To choose or not to choose, that is the question.

Howdy,

This blog tries a new start… In English… Here we go. Remember the last post, where I listed why I wanted to blog… Well I didn’t blog very much since that one, but blogging stayed in a corner of my mind. So this blog will stay, I will sometimes imports all the posts from the other one to keep only one address but keep the content. And I hope to continue to share what I can. No specific theme for this blog, just some journaling, and maybe someday some posts with more documentation. Please comment, please share with whom might be interested.This will make it worth it.

So the theme of the day is how do I choose my professional pathway (and in fact, kinda my whole life pathway).

It’s been a while I am reading about permaculture. This way of life, this philosophy, first applied to garden and landscape designing, is now applied to social systems, to economy… But I never could apply it in my life. Last Summer, we had to move. Now we are house owners, in Waco, TX. And permaculture came back. And the question of becoming a homesteading stay at home mom came back. And there I have been the last couple of month, hesitating between homesteading and become a doctor again…

By the way I took the USMLE step 1 exam in december and passed it very well with a score of 242 (let’s brag a bit).

So I did a 2 columns table with different parts of life, trying to compare the 2 options. Here is how it goes:

 

Finding my community

My children

Selfcare

I
ncome

Connexion to nature

Permaculture philosophy

School for the children

Retirement

MEDICINE

Easy to serve as a doctor

I am their model, I show my passion, my efforts. Meanwhile I get a « pause » from them.

Hard to put in a very full planning.

Practicing a doctor should give us a good income

Becomes part of self-care, maybe having walks in the forrest.

I could learn herbalism. I could initiate the thinking about our healthcare system.

Public school is most often fine. If we get a good income, we might choose some kind of specific private school. Right now they would continue going to their preschool where they seem happy and where I become more involved.

I plan for it by saving. And if I want to homestead when older, the transition is easier than the other way.

HOMESTEADING

Harder to find, but it would be a more like-minded community.

I can stay all the time with them, I can show them nature and things in French more easily. But my son wants trains, and I am not good at trains…

Hard to give myself permission.

More fluctuating and insecure, there are ways to make an income while homesteading.

It is more easy to do.

Permaculture has been designed for home and gardens.

I could homeschool my kids and they could learn cool stuff in French.

With few income, I really need to be imaginative on how to sustain me during the older days. And I won’t go back to medicine at that point.

I also tried, after reading Brené Brown’s book « Dare to lead », to find my 2 core values. I’m not 100% sure about them, but it would be caring, integrity, mabye belonging and loyalty. At the end they stand for both options, so it didn’t help me in that decision.

My dear husband asked my what was my passion during my medical school. It still is understading complicated system, all the human relationships. Again these are true in both options.

I finally listen to Clothilde Dussoulier’s podcast « Change ma vie  » (Change my life) especially the episode about decision taking. At some point she explains that the worst you can do is to seem to make a decision, and keep coming back on it saying « what if … » That is exactly what I am doing. What if I began earlier. What if I decide to homestead but want to change. What if….

That table is very precious to me. It is what I am going to turn back to in a couple of months when studying for that Step 2 will drive me crazy. It is a matter of patience before I can practice medicine the way I want. But it can’t keep me to begin thinking the whole thing with my values, the principle of permaculture.

In conclusion, I am continuing to study to become a doctor. There will be sacrifices from everybody, but I hope it will be worth it. This school year I am taking my time, keeping step 2 CS for later. I decided to get involved in my children’s preschool (which happens to be in my church as well), and I will probably share more about this on next posts.

Back to the blog, and just the blog!

Back to the blog!

This is a more personal blog post to explain the 9 months of silence on this blog and what I plan for it.

In July, I stopped writing here after reconsidering my career as a medical doctor in the USA. This happened at the beginning of a second pregnancy, a time in a woman’s life during which a lot of reflections occur.

Continuer la lecture

Pourquoi je blogue ?

Howdy y’all !

 

J’avais dit que j’écrirais plus souvent, je ne suis pas sûre d’avoir réussi. Ca, c’était en juillet 2017. Et depuis ?

Et bien ma crise de mal du pays est passée. Doucement, jusqu’à la prochaine fois. Mon mari a repoussé la prochaine crise en m’offrant un appareil à raclette à Noël. Nous avons testé la raclette texane, avec du cheddar et du pepper jack au lieu de la raclette. C’était très chouette.

Et puis nous avons accueilli Elise au mois de janvier. Elle dort beaucoup le jour, ce qui me laisserait un peu de temps pour faire autre chose, même si elle dort un peu moins le soir et se réveille normalement la nuit (normalement c’est à dire à peu près toutes les 2 heures).

Donc je me suis reposée la question de ce blog. Et de l’autre, celui qui parle anglais et de santé… J’ai envie d’écrire, mais sur lequel? Et quels sujets? Alors mes copines m’ont posé cette question: « Pourquoi blogues-tu? ». J’ai mis quelques jours à réussir à réfléchir, et voici le résultat de mes réflexions:

 

  • Pour avoir un support pour ordonner mes idées, sur ce que je veux faire dans la vie, que ce soit professionnelle ou en général. C’est d’ailleurs ce que je fais dans cet article.
  • Pour créer quelque chose, me sentir utile et reconnue par des lecteurs. La maternité c’est chouette, mais ça ne me suffit pas. Depuis toujours mon vœu est d’aider les autres, et je pense que via un blog ce peut être une façon de le faire.
  • Pour préparer tranquillement ce dont j’aimerais parler un jour à un seul endroit à propos de la santé, dans le cadre de la préparation de mon équivalence et de mon installation « à la française » à Waco. Parce que les médicaments sont très utiles mais ne suffisent pas à être en bonne santé. Le mode de vie est également très important, et nous n’en avons pas toujours conscience. Certes le sport, certes l’alimentation (et déjà là ce sujet peut devenir compliquer), mais également notre environnement, nos émotions et notre état d’esprit. Tout un programme.
  • Pour créer une crédibilité pour ce jour lointain où je m’installerai (ou ce jour moins lointain où je dois être candidate pour trouver un poster d’internat).
  • Je pensais bloguer pour rester en contact avec ma famille, mais je me rends compte que je me sens parfois mal à l’aise à partager certaines choses sur un blog « professionnel ». D’où ce blog plus personnel qui reste. Il est des choses autour desquelles j’aimerais échanger, mais je reste encore mal à l’aise d’en parler en public. C’est probablement le signe que ce n’est pas encore le temps d’en parler. Ce temps viendra probablement, mais visiblement chaque chose en son temps.
  • Je pensais bloguer pour raconter mon expatriation, mais je garde ce sentiment que beaucoup d’autres personnes le font bien mieux que moi. Certes peu de gens (voire personne ?) bloguent depuis Waco Texas en français, mais qu’y a-t-il de vraiment intéressant. Si vous me répondez ce qui vous intéresse, je considèrerai cette motivation plus avant.
  • Il est certes plus facile pour moi d’écrire en français, mais je me rends compte que ce que j’aspire à faire à travers un blog nécessite d’être fait en anglais. Que du coup cela me servira d’exercice pour maîtriser tout ce vocabulaire professionnel. Peut-être que je ferai des articles bilingues sur ce blog ci pour parler de la santé aux USA (même si je connais quelqu’un qui le fait déjà très bien !!!).
  • Je pensais bloguer pour soutenir mon projet de coach santé, mais j’avais souvent l’impression de me vendre quand je partageais mes articles. Bloguer sans intention de vendre quelque service que ce soit me permettra je pense de partager plus librement mes articles et peut-être d’avoir plus de lecteurs et donc plus de personnes touchées par ce que j’ai à partager.

 

Une idée a germé pour mon blog professionnel. Après la naissance d’Elise, je me retrouve très fatiguée, frustrée par la fatigue à manger beaucoup de sucreries. J’ai aussi conscience d’autres changements que j’aimerais faire, mais pour lesquels j’ai besoin de faire d’abord des recherches. L’idée est donc de partager mes différents pas de « remise en forme » après cette naissance. Des pas personnels, mais aussi familiaux.
Alors rien n’est encore fait, mais je mets ici le lien vers l’autre blog, celui qui parle anglais.

Et surtout soumettez-moi vos idées, vos commentaires… Parce que je blogue aussi pour dialoguer.

What to begin with when you want to eat healthier?

What to begin with when you want to eat healthier?

It’s often that I see on Facebook women asking around what they should begin with to eat healthier. I saw some comments from other women, some very good, some very questionable. Instead of writing a small comment there, I decided to make a video to answer the question.

Continuer la lecture

Le mal du pays

Bonjour à tous,

Je reprends ma plume électronique. Je viens de voir que je n’ai rien écris depuis septembre. Une nouvelle éternité.

Là je vous écris avec mon petit de 14 mois qui ne rêve que d’une chose, venir taper sur mon clavier d’ordinateur à son tour. Vous vous souvenez du lapin Duracell ? Et bien c’est mon petit. Il dort correctement, mais 11h la nuit (et pas 12 comme dans les livres), et la sieste dure 2 fois 45min quand j’ai de la chance. Pendant ses 2 siestes, j’ai le choix entre tenter de travailler, l’emmener marcher pendant qu’il dort dans sa poussette, ou faire la sieste avec lui. Parce que durant cette éternité, je suis retombée enceinte. J’en suis à la fin du premier trimestre, celui qui prend toute l’énergie …

Ce samedi nous avons invité nos nouveaux voisins (depuis un an quand même) à déjeûner chez nous. J’ai cuisiné quelque chose de chouette. Pas très compliqué, mais un peu travaillé. Un poulet rôti au thym et au citron, une ratatouille, des pommes de terres, des meringues avec de fraises et de la crème fouettée au dessert. C’était bon. Mais durant le repas, j’ai eu un peu de mal à me poser. Mon enfant qui mendiait sans cesse à manger, ou bien simplement de l’attention. Et nos voisins racontent beaucoup d’histoires, en passant parfois du coq à l’âne, en posant parfois quelques questions sur nos vies, mais en écoutant peu les réponses.
J’ai demandé à mon mari américain si c’était moi, eux ou culturel, ce genre de conversation peu intéressante, peu profonde, et qui ne va nulle part. Il m’a confirmé mon sentiment et nous en avons conclu que c’était probablement une partie des américains.

J’ai ensuite eu une grosse crise de mal du pays. La bonne cuisine me manque, et cuisiner un peu élaboré me demande tellement de travail qu’il me manque vraiment une table qui sait déguster (certes mon mari, mais pour le coup je n’ai pas l’impression que mes voisins ont apprécié mon travail à sa juste valeur). Donc bien manger me manque, manger pendant 4 ou 5 heures en refaisant le monde me manque. Je me suis rappelée le Dîner des 3 lions avec Gilles, Zac (les deux autres lions qui fêtent leur anniversaire le même mois que moi), Marie, Marie-Pierre, et les autres. Le repas pouvait durer toute l’après-midi. Je me suis dit que j’aurais bien bu un verre de vin (mais donc pas aujourd’hui avec la nouvelle crevette dans mon ventre). Mes amis m’ont manqué tellement que d’un coup, j’ai eu la crise de larme (peut-être aidée par les hormones de la grossesse???).

Dans mes méandres de réflexion, le petit centre ville de Metz m’a manqué. Ses cafés, ses boutiques de vêtement. Parce que hier soir nous sommes allés au Mall de Waco, et je vous le confirme, c’est vraiment dépressiogène. Les vêtements de fille sont informes, la moitié des boutiques fermées, l’autre moitié ne vaut pas la peine de s’y arrêter… Alors hier soir je me suis un peu effondrée…

Et aujourd’hui? Mon mari vient de partir en congrès, en me laissant avec mon petit sans voiture… Je peux vous dire que j’en viens presque à regretter le métro parisien.

En recherchant sur internet, je me suis demandée comment soigner le mal du pays. Les réponses vont de « manger la cuisine qui vous manque » (je n’ai pas encore trouvé de restaurant français à Waco), appelez vos proche (du coup c’est raté pour ce week-end avec le décalage horaire), faites des choses qui vous plaisent (et là, ce sera le sujet d’un prochain billet, c’est comment faire ce qui me plait avec mon 14 mois dans les pattes…)

Du coup j’ai décidé de reprendre le contact avec mon blog. On verra bien si je reviens écrire plus souvent par ici.

Point de photo dans ce billet, mais on va essayer de s’améliorer sur ce point.

Je vous embrasse,

 

How to move in the Texan heat?

7 tips to exercise in the Texan heat

Here it is! The Texan summer-it’s surely hot during the day, but often also during the night. And you wonder how you can continue or begin to exercise without suffering from a heat stroke. Heat stroke is when your body reacts to too much heat: headache, nausea, vomiting, confusion, lost of consciousness, and ultimately seizure.
Here are some tips to do it safely, avoiding the heatstroke.

Continuer la lecture

my husband Jameson’s interview!

From a « wide » college student to a lean husband: my husband Jameson’s interview!

 

It was a while that I was thinking about interviewing my lovely husband. Getting married makes people often change a lot in their lifestyle. For me it was when we moved to the USA and I stopped working full time as a pulmonologist. For him, it was before getting married, when he came for 2 years in France for his job. Simple changes that he noticed when he came back to the US and his friends asked him if he lost weight (and yes, he had!)

Here is the interview to watch!
Continuer la lecture

A case study: the « real » mayonnaise

A case study: the « real » mayonnaise

Yesterday, during Memorial day, we had lunch at my family’s place. Homemade quinoa salad, lots of fruits. That was good. We also had hamburgers. And I had a look at the mayonnaise tube. Someone told me: « Look, it’s good, it’s made with real mayonnaise… » So I began to read more on the package and want to share my thoughts with you about food package reading and translating.

Continuer la lecture