mon signe distinctif … Et mon marie en ricane gentiment …

 

Bon … Les 10 points sont un peu en désordre … Mais ils sont là … Notez bien que ce blog est un peu le lieu de mes exaspérations et que du coup les surprises sont exprimées de façon un peu négatives … Mais en vrai je trouve doucement ma place … Bientôt je vous ferai peut-être la liste de 10 choses positives (qui m’ont peut-être moins surprises) du quartier …

Aller, je vous laisse là.
Je vous embrasse,

La grenouille

Pour les autres versions, c’est par là :

Isabelle du blog From Side 2 Side
Poppy du blog Les choses bleues
Stéphanie, du blog Les tribulation d’une famille française en Californie
Lilly du blog Rainwbow, etc.
Alain du blog A nous la Californie
Emilie du blog Expat école à la maison

 

Les transports en commun à Dallas

Howdy y’all !

J’ai testé pour vous les transports en commun ! Pour vous … J’avais pas vraiment le choix. Monsieur Frog est en déplacement avec la voiture et j’avais rendez-vous pour le suivi de notre têtard en devenir.

Nous avions déjà pris le DART (une sorte de RER) pour aller au centre ville, en atteignant la gare après 1/2 heure de vélo. Le week-end, c’est agréable, et le train est tellement plus accueillant que le RER parisien pour les vélos que j’avais une plutôt bonne opinion.

Donc je partais avec l’esprit positif, tout en sachant que je devais aller loin. Pour vous dire, en voiture il faut compter 20 minutes sans les embouteillages pour une dizaine de miles. Bon … Et ben c’était pas si facile que ça …

A l’aller, j’avais bien prévu l’itinéraire … Bus 451 pendant 30 minutes (avec des arrêts de bus parfois tous les 500m, je me dis que c’est plutôt bien desservi), j’attrape le train pour 2 stations puis je n’ai même pas à attendre le bus 428 qui est là sous mes yeux en descendant du train … Résultat des courses, une heure de trajet tout pile. Comme j’avais prévu large, je suis partie avec le bus de 8h11, arrivée vers 9h10 pour un rendez-vous à 10h40 … J’étais très large … Mais c’était ce que j’avais prévu. J’ai pris mon temps au café du coin, et je suis allée à mon rendez-vous … Je vous passe le fait que l’arrêt de bus d’arrivée descend dans l’herbe (et oui, le trottoir s’est arrêté 20m plus loin) … Je vous passe aussi le fait que voulant repérer l’arrêt de bus retour j’ai testé le feux piéton qui ne passe jamais au vert (et j’ai fait 2 cycles de feux voitures avant d’oser « griller » mon feu rouge)…

Le retour par contre … Ce fut une autre histoire … Plus d’1h30 le voyage retour … Eh oui, je rate un bus à 1 minute près (que je n’ai pas vu passé de loin, donc je pense qu’il était en avance sur son horaire). J’attends donc 15 minutes le suivant. A la gare, le train est passé avec 10 minutes de retard et le fameux 451 est parti à l’heure avec une correspondance de 20 minutes (oui, à 13h il y a un bus 451 toutes les heures …).
La faim se faisant franchement sentir (il est 13h30), je deviens chon-chon … Mon ticket de bus n’est pas passé une seule fois du premier coup dans leur lecteur de m…..

Et là tu te dis que pour une ville aussi grande, aussi peu dense, le réseau est plutôt pas mal. Toujours des places assises, la possibilité de transporter facilement son vélo, même dans le bus (chaque bus à un porte vélo dépliant à l’avant et on charge son vélo soi-même si on veut, et c’est gratuit). Et le ticket à volonté sur toute la région de Dallas est à 5$ (ce qui comparé aux prix parisiens dont j’ai l’habitude est vraiment peu cher). J’ai aussi beaucoup utilisé l’application téléphone du réseau, qui pour le coup est aussi mille fois mieux pensé que ce que j’ai pu essayé avec la RATP.
Mais quand même cette ville aussi grande … C’est pas possible en bus quand tu dépasses 1 correspondance. Et les arrêts de bus … Tu peux avoir de la chance et avoir un panneau avec les horaires et un banc, mais le plus souvent c’est tout juste le numéro de la ligne, un ID number pour l’arrêt (qui pourtant a un nom à bord du bus) …

C’est comme de vous dire que j’aurais tenté un Massy – Charenton le Pont à distance des gares RER … C’est long et compliqué…

Mais je suis rentrée vivante … Et affamée.
Pour ceux qui voudraient savoir, le têtard en devenir va bien …

 

IMG_0232IMG_0233

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon petit arrêt de bus du retour, à côté du feu qui ne passait jamais au vert … 

 

Et vous ? Ailleurs aux USA ? C’est comment les transports en commun ?

Je vous embrasse,

La grenouille en correspondance …

 

 

 

 

 

 

Library ou librairie ? The 20th in America

logo-20th-300x225Howdy y’all !

Cet article s’inscrit dans le cadre du défi The 20th in America proposé par Isabelle du blog From Side 2 Side et Laetitia du blog  French Fries and Apple Pie. Normalement tous les 20 du mois (mais je suis plutôt du genre the 21st in America), différents expatriés aux USA publient un article sur un thème commun. Donc ce mois ci : Library ou librairie ?

C’est donc en direct de ma bibliothèque, de ma library, que je vous écris. Je ne vous parlerai pas des belles bibliothèques à visiter comme la Georges W. Bush library … Je suis une mauvaise touriste (et en même temps, qu’est ce que ma bibliothèque de médecine rue de l’Ecole de Médecine à Paris me manque …). IMG_0213

La branche locale de la Dallas Public Library … j’ai nommé Renner Frankford Branch.IMG_0214

Devant la bibliothèque, une statue offerte par les Amis de la bibliothèque.

Non, je vais vous parler de comment ma bibliothèque de quartier me sauve la vie toutes les semaines. En déménageant de France et en triant mes kilos de livres, j’avais fait le voeux pieux (mais déjà oublié), d’arrêter d’acheter des livres et de seulement les emprunter à la bibliothèque. Du coup, en arrivant à Dallas, j’ai rapidement recherché la bibliothèque de quartier. La mienne n’est architecturalement parlant pas très accueillante (Renner Frankford branch), mais on trouve pas mal de livres … Surtout à la case bric à brac. Dès qu’on fait un peu de recherches, l’avantage est que l’on peut commander des livres de la bibliothèque centrale de Dallas (Dallas Public Library) qui est mieux fournie. Côté roman, ce n’est pas très « trendy », mais ils ont quelques bons volumes. Côté « livres en langue étrangère », de l’espagnol, du mandarin … Mais rien en Français… Ca vous étonne ? IMG_0216IMG_0215

Vues de l’intérieur … Pas très sexy, mais fonctionnel

Dallas Public Library

La façade de la bibliothèque centrale, loin au centre ville … 

Si cette bibliothèque me sauve encore la vie toutes les semaines, c’est que comme toutes les bibliothèques américaine, elle est très tournée vers l’utilisateur lui-même. Et c’est exprès que je ne dis pas lecteur. Je participe à un groupe de « lecture » (en vérité de discussion) en anglais seconde langue toutes les semaines, et c’est pour l’instant mon seul réel lien social ici. J’ai failli apprendre le Mahjong, on peut aussi participer à un groupe de couture et point de croix ou apprendre l’origami (je suis dans un quartier chinois et juif …)IMG_0217Pour le plaisir de vos mirettes, ci-dessus la façade et ci-dessous l’intérieur de la bibliothèque de Frisco, où une amie m’a emmenée voir une exposition sur Martin Luther King Jr. IMG_0220

Maintenant, je ne vous cache pas qu’une petite librairie de quartier avec les commentaires du libraire me manque aussi. Ici les librairies sont énormes, comme Barnes and Noble ou Half Price Book, le plus souvent… Et c’est assez impersonnel …

Alors voici mon témoignage : la bibliothèque, c’est l’endroit que je conseille pour trouver des cours de langue (ou du moins des groupes de discussion), pour choisir un livre et améliorer sa langue … J’ai aussi lu beaucoup de choses que je n’aurais jamais acheter durant mes hésitations professionnelles…
C’est mon 2ème bureau …

 

Pour voir les autres interprétations du thème, c’est par là :

 

Carte postale de Pittsburgh (part 2)

Howdy y’all !

Comme promis je reviens avec la 2ème partie de notre semaine de vacances à Pittsburgh, Pennsylvanie.

En fin de journée le 28 décembre, nous sommes allés en famille « élargie » à Phipps botanical garden. C’est un jardin botanique, mais américain… C’est à dire qu’ils prennent les lumières de Noël super au sérieux … Donc de nouveau à la tombée de la nuit. Beaucoup d’orchidées, de sapins de Noël, et des sculptures de verre par l’artiste Chihuly … J’adore. Le jour où je serai « monétairement » riche, je serai mécène d’un artiste de sculpture sur verre…

IMG_0130

L’entrée du parc Phipps … La lumière devient franchement grise

jardin2

Tout est décoré pour Noël 

 Jardin1

Des orchidées partout

IMG_0148

IMG_0147

Des détails de décoration de verre ou de glace … 

      Les lumières de Noël … Très sérieux vous dis-je ! 

Puis de multiples sculptures de verre … J’adore !

 IMG_0137 IMG_0135jardin5jardin4jardin3IMG_0152

Mardi 29 décembre, nous nous sommes promenés entre « jeunes adultes », sans enfants, dans Pittsburgh. Encore une fois, les lumières de Noël dans PPG place (un bâtiment tout en verre, assez classe) avec une exposition de maisons de pain d’épice … J’ai eu du mal à mettre dans l’ambiance de Noël cette année (raison pour laquelle vous ne m’avez pas lu pour the 20th in America en décembre), mais avec ce séjour familial … J’étais à fond dedans !!!

IMG_0158IMG_0175

Le magasin de pop-corn à toutes les saveurs … Nous avons essayé parfum peanut butter … Pas mauvais, mais bizarre. 

IMG_0176

Le PPG building … Et sa collection de maisons de pain d’épice

Enfin, le 30 décembre, nous avons marché en amoureux sur Squirrel HIll, quartier situé à proximité des grandes universités : Pitts (le petit nom de University of PIttsburgh) et Cargenie Melon … Nous avons refait le monde en buvant du café … Le genre de jour chômé que j’adore, et qui me manque à Dallas …

Squirrel hill 1Squirrel hill 3

Here we go Steelers … L’équipe de foot que soutient toute ma famille … Et qui a perdu ces derniers temps … N’empêche que les bus l’affichent !

Et voilà une semaine de passée à manger, marcher un peu, regarder les lumières de Noël… Juste assez pour être fatigué et avoir envie de retourner au travail. Et pour attaquer la nouvelle année… Je vous en raconte un peu plus ces prochains temps …IMG_0191

Vues de la ville depuis le Mont Washington 

IMG_0192

 

Je vous embrasse,

La grenouille sur son banc en fer forgé …

Carte postale de Pittsburgh (part 1)

Howdy y’all !

Ca fait longtemps que je n’ai pas écrit par ici … C’est à dire que j’ai recommencé à travailler à presque plein temps et que le soir je suis vidée de toute énergie … Du coup ce blog surit tant bien que mal …

Du coup il est encore temps de vous souhaiter la bonne année 2016 ! Je vous souhaite de savoir où vous voulez aller dans la vie. Je crois que c’est mon seul souhait, parce que lorsque l’on sait où on va, même si l’on fait quelques détours, on peut garder ce cap qui est si important.

Il aussi encore temps de vous raconter mon voyage de fin d’année dans ma belle-famille élargie, à Pittsburgh, Pennsylvanie… Nous avons voyagé le 24 décembre pour arriver en soirée, juste à l’heure pour le dîner. Ici c’est rapide, juste le temps de se retrouver … C’est le jour de Noël qu’on célèbre Noël…

Le 25 décembre, je ne vous montre pas les photos qui sont des photos de familles, avec les enfants qui distribuent les paquets à tout le monde et surtout à eux même, plongeant dans les papiers cadeaux et jouant, qui avec ses nouveaux camions, qui avec son nouveau jeu … La vie de famille quoi !
Le menu de Noël ressemble étrangement au menu de Thanksgiving : dinde, farce au pain, sauce gravy, jambon de Noël, sauce aux cranberries, purée de pomme de terre, haricots vers noyés sous des crèmes diverses … Je peux vous dire que mon intestin a souffert d’un manque de légumes, parce que nous avons mangé les restes pendant toute la semaine. C’était bon, hein, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit …

Le dimanche 27 décembre, nous sommes aller à Kennywood Park. Il s’agit d’un parc d’attraction, situé au bord de la rivière, avec à Noël des illuminations spéciales. Nous y sommes allés le dernier jour, malgré la pluie et le froid, à la nuit tombante. Il y a un petit air de Tivoli (pour ceux qui connaissent à Copenhague). J’ai beaucoup aimé, même si du fait du petit occupant dans mon ventre je n’ai rien tenté des montagnes russes … Juste le petit train qui circule parmi les lumières de Noël.

IMG_0108

L’entrée du parc

IMG_0127

Le grand arbre de Noël (ci dessus) et le père Noël et son traineau (ci dessous)

IMG_0124

IMG_0128La sculpture sur glace de R2D2 … J’adore … 

Lundi 28 décembre, nous sommes allés nous promener en amoureux au bord de la rivière Monongahela. On voit que Pittsburgh était une ville du travail du métal … Ca me fait beaucoup penser à Hayange (vous vous rappeler, la carte de Noël dernier ?), avec des hauts fourneaux qui peinent à fonctionner (je crois que l’un d’entre eux fonctionnent encore), la ligne de chemin de fer qui longe la vallée, les ponts de fer qui traversent la rivière … J’avoue que j’aime cette ambiance, surtout à Pittsburgh où l’on sent que les communes font de réels efforts pour garder la vie malgré les difficultés de l’industrie.

Rivière Pittsburgh2 Rivière Pittsburgh3 Rivière Pittsburgh1 StarbuckLe mignon Starbuck où l’on s’est réfugié quand il a commencé à pleuvoir … 

Je vous raconte la suite dans le 2ème épisode …

Signé : la grenouille sur son banc en fer forgé.

 

Préparer Thanksgiving – the 20th in America

logo-20th-300x225Howdy y’all !

Je prends ma plume électronique dans le cadre du challenge The 20th in America, proposé par Laetitia du blog French Fries and Apple Pie et Isabelle du blog From Side 2 Side. Et le thème de ce mois-ci est « Préparer Thanksgiving ».

Comment dire … Je me laisse un peu vivre avec ma belle famille et ne prépare pas grand chose … Ou du moins pas encore. Du coup je vais en profiter pour vous demander votre avis. Mon mari n’aura pas de cours pendant cette semaine. Du coup nous allons passer beaucoup de temps chez sa maman, histoire de faire un break du quotidien. Et jeudi, jour officiel de Thanksgiving, se joindra a nous sa tante, et peut-être son cousin et sa petite fille. Une vraie réunion de famille. Le menu sera traditionnel : Dinde farcie (avec la farce à côté de la dinde, comme son nom l’indique), sauce aux canneberges, purée, casserole de haricot vert… Je suis chargée du dessert, et c’est là que je vous demande votre avis. La tradition exige une tarte à la citrouille (pumpkin pie). Mais j’avais envie d’une touche d’originalité … Je m’étais dis que je pourrais préparer un cheese-cake à la citrouille. Bon d’accord ce n’est pas plus léger … Qu’en pensez-vous ?

La recette que je me prépare à réaliser. Qu’en dites-vous ?

Sinon, l’autre aspect de Thanskgiving, comme son nom l’indique, c’est de « donner des merci ». C’est d’être reconnaissant. Je voulais partager ce pour quoi je suis reconnaissante avec vous.
– Je suis reconnaissante d’avoir enfin reçu mon visa et de pouvoir vivre avec mon mari sans m’inquiéter du prochain voyage en avion, de la prochaine période de séparation.
– Je suis reconnaissante de l’amour que nous partageons, encore plus fort qu’avant. Et le fruit de cet amour mûrit dans mon ventre. Je crois que je commence à le sentir sursauter tantôt.
– Je suis reconnaissante, même s’il est parfois difficile de garder le cap, de ma nouvelle orientation professionnelle trouvée et du groupe de travail dont je fais partie, les Femmes de Challenge.
– Je suis reconnaissante du colis que je viens de recevoir de la France, de ma maman. Parce que même au bout du monde j’ai une famille qui tient à moi, à qui je tiens. Puissent nos liens familiaux continuer de se resserrer malgré la distance océanique.
– Et en scoop du jour, je suis reconnaissante que mon mari ait un entretien d’embauche pour un futur poste à partir de l’été prochain.

Je m’arrête là pour aujourd’hui, je vais aller ouvrir mon colis.
N’hésitez pas à me donner votre avis sur le dessert, je ferai les courses mercredi après-midi (c’est votre date limite de conseil).

Happy Thanksgiving à ceux qui le fêtent.
Je vous embrasse,

Le grenouille américanisante

thank-you-970920_1280

Si vous voulez voir les autres versions de Thanksgiving parmi les blogueurs :
– Poppy prépare le dîner chez le patron de son mari : Les Choses Bleues
– Isabelle arrive … From Side 2 Side
– Laetitia cuisine. French Fries and Apple Pie (I mean pecan pie this month).

Cette liste sera mise à jour quand tout le monde aura publié !

Mon année d’hésitation professionnelle

 

Hello,

Je sais que la majorité de ceux qui me lisent me connaissent personnellement et savent déjà par quelles hésitations professionnelles je suis passée. Ceux-là ne savent pas encore très bien ce que je suis en train de faire. Pour les autres qui ne me connaissent pas personnellement, je vous raconte ma dernière année d’hésitation professionnelle.

Je suis donc pneumologue de formation, spécialisée en cancérologie thoracique… Pourquoi ce choix ? Il y a peu je vous aurais dit que j’ai choisi la pneumologie parce qu’on m’a mis un fibroscope dans les mains pendant mon premier semestre d’interne et que j’ai adoré le côté technique. Egalement parce que cet organe est touché par tous les types de maladie, de la maladie auto-immune au cancer en passant par les traumatismes et l’asthme … Je vous aurais dis aussi que j’ai appris la cancérologie à une époque où je voulais retourner en province, et que cette spécialisation ouvrait beaucoup de portes …

J’ai travaillé dans 2 hôpitaux, dans lesquels j’ai largement porté mon étiquette d’oncologue thoracique. J’ai prescrit beaucoup de chimiothérapie, j’ai annoncé pas mal de cancer, et j’ai malheureusement également soigné beaucoup de mourant et constaté de nombreux décès … Epuisée, j’ai quitté mon dernier hôpital le 30 juin (il y a donc un peu plus d’1 an), rêvant encore d’un visa en quelques mois …

Puis le temps s’est étiré. Les mois sont devenus un an. J’ai fait quelques remplacement pendant mes retours en France, mais vous avez remarqué que ce n’est pas ma meilleure expérience professionnelle. Aux USA, j’ai rêvé. J’ai essayé d’apprendre des choses, et en particulier l’Anglais. Mes rêves professionnels sont partis dans tous les sens.

Initialement, c’était des choses plutôt pratiques comme fabriquer mon fromage, fabriquer ma bière, faire de la permaculture dans un jardin potager … Ok, j’ai fait un brassin de bière (et le second est en route) … Mais ça ne fait pas de moi un brasseur. Puis j’ai fait des test de personnalité genre  Brigs Meyer test … Et j’ai imaginé devenir bibliothécaire, libraire ou conseillère d’orientation en lycée. Que des choses faciles au niveau diplôme (master de science de la bibliothèque en 2 ans, master de pédagogie pour le conseiller d’orientation avec la licence spéciale « lycée »). L’idée de devoir me former pendant 2 ans m’a vraiment fait réfléchir.

Puis je suis rentrée en France … Mon entourage m’a un peu fait comprendre que 2 ans de formation, c’était cher payé (dans tous les sens du terme). Et puis il y a eu les attentats en janvier. Je me suis mise à réfléchir sur la liberté d’expression et ce qu’on en faisait. En même temps mon visa commençait à s’éterniser et je me suis mise à réfléchir sur l’immigration en général, vers les pays riches en particulier.

En revenant aux USA, j’ai suivi un cours sur EdX (la plateforme de Mooc) intitulé « Journalism for Social Change ». J’en ai même écrit un article en Anglais après avoir interviewé par e-mail des personnes de l’Eglise presbytérienne qui s’occupent d’immigration / d’une paroisse près de la frontière mexicaine. Mais quelque chose ne collait pas …

Alors je suis devenue pragmatique et j’ai imaginé devenir prof de français. J’ai regardé les diplômes de l’Alliance Française … très chers … J’ai regardé des livres, des sources internet. J’ai même préparé mes premières leçons, pour niveau très avancé … J’en ai parlé longuement avec ma cousine Eva, professeur de Français langue étrangère en France.

Mais en fait, depuis 3 mois, j’observais les sites de coaching professionnel. Comment trouver son métier. Je me suis nourrie de leurs conseils professionnels, j’ai lu des livres écrits par eux (en Anglais s’il vous plaît). Mais je n’arrivais pas à trouver l’idée qui me faisait vibrer, sans demander 5 ans d’étude et 50 000 dollars d’investissement…
Alors j’ai décidé de payer pour être guidée personnellement.

L’intitulé de la première étape de cet accompagnement s’intitulait « Je trouve le job qui me colle à la peau et me fait vibrer ». En 1 semaine ? ce que je cherche depuis 1 an ?
Et bien oui, cette coach l’a fait… Et depuis 5 mois maintenant elle m’accompagne dans la création de mon entreprise, en se reposant beaucoup sur la notion de « mission », de pourquoi on fait les choses, de leur donner du sens… Et j’avoue que cela m’a parlé.

Je deviens donc spécialiste de l’accompagnement des femmes qui on eu un cancer et veulent accomplir leur vie à l’issue de cette maladie. Je voudrais les aider à reprendre leur vie en main, que ce soit la vie quotidienne, comme leur vie au sens plus large.

Qui l’eut cru, qu’en 1 semaine je trouve mon job (qui en fait se base beaucoup sur le premier travail) ? Si vous voulez en savoir plus sur ma coach, n’hésitez pas à me contacter et je vous dirai. Et pareil si vous voulez en savoir plus sur mon propre travail. Parce que la grenouille se révèle, je vous redonne le lien vers mon nouveau blog : www.projetsdcoeur.com 

La grenouille travailleuse,

 

De retour !

Howdy y’all !

Oui, je sais, ça fait bien longtemps … Mais me voilà de retour, avec une belle énergie. J’ai pensé à vous, souvent … J’espère que vos oreilles ont sifflé un peu … J’ai pensé à vous le 20 octobre, quand j’ai laissé passé le challenge The 20th in America …

Mais voilà … Mon énergie en septembre et octobre est passée ailleurs. Laissez moi vous raconter, ensuite je vous montre notre Halloween …
En septembre … Et bien j’avais la nausée tous les matins, j’étais épuisée … J’aurais pu dormir 12h par nuit et faire encore des siestes matin et après-midi … C’est grave docteur ? J’espère que vous me voyez arriver … Alors voilà la première grande nouvelle, celle qui m’a pris le plus d’énergie : j’attends un bébé ! Un petit bébé qui a reçu la priorité énergétique …

Je n’ai pas complètement décidé si j’allais m’épancher sur les détails d’une grossesse « française » aux USA … J’ai hésité à vous raconter ma première consultation chez le médecin traitant, en mode « journalisme » … Oui, vous savez, le médecin traitant à 300$ la consultation qui finit par te donner ton diagnostic (celui que j’avais déjà fait moi même hein ?) et te répond que comme tu es enceinte, il n’ose te faire aucune prescription … Celui qui te fait une liste de médicaments qu’il aimerait te prescrire sur un post-it et te demande de te démerder avec le gynécologue que tu n’as pas encore …

J’ai hésité … Je n’en ai pas fait tout un article, mais je craque et le dénonce un peu ici quand même … Pour le reste … Seulement si ça vous intéresse … Seulement si vous me le demandez … Parce que c’est très personnel et que j’aime que mon blog ne soit pas que « reportage » mais garde cette touche personnelle … Et là, je n’ai pas encore bien fixé mes limites …

La deuxième chose qui m’a pris beaucoup d’énergie, surtout au mois d’octobre, c’est mon travail. Je vous en ferai un article spécial la semaine prochaine. Mais pour les curieux pressés, voici mon site professionnel … Mon 2ème bébé : www.projetsdcoeur.com

Et comme la vie de « touriste » ne s’est pas arrêtée pour autant, j’ai envie de vous raconter avec du retard, mon Halloween … Parce que comme une gamine j’ai taillé ma première Jack O’Lantern … Mon chéri était à l’appareil photo, et il m’a littéralement mitraillé… Je tente de vous montrer le résultat en version animée (que vous verrez quand j’aurai résolu mon problème technique)…

DSC_1889
J’ai laissé Monsieur creuser et faire le « sale » travail.

DSC_1890
Quand Jack est illuminé.

On a mis notre citrouille à la fenêtre … Et pourtant, dans notre quartier un peu pourri, aucun enfant n’est venu frappé à la porte (et tant mieux, parce que je n’avais aucun bonbon …).fenêtre halloween
Vu de la fenêtre ! J’aime bien le côté balafré de Jack ! 

Jack O'Lantern

Je ne résiste pas à vous montrer aussi la barbe qui a poussé au menton de Jack en l’espace de 48h … Bien dans le ton « fantomatique ».

IMG_2066
Visez la bouche et l’oeil gauche … Tous poilus … Hygiène au top dans ma maison. 

J’ai tenté de récupérer la chair pour en faire des recettes … Je voulais les partager avec vous … Mais de chair il n’y en avait finalement que très peu (c’est vachement creux ces citrouilles spécial Halloween). J’ai récupérer les pépins qu’on a grillé au four et salé pour faire l’apéritif. La chair est devenue « purée de citrouille », utilisée en accompagnement de viande, et incorporé à des pancakes à la citrouille. Très sucré, mais très bon … Tartiné de beurre de cacahuète par Monsieur … Miam !

Voilà voilà …

Je vous embrasse tous,

La grenouille qui attendait un têtard !

Le Dallas Museum of Art – the 20th in America

Howdy y’all !

Hier c’était le 20 septembre, et j’ai pensé très fort à tous les blogueurs expatriés aux USA qui ont écrit leur article à l’heure … Ici j’essaye de faire quelque chose entre 2 siestes pour cause de grosse fatigue. Du coup, je vous propose The 20th in America on the 21st …logo-20th-300x225

C’est un défi initié par Laetitia du blog French Fries and Apple Pie et Isabelle du blog From Side to Side … Chaque 20 du mois, un thème traité par différents blogueurs expatriés aux USA. En bas de l’article les variations jouées par les autres blogueurs.

 

 

Il y a 15 jours, nous nous sommes littéralement traînés au Dallas Museum of Art. L’entrée aux collections permanentes est gratuite, ce jour là l’entrée aux expositions temporaires était exceptionnellement gratuit.

Avant d’arriver au musée, nous sommes passés devant un jardin du musée de sculpture… Quelques sculptures étaient chouettes, notamment le tronc d’arbre avec ses dossiers de chaises (je n’ai pas osé m’asseoir, mais j’avais très envie d’essayer). Et surtout beaucoup de trucs moches sous un soleil de plomb …

jardin du musée 2 jardin du musée1

Puis nous sommes arrivés au musée. Le quartier te crie tout entier de rentrer dans les bâtiments tellement la rue est inhospitalière … Donc après une photo rapide de la sculpture d’entrée …

entrée du musée

A l’intérieur, j’avoue avoir eu un peu de mal à me repérer. Il y a des collections de différentes origines et de différentes époques. nous avons décidé de commencer par la collection américaine. J’ai bifurqué de l’Amérique ancienne (j’avoue, j’étais pas dans le mood) pour préférer l’Amérique « moderne ». Bon …

Entrée du musée

Amérique ancienne

Amérique moderne veut dire après l’arrivée des Anglais. Et en fait, l’Amérique est longtemps restée anglaise avant d’avoir son identité propre. Les peintures montrent la colonisation de ce nouveau pays, comment les campagnes ont été cultivées, comment les villes se sont agrandies (j’adore la vue de Brooklyn).

Amérique 7

Ci dessus et ci dessous : les paysages de la côté nord-est, première colonisée par les Anglais … Amérique 6

Amérique 2 (Brooklyn)

Ci dessus : vue de Brooklyn … he he 
Ci dessous : le paysan dans son champ de maïs Amérique 9

Ci dessous : l’histoire de la répression en broderie … J’adore … 

Mon chéri a adoré les meubles anciens de belle manufactures, souvent européennes. Qui l’eut cru ??? Peut-être un jour allons nous avoir un bel intérieur … Quand on aura fini de déménager tous les ans ou presque.

Amérique 1

J’avoue que j’ai un peu regretté l’absence de peintures racontant la conquête de l’ouest américain. Et pourtant, à Dallas, on aurait pu s’y attendre (c’était beaucoup plus le cas au musée d’art de Fort Worth que j’avais visité il y a  2 ans, et c’était très cool).
Ou l’absence de plus de toiles d’auteurs contemporains … Même si j’ai reconnu une toile qui aurait pu inspirer le générique du dernier film The Great Gatsby.

Amérique 11

Et puis soudain on avait envie de boire un coup. Mais la cafétéria du musée était un peu débordée … Du coup on s’est lancés dans les rues du quartier pour trouver un café ouvert un samedi après-midi … Et ce n’est pas chose facile … A défaut on a découvert un jardin public bordé par une vingtaine de food-trucks (je n’ai pas réussi à vous prendre de jolie photos) où enfants et adultes se donnent rendez-vous pour des batailles d’eau rangées, avec des fusils à pompe aquatiques … Un peu de vie dans ce centre ville éteint du week-end …

Tram historique

Aller, je m’arrêt là. Vous aurez compris que j’ai parfois beaucoup de mal à m’adapter à Dallas, surtout avec cet été qui dure depuis 4 mois. Heureusement il commence à pleuvoir, enfin. Je ressors mes tenues d’automne français, même si elles sont encore franchement chaudes pour la saison. Mais je m’en fous !

Le reste du musée, j’étais trop fatiguée pour y retourner. J’ai raté quelques toiles européennes impressionnistes ou plus anciennes … J’ai aussi raté la collection d’art traditionnel d’Amérique centrale … Ce sera l’occasion d’y retourner !

Aller, je vais râler ailleurs … et faire honneur à ma réputation de Française râleuse.

Je vous embrasse,

La Grenouille sur son canapé (je vais p’têt changer le nom de mon blog ?)

Et les variations :

Isabelle de From Side 2 Side avec le Musée des Miniatures à Kansas City
The Frenchies Theories avec le Musée de l’Espace de Washingtown
Les Tribulations d’une famille en Californie avec ALCATRAZ
Les Choses Bleue avec le Ohio Historical Society
Pierre Yves Monney avec les musées qu’il connait (un bel éventail de musées aux US)
Virginie de Jolie Bonheur avec l’Exploratorium à San Francisco